Le quatuor anti-covid : les vitamines D, K, E, A - Medicatrix
Docteur Ludwig Manfred Jacob

Le quatuor anti-covid : les vitamines D, K, E, A

Les Carences en vitamine D augmentent de facteur 10 le risque d’infection mortelle par le coronavirus

Publié le 4 juin 2020 par Dr. med. L.M. Jacob

Plus le taux de vitamine D est faible, plus les conséquences COVID-19 sont sévères montrent les études cliniques

Deux études observationnelles cliniques montrent que le risque d’évolution potentiellement mortelle, voire mortelle, chez les patients ayant de faibles valeurs de vitamine D est significativement plus élevé qu’avec de bonnes valeurs de vitamine D supérieures à 75 nmol / l. À ce jour, les publications ont montré une très forte corrélation, mais ne prouvent pas encore la causalité. Cela nécessite des études d’intervention randomisées supplémentaires, mais à la suite de la pandémie, l’Académie nationale de médecine française recommande déjà la vitamine D à la population.

En tant que modulateur essentiel du système immunitaire, la vitamine D pourrait être, à titre préventif, le meilleur remède le moins cher et le meilleur contre les maladies graves. Il existe de nombreuses autres indications pour cela: d’une part, la maladie a éclaté en hiver, lorsque les valeurs de vitamine D étaient au plus bas. Deuxièmement, dans l’hémisphère sud, qui avait atteint la fin de l’été à la même époque, les décès sont relativement faibles. Les maladies chroniques associées à des cours sévères de COVID-19 sont également associées à de faibles niveaux de vitamine D. La vitamine D a un effet atténuant sur la tempête de cytokines particulièrement dangereuse. De plus, la carence en vitamine D contribue au syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) (Grant et al., 2020). Entre autres choses, ce syndrome implique que les cas graves COVID-19 soient traités à l’unité de soins intensifs. Une carence en vitamine D ainsi que d’autres vitamines, doit absolument être évité de toute urgence, surtout parce que leur besoin augmente considérablement en cas d’infection.

10 fois plus de risques de décès par carence en vitamine D

Une vaste étude menée en Indonésie a examiné l’évolution de la maladie et le statut en vitamine D de 780 personnes infectées par le SRAS-CoV-2 (Raharusuna et al., 2020). Il y avait un risque considérablement accru de décès par carence en vitamine D.   87,8% des patients avec une carence en vitamine D (75-50 nmol / l) et 98,9% des patients avec une carence en vitamine D (<50 nmol / l) sont décédés de la maladie COVID-19, mais seulement 4,1% des patients avec des taux optimaux de vitamine D (> 75 nmol / l).

Le risque d’issue fatale était 19 fois plus élevé en cas de carence en vitamine D par rapport aux niveaux normaux de vitamine D. Des facteurs de confusion tels que l’âge, les maladies antérieures et le sexe ont également été pris en compte dans l’étude. Après avoir éliminé ces facteurs perturbateurs, le risque de décès était toujours 10 fois plus élevé pour les personnes infectées par un coronavirus et présentant une carence en vitamine D.

Un risque 23 fois plus élevé de mettre sa vie en danger

Dans une autre étude, 212 patients atteints de COVID-19 de trois hôpitaux d’Asie du Sud ont été classés en fonction de la gravité de leur maladie: légère, moyenne, sévère et critique (Alipio, 2020). Les valeurs de vitamine D des patients ont ensuite été déterminées. Cela a abouti à une relation étonnante: plus la valeur de la vitamine D est faible, plus les conséquences sont lourdes (voir tableau 1).

Le statut en vitamine D des patients était significativement lié à la gravité de la maladie. Une évolution potentiellement mortelle était 23 fois plus fréquente avec un faible taux de vitamine D sérique que des valeurs normales supérieures à 75 nmol / l.

Il est à noter qu’un taux normal de vitamine D était défini comme supérieur à 75 nmol / l et une valeur inférieure à 75 nmol / l augmentait significativement le risque d’évolution sévère.

Cela pourrait également expliquer les résultats d’une étude britannique qui n’a trouvé aucun lien entre le statut en vitamine D et le risque d’infection Covid-19 après l’élimination des facteurs de confusion (Hastie et al., 2020). Les personnes ayant des taux de vitamine D supérieurs à 75 nmol / l ne sont tout simplement pas du tout retrouvées dans l’étude.

