Le cancer

Sommaire :

    Le cancer représente la première cause de mortalité en France. Chez l’homme, il cause 33% de l’ensemble des décès et 24% de l’ensemble des décès chez les femmes. Malheureusement, ces chiffres ne cessent d’augmenter au cours des années. Une personne sur 3 aura un cancer et 1 sur 4 mourra d’un cancer.

    Pour les malades comme pour leurs proches, l’annonce du diagnostic de cancer est toujours un choc. Une telle nouvelle peut soulever bien des sentiments, y compris la peur, l’angoisse. Il se peut que vous vous sentiez dépassé par la quantité d’informations à assimiler et les innombrables décisions à prendre. Cependant, il est primordial de garder espoir et de cultiver un état d’esprit positif. La recherche ne cesse de trouver des alternatives pour vaincre cette maladie, et souvent, une alimentation équilibrée et adaptée, ainsi que l’utilisation de compléments alimentaires sont des aides bien utiles.

    Qu’est-ce que le cancer ?

    Dans le corps humain, il y a des millions de cellules qui se rassemblent pour constituer les tissus et les organes, comme les reins, les poumons et les muscles. Tout au long de notre vie, à l’intérieure de notre corps, les cellules croissent, travaillent, se reproduisent et meurent comme tous les êtres vivants. Toutes nos cellules sont programmées pour s’autodétruire. Les cellules ont une fonction, un rôle et une fois celui-ci rempli, un mécanisme dans la cellule s’enclenche et les cellules meurent. Ce processus est appelé « apoptose » ou la mort cellulaire naturelle programmée. Le contrôle de ce processus est une fonction essentielle des cellules.

    Des erreurs peuvent parfois se glisser dans le processus et les cellules ne cessent de se reproduire; elles commencent à se diviser de manière incontrôlée. Selon les estimations, environ 10 000 erreurs sont produites à chaque moment de la reproduction cellulaire. Chaque cellule nouvellement créée contient l’erreur et produit des protéines anormales. Ces erreurs sont corrigées par des mécanismes appropriés de l’organisme, mais parfois, lorsque plusieurs facteurs inconnus coïncident, les erreurs, appelées « mutations », demeurent et provoquent des changements significatifs. Les cellules peuvent devenir immortelles, ce qui signifie qu’elles perdent leur capacité de mourir. Comme les cellules anormales se multiplient beaucoup plus rapidement que les cellules saines, elles peuvent former un amas appelé tumeur ou lésion.

    Le terme « cancer » fait référence à des tumeurs malignes. Les tumeurs malignes sont capables de se propager à d’autres parties du corps par invasion et métastase. Pendant l’invasion, les cellules cancéreuses se propagent aux régions voisines du tissu, tandis que pendant les métastases, les cellules cancéreuses pénètrent dans le sang ou dans le système lymphatique et sont ainsi en mesure de « voyager » vers les organes lointains. La raison pour laquelle les ganglions lymphatiques locaux sont habituellement retirés avec l’organe affecté est qu’il y a une forte chance que des cellules cancéreuses entrent dans le système lymphatique et commencent à « voyager » loin de là. Plus le temps passé est long, plus il est probable que les fonctions corporelles normales soient affectées.

    Pour leur développement, les cellules cancéreuses utilisent les sources d’énergie du corps en enlevant la nourriture des cellules saines. C’est une des raisons pour lesquelles les patients souffrant d’une maladie à un stade avancé sont très minces – cachectiques. Malheureusement, les cellules cancéreuses font un travail parfait pour survivre. En gagnant en superficie, la tumeur peut construire elle-même les vaisseaux sanguins qui vont l’approvisionner en oxygène et nutriments.

    Les cellules cancéreuses imitent avec succès les cellules normales et ainsi échappent à la réponse immunitaire. De plus, elles emploient des enzymes spéciales pour réparer leur ADN lors de la division quand cela est nécessaire. En fait, le cancer est décrit depuis l’Antiquité. C’est le médecin grec Hippocrate qui, en comparant les tumeurs à un crabe, leur a donné pour la première fois les noms grecs de « karkinoma ». La comparaison est justifiée par l’aspect de certaines tumeurs, dont les prolongements rappellent les pattes de l’animal. Il est intéressant de noter que ce sont justement ces caractéristiques qui aident la médecine à se battre contre la maladie avec succès. Chaque action induite par le cancer peut être ré-attaquée par des médicaments. La plupart des gens ont tendance à croire que seuls les médicaments et les divers processus médicaux peuvent guérir la maladie, pourtant, le système immunitaire joue un rôle très important. C’est le système immunitaire, l’armée des cellules lymphatiques et les substances chimiques, appelées cytokines, qui sont les plus efficaces des agents anticancéreux. Sans système immunitaire, les médicaments ne pourraient agir seul.

