Curcumine contre les problèmes articulaires

Efficacité de la curcumine dans le complexe phospholipidique

De plus en plus d’Allemands souffrent de rhumatisme. Quelques 100 formes différentes en font partie comme par ex. la maladie auto-immune qu’est l’arthrite rhumatoïde ainsi que l’arthrose. La plupart du temps, elles sont déclenchées par des inflammations insidieuses et se manifestent par des douleurs.

L’arthrose est la maladie articulaire la plus fréquente. Elle est la conséquence d’inflammations, de blessures, d’une charge trop élevée sur les articulations, de perturbations du métabolisme ou de surpoids.

De nombreuses études montrent les effets positifs de la curcumine, produit naturel, en cas de maladies rhumatismales comme par ex. l’arthrite rhumatoïde (Chandran et Goel, 2012) ou l’arthrose (Kuptinirasaikul et al., 2014). Selon l’OMS, on utilise traditionnellement de la curcumine pour traiter les douleurs et les inflammations provoquées par l’arthrite rhumatoïde. D’autres domaines d’utilisation de la curcumine sont par ex. les ulcères à l’estomac, les maladies dermatologiques ainsi que l’aménorrhée, la dysménorrhée, la diarrhée, l’épilepsie ou les douleurs. La curcumine, composant colorant de la poudre de curry, est présente dans le curcuma (Curcuma longa). Dans les pays asiatiques, on l’utilise comme remède naturel en cas d’inflammations, de problèmes hépatiques et gastro-intestinaux. Dans les lignes directrices concernant la maladie intestinale inflammatoire chronique Colitis ulcerosa, on recommande l’utilisation complémentaire de curcumine pour le maintien des phases de repos, alors qu’on déconseille beaucoup d’autres moyens alternatifs.

La curcumine fait partie des produits naturels les mieux étudiés : jusqu’à présent, on a consacré plus de 9000 études cliniques et précliniques à la recherche concernant ce remède naturel. De plus en plus d’études cliniques démontrent l’efficacité de la curcumine sous forme de complexe curcumine-phospholipide : on a déjà réalisé 17 études cliniques positives à ce sujet.

Le complexe curcumine-phospholipide 

Le plus efficace de la curcumine!

La curcumine sous forme de complexe curcumine-phospholipide a une biodisponibilité 29 fois supérieure à celle de la curcumine traditionnelle (Cuomo et al., 2011).Cela a été constaté dans une étude aléatoire en double aveugle. Le complexe curcumine-phospholipide augmente surtout l’assimilation des formes déméthoxylées de la curcumine ; on obtient des valeurs très élevées de déméthoxycurcumine. Dans des études in vitro, celle-ci a montré un très fort effet anti-inflammatoire. Le complexe curcumine-phospholipide favorise de 2 façons les effets positifs de la curcumine (Cuomo et al., 2011).

Dans une étude en double aveugle, le complexe curcumine-phospholipide a montré une nette amélioration de la symptomatique des douleurs, de l’inflammation et de la mobilité en cas d’arthrose. Les 50 patientes et patients ont pris pendant 3 mois 1 g de curcumine phospholipide par jour (= 200 mg de curcumine/jour). Le score WOMAC qui mesure les douleurs, la rigidité et la diminution de la mobilité des personnes concernées est descendu en moyenne de 58%. La distance parcourue s’est allongée de 76 à 332 m, la valeur CRP est descendue de 168 à 11,3 mg/l dans le sous-groupe qui avait une CRP accrue (Belcaro et al., 2010). L’administration combinée du complexe curcumine-phospholipide et de glucosamine est très avantageuse chez les patients atteints d’arthrose. Dans une étude d’une durée de 4 mois, on a obtenu de meilleurs résultats avec cette combinaison que par l’administration qui a fait ses preuves de sulfate de chondroïtine et de glucosamine (Belcaro et al., 2014a).

soin destressant des mainsUne autre étude montre l’effet analgésique du complexe curcumine-phospholipide : on a pu observer cet effet en donnant 2 g de curcumine-phospholipide (= 400 mg de curcumine) ; il était comparable à l’effet d’1 g de l’analgésique, le Paracétamol. Il semble que l’effet anti-inflammatoire de la curcumine en soit responsable (Di Pierro et al., 2013). On a aussi pu observer une atténuation de la douleur musculaire tardive (Delayed Onset Muscle Soreness) en administrant 2 x 1 g du complexe curcumine-phospholipide (= 2 x 200 g de curcumine) (Drobnic et al., 2014)

L’effet anti-inflammatoire de la curcumine est vraisemblablement aussi responsable du fait qu’on a pu atténuer chez des cancéreux les effets secondaires d’une chimio- ou radiothérapie par l’administration du complexe curcumine-phospholipide (Belcaro et al., 2014b).