Pour rappel: les valeurs de vitamine D inférieures à 75 nmol / l ne sont pas rares en Allemagne, France et Belgique. Selon une étude du RKI, avec un peu moins de 7000 personnes, environ 88% de nos population présente un statut en vitamine D inférieur (Rabenberg et al., 2015). La Société allemande de nutrition (DGE) détermine son apport journalier recommandé à 800 UI de vitamine D – la recommandation ne fut même que de 200 UI de vitamine D par jour pendant des décennies – et avec sa valeur sérique recommandée d’au moins 50 nmol/l, celle-ci était clairement trop faible et également en contradiction flagrante avec les recommandations médicales actuelles. Le reportage dans les médias est souvent scientifiquement dépassé et incorrect.

Dans le sillage de la pandémie COVID-19, la très respectée Académie nationale de Médecine allemande (2020) recommandait déjà en mai 2020 de tester le statut en vitamine D de toutes les personnes âgées de plus de 60 ans et de compléter la vitamine D si nécessaire. Dans son communiqué de presse, l’académie écrit qu’une corrélation significative entre les faibles niveaux de vitamine D et la mortalité a été démontrée pour le Covid-19. Par conséquent, elle recommande également la vitamine D aux personnes de moins de 60 ans qui ont été infectées par le SRAS-CoV-19.

Le niveau de vitamine D est en corrélation négative avec le taux de mortalité

Dans une autre étude, les niveaux de vitamine D dans 20 pays européens ont été comparés au taux de maladie et de mortalité du COVID-19. Le résultat montre une corrélation négative: plus le niveau de vitamine D est bas dans le pays, plus les maladies et les décès dus au COVID-19 sont fréquents et vice versa (Ilie et al., 2020).

Un article de Alimentaire Pharmacology & Therapeutics examine la relation entre la latitude dans laquelle vous vivez et la mortalité due au COVID-19. Dans les pays où la capitale est en dessous du 35e parallèle nord, la maladie est beaucoup plus bénigne que dans les pays plus au nord. Sur cette base, les auteurs voient un lien avec les niveaux de vitamine D, car au-dessus de cette latitude, l’exposition au soleil en hiver n’est pas suffisante pour produire de la vitamine D par la peau (Rhodes et al., 2020). Pour votre orientation: la Sicile se situe sur la 37e latitude nord, l’Allemagne entre la 47e (point le plus au sud) et la 55e latitude nord (point le plus au nord), la France se situe entre 42°N (Corse) et 51°N (Dunkerque).

Un aspect intéressant: dans les pays nordiques, la mortalité due au COVID-19 est relativement faible. Dans ces pays, cependant, la supplémentation en vitamine D est courante et une carence en vitamine D est relativement rare. En Italie et en Espagne – deux pays gravement touchés – un manque de vitamine D est étonnamment courant (Ilie et al., 2020; Rhodes et al., 2020).

Les chiffres étasuniens indiquent également un lien entre les niveaux de vitamine D et l’évolution du COVID 19: les personnes à la peau noire (34,7 décès / 100000 habitants) meurent 2,6 fois plus souvent de la maladie que les personnes. à peau blanche (13,1 morts / 100000 habitants) (APM, 2020). Les chiffres britanniques brossent le même tableau: les personnes à la peau noire ont un taux de mortalité 4,3 fois plus élevé par COVID-19 que les personnes à la peau blanche (White et Nafilyan, 2020).

Plus la peau est pigmentée, plus l’exposition au soleil doit être importante pour que le corps produise lui-même de la vitamine D. Cependant, une grande partie des États-Unis se trouve au nord du 35e parallèle nord et n’a donc qu’un faible rayonnement solaire.

Mortalité élevée dans les maisons de retraite et de soins infirmiers

Les personnes âgées en particulier ont un risque considérablement accru de développer une pneumonie, surtout lorsqu’elles sont hospitalisées ou si elles vivent en maison de retraite. Les personnes âgées sont trop souvent touchées par le COVID-19, c’est pourquoi elles appartiennent également aux groupes à risque. Les chiffres italiens montrent qu’en moyenne les personnes âgées de 62 ans sont infectées par le virus, mais l’âge moyen des décès est de 80 ans. 57% de ceux qui sont morts du COVID-19 avaient même plus de 80 ans. Cela pourrait inclure lié au fait que le nombre de maladies antérieures augmente avec l’âge. Près de 96% des Italiens mortels ont eu une maladie préexistante – dont 68% d’hypertension (Ebhardt et Bertacche, 2020).

Le risque pour les personnes âgées est particulièrement élevé si elles sont hébergées dans une maison de retraite ou une maison de retraite: ici le taux de mortalité est particulièrement élevé. En plus des maladies antérieures courantes dans cette tranche d’âge, le taux de vitamine D peut également jouer un rôle dans ce cas. Ce taux est particulièrement faible pour les personnes âgées vivant à domicile (Schilling, 2012).