    Les traitements conventionnels

    Chirurgie

    La chirurgie a constitué pendant très longtemps le seul traitement des maladies cancéreuses. Aujourd’hui encore, elle reste le principal traitement du cancer. La chirurgie a pour objectif de retirer la tumeur et d’évaluer son étendue. Les ganglions proches de la tumeur sont immédiatement analysés. Les interventions réalisées dépendent de l’organe atteint. De nos jours, la chirurgie est de plus en plus souvent complétée par la chimiothérapie ou la radiothérapie.

    Chimiothérapie

    La chimiothérapie, qu’elle soit administrée voie intraveineuse ou par voie orale, a pour but de détruire les cellules cancéreuses. Les traitements de chimiothérapie s’utilisent dans le cas de métastases ou de cancers non localisés, de dispersion des cellules cancéreuses. La chimiothérapie inhibe la synthèse (fabrication) de matériaux utiles à la cellule pour se reproduire. Elle peut comporter un seul ou plusieurs médicaments. Les combinaisons font généralement intervenir des molécules n’agissant pas sur les mêmes cibles tumorales. Les protocoles de chimiothérapie proposent soit une prise quotidienne soit des cures. Chaque cure consiste à traiter le patient sur plusieurs jours ensuite à observer une période de repos durant laquelle les cellules saines peuvent se régénérer.

    Radiothérapie

    La radiothérapie consiste à détruire les cellules cancéreuses en les irradiant et bloquant leur capacité à se développer, à se multiplier. La dose de rayons administrée provoque des lésions dans l’ADN des cellules et ainsi les empêche de se réparer. La radiothérapie peut être jumelée à l’intervention chirurgicale pour éliminer toutes les cellules cancéreuses qui n’ont pu être enlevées lors de la chirurgie ou pour réduire la taille de la tumeur avant l’ablation chirurgicale.

    Les effets secondaires des thérapies oncologiques

    Pourquoi il y a-t-il des effets secondaires?

    La chimiothérapie ainsi que la radiothérapie s’attaquent à toutes les cellules de l’organisme en cours de division. Le traitement agit en particulier sur les cellules cancéreuses qui se divisent plus vite que les cellules normales. Cependant, ces dernières ne sont pas épargnées et cela provoque des effets secondaires. C’est pourquoi le traitement peut causer des nausées et des vomissements, une perte d’appétit, la chute des cheveux, des plaies dans la bouche, une baisse du taux de globules rouges et de la fatigue.

    Les compléments alimentaires en prévention ou en cas de cancer

    De récentes études indiquent que 54 à 81 % des patients atteints de cancer ont recours à des compléments alimentaires, dans le but d’améliorer leurs chances de guérison, de diminuer certains effets secondaires ou d’améliorer leur qualité de vie.

    Certains compléments alimentaires peuvent être employés avant/pendant et/ou après le traitement contre le cancer.  Par sécurité, il est recommandé aux patients de signaler à leur médecin ou oncologue toute utilisation de compléments alimentaires ou de traitements non conventionnels.

    Un complément alimentaire sert à compléter le régime alimentaire en cas de besoin car le régime alimentaire est loin de satisfaire à nos besoins en micronutriments. Dès lors, fournir des compléments peut être nécessaire pour couvrir tous les besoins nutritifs. Autrement dit, un complément peut fournir à l’organisme les éléments bénéfiques pour améliorer la santé ou la qualité de vie. Et cela est d’autant plus vrai pour les patients cancéreux dont les études ont montré que 40 à 80 % d’entre eux souffrent de malnutrition.