Ce complexe combat aussi le développement d’une rétinopathie en cas de diabète mellitus (Kowluru et Kanwar, 2007) et empêche durablement les récidives d’uvéite chez les patients atteints d’uvéite auto-immune, d’herpès uvéite et d’uvéite d’une autre origine. C’est ce qu’a montré une étude avec 106 patients qui prenaient tous les jours 2 x 600 mg du complexe curcumine-phospholipide (= 240 mg curcumine/jour). Les symptômes se sont améliorés après quelques semaines chez plus de 80% des patients. Le complexe curcumine-phospholipide est vraisemblablement efficace aussi dans les maladies oculaires inflammatoires et dégénératives comme les yeux secs, la maculopathie, le glaucome et la rétinopathie diabétique (Allegri et al., 2010). Dans une étude portant sur des patients atteints de retinitis centralis serosa aigüe ou chronique, l’acuité visuelle s’est stabilisée dans 39% des cas après une administration du complexe curcumine-phospholipide d’une durée de 6 mois, chez 61%, elle s’est même améliorée.

Dans 78% des cas, le décollement de l’épithélium pigmentaire rétinal a diminué, dans 11% il s’est stabilisé (Mazzolani, 2012).

La curcumine semble aussi avoir un effet neurobiologique, en cas de neuropathie périphérique et de dépressions (Franceschi et al., 2015). Dans une étude sur des souris atteintes de neuropathie périphérique, séquelle fréquente du diabète mellitus, on a pu observer un effet positif grâce à l’administration du complexe curcumine-phospholipide (Patzko et al., 2012)

Les inflammations chroniques sont un facteur important lors de l’apparition de dépressions (Berk et al., 2013). Entretemps on a démontré qu’un médicament connu (SSRIs, Selective Serotonin Reuptake Inhibitors) que l’on utilise pour traiter les dépressions a, entre autre, un effet très anti-inflammatoire (Walker, 2013). Dans l’étude déjà mentionnée de Belcaro et collaborateurs (2014a) dans laquelle on utilise la curcumine sous forme de complexe curcumine-phospholipide avec la glucosamine, on a constaté, outre l’amélioration de l’arthrose, une amélioration significative de l’humeur générale. Cette observation concorde avec une série d’autres résultats d’étude qui indiquent un effet positif de la curcumine en cas de dépression (Kulkarni et al., 2009)

Biodisponibilité et efficacité?

La biodisponibilité est un facteur déterminant de l’efficacité de la curcumine prise oralement. La curcumine est une molécule liposoluble qui devrait de préférence être prise au cours d’ un repas contenant de la graisse. Grâce à l’acide gallique sécrété lors d’un repas, la curcumine liposoluble est assimilée avec les graisses et passe de l’intestin dans la lymphe. Le liquide lymphatique passe directement dans le sang veineux si bien que la curcumine aboutit directement dans la circulation sanguine sans passer par le foie et peut déployer son efficacité. Il y a des milliers d’années, on utilisait déjà l’assimilation de la curcumine avec la graisse dans l’Ayurvéda, où elle était consommée avec du beurre clarifié. La combinaison de la molécule de curcumine avec un phospholipide pour en faire un complexe est donc une méthode judicieuse et efficace.

Formes hydrosolubles avec émulsifiants chimiques

Dans beaucoup de produits, la molécule liposoluble de curcumine est intégrée dans des émulsifiants chimiques dans lesquels la part de curcumine n’est que de 6%. Cette combinaison fait que les molécules sont hydrosolubles. Ces combinaisons ne sont pas assimilées dans la lymphe dans le cadre de la digestion des graisses, mais arrivent dans l’artère porte et donc directement dans le foie où elles sont métabolisées. La valeur maximale de curcumine donne une indication sur la façon dont elle est absorbée dans le corps. Si elle est déjà présente une heure après la prise, c’est que la curcumine a été directement assimilée dans le sang. Si la valeur de curcumine n’atteint son maximum qu’après plus de 2 ou 3 heures, c’est que la curcumine a fait un détour par la lymphe et a esquivé le passage par le foie.

Curcumine et pipérine du poivre?

Pour augmenter la disponibilité de la curcumine, on utilise souvent aussi de la pipérine, un extrait de poivre. Mais ceci va de pair avec une forte inhibition du système de détoxication CYP (phase I et phase II) et donc avec une forte inhibition du métabolisme des médicaments (Atal et al., 1985 ; Bhardwaj et al., 2002 ; Franceschi et al., 2015 ; Gurley et al., 2012). Le complexe curcumine-phospholipide n’a pas cet effet secondaire. Vraisemblablement la curcumine combinée à l’extrait de poivre n’est pas assimilée via la lymphe mais va directement dans le sang. Dans cette forme d’administration aussi, il est vraisemblable que la métabolisation de la curcumine dans le foie a lieu avant qu’elle n’atteigne l’endroit où elle est efficace dans le corps.