    Le cancer modifie le métabolisme et augmente les besoins en vitamines, minéraux… Les carences peuvent aussi être dues aux traitements anticancéreux qui contribuent détériorent la qualité de vie des patients. Les patients ayant subit une chirurgie ont un besoin en micronutriment accru pour favoriser la cicatrisation.

    Quelques exemples de compléments alimentaires intéressants

    • Le germe de blé fermenté permet de retarder la cachexie (perte de poids suite au traitement), de stimuler le système immunitaire et donc d’augmenter la capacité du système immunitaire à lutter contre le cancer et les maladies infectieuses et d’induire spécifiquement la mort des cellules cancéreuses, et ainsi, de réduire les effets secondaires de la chimiothérapie, mais aussi de diminuer le nombre de métastases, de diminuer le risque de récidive et donc, d’augmenter les chances de survie.
    • Des compléments d’oméga 3 sont également fréquemment recommandés.
    • Des complexes de vitamines B peuvent être nécessaires pour contrer les carences.
    • Une nouvelle étude (Fakih MG, et al., 2012) vient de montrer que le traitement médicamenteux du cancer du côlon augmentait les besoins en vitamine D3. Celle-ci serait plus rapidement utilisée par l’organisme en cas de chimiothérapie anticancéreuse. Ainsi, une adaptation des doses de vitamine D3 pour les patients sous traitement anti-cancer pourrait être d’une importance cruciale.
      Selon l’American Institute for Cancer Research (AICR) la prise de compléments alimentaires pendant une chimiothérapie ou une radiothérapie peut être considérée comme sûre pour autant que ces compléments contiennent des quantités de vitamines et de minéraux équivalentes à l’apport journalier recommandé officiellement.
    • Les probiotiques sont semblables aux microbes naturellement présents dans l’intestin humain. Ces bactéries inoffensives nous aident à préserver l’équilibre naturel de la flore bactérienne présente dans l’intestin, empêchant ainsi le développement de bactéries nocives et favorisent une bonne digestion. Les probiotiques serviraient aussi à traiter les problèmes gastro-intestinaux, dont la diarrhée. Cependant, les preuves de cette action intestinale n’ont été fournies que par certains types de bactéries, notamment les Lactobacilles et Bifidobactéries.
      Les probiotiques ne doivent pas être confondus avec les prébiotiques. Ces derniers sont de longues molécules liées sucres (comme le fructo-oligosaccharides (FOS), l’inuline provenant du topinambour…) sources d’énergie utilisées par les bactéries intestinales pour stimuler leur croissance et leur activité, tout en inhibant celles d’organismes nuisibles. Certains produits possèdent simultanément des probiotiques et des prébiotiques.
      Les études chez l’animal et chez l’homme montrent un effet positif sur l’inflammation de la muqueuse intestinale par radiothérapie.

      Plusieurs études sur les probiotiques ont été menées chez des patients atteints de cancer. L’évaluation concernait notamment leur effet sur les diarrhées survenant durant la radiothérapie ou la chimiothérapie. Toutes les études ont montré des résultats positifs : une diminution de la fréquence des diarrhées et une amélioration de la consistance des selles ont été constatées.

      Les probiotiques sont également utilisés chez les patients atteints de cancer colorectal et qui subissent une intervention chirurgicale dans l’espoir d’inhiber les bactéries responsables d’infections postopératoires.

      Une autre étude utilisant un mélange de probiotiques a montré un renforcement de la barrière muqueuse intestinale et une diminution des complications infectieuses chez les patients atteints de cancer colorectal après colectomie. (source : Reliable Cancer Therapies).

    • Co-enzyme Q10 joue un rôle important dans la production d’énergie par les cellules (et notamment les cellules du cœur). De plus, c’est un antioxydant, c’est-à-dire une substance agissant contre l’oxydation. Celle-ci conduit à la formation de radicaux libres (substances chimiques agressives) dans notre organisme, lesquels sont nuisibles et peuvent, par exemple, contribuer au développement de cancers. Enfin, la Q10 exercerait un effet général positif sur l’immunité.
      La Q10 pourrait réduire la fatigue chronique causée par le cancer. Cet effet doit cependant être confirmé par des études appropriées.
    • La Grenade fermentée est surtout connue pour la prévention, et même, l’accompagnement positif des traitements du cancer de la prostate et du sein.

    Les thèmes en relation avec l'article