L’American Geriatrics Society a donc émis une recommandation spécialement pour les personnes plus âgées. Afin d’obtenir des valeurs sériques de vitamine D ≥ 75 nmol / l (≥ 30 ng / ml), les personnes de plus de 70 ans doivent prendre 4000 UI par jour de supplémentation en vitamine D (American Geriatrics Society Workgroup on Vitamin D Supplementation for Older Adults, 2014).

Vitamine D et A contre les infections respiratoires

Selon de grandes méta-analyses, la supplémentation en vitamine D réduit le risque de maladies respiratoires aiguës, telles que par ex. bronchite aiguë et pneumonie, jusqu’à 70% (Martineau et al., 2017). Le COVID-19 est également une maladie respiratoire aiguë. La supplémentation en vitamine D réduit le risque d’infections respiratoires chez les adultes et les enfants de moins de 16 ans. L’OMS recommande donc la vitamine D en prévention. Des études démontrent de meilleurs résultats d’un apport quotidien en vitamine D que des doses de bolus (Aponte et Palacios, 2017; Bergman et al., 2013).

En plus de la vitamine D, la vitamine A joue en particulier un rôle important dans les maladies virales. La vitamine A est connue pour son importance pour la vue, mais une carence en vitamine A se manifeste d’abord dans les muqueuses des voies respiratoires. La vitamine A contrôle la croissance et le développement des cellules muqueuses des voies respiratoires et gastro-intestinales en régulant les activités des gènes. La conséquence est une sensibilité plus élevée aux infections et une consommation plus élevée de vitamine A en raison d’infections répétées. Cela renforce à son tour une carence existante (Biesalski et al., 2017). De plus, la vitamine A a la capacité de renvoyer les cellules immunitaires déjà entraînées de l’organisme vers la muqueuse intestinale (Cantorna et al., 2019). 

Tout aussi intéressant: les deux vitamines sont interdépendantes car les récepteurs de l’hormone vitamine D (VDR) et de l’hormone vitamine A (RXR) fusionnent lors de la lecture d’un gène.

Selon BfR (2004), un apport en vitamine A inférieur à l’apport recommandé est une réalité chez plus de 25% de la population. La proportion pourrait être encore plus élevée, car dans les présentes enquêtes, un facteur de conversion trop faible (6: 1 au lieu de 36: 1) a été utilisé pour le calcul de l’activité de la vitamine A par le β-carotène ingéré. Un polymorphisme génétique est également connu chez 40% de la population blanche en Europe, ce qui signifie que les personnes touchées peuvent difficilement convertir le bêta-carotène en vitamine A (Gröber, 2019). Une carence en vitamine A est donc moins fréquente qu’une carence en vitamine D, mais elle n’est pas anodine. Surtout avec une infection virale des voies respiratoires, un apport supplémentaire en vitamine A est fortement recommandé car les besoins en vitamine A augmentent fortement en raison de l’infection.

La carence en vitamine D est courante dans le syndrome de détresse respiratoire aiguë

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) est une réponse pulmonaire massive à des facteurs dommageables. La réaction sera, entre autres accompagnée d’une restriction sévère de l’apport d’oxygène. La thérapie comprend essentiellement en la correction de la cause et le traitement des symptômes par ventilation. Le SDRA met la vie en danger et présente un taux de mortalité élevé. Une étude menée sur des patients atteints de COVID-19 à Wuhan en Chine gravement touchée montre que 93% des patients décédés ont développé un SDRA (Zhou et al., 2020). L’ARDS est donc l’un des principaux problèmes du COVID-19.

Étant donné que le SDRA a d’autres déclencheurs, le syndrome aurait également dû être examiné de plus près avant la pandémie actuelle. Selon une étude, une carence en vitamine D (<50 nmol / l) est fréquente chez les patients atteints de SDRA. Si le niveau de vitamine D des patients à risques de SDRA était ramené à un niveau normal avant le risque avéré, moins de lésions capillaires alvéolaires (marqueur ARDS) se produisaient (Dancer et al., 2015).

Une autre étude a porté sur des patients en soins intensifs connectés à un ventilateur. Les patients supplémentés avec de la vitamine D (5 x 50000 UI ou 5 x 100000 UI) ont présenté des valeurs de vitamine D plus élevées.  En outre, ils ont pu quitter l’hôpital plus rapidement (25 jours pour les patients avec 5 x 50000 UI; 18 jours pour les patients avec 5 x 100000 UI), tandis que les patients sans administration de vitamine D non quitter l’hôpital qu’après 36 jours) (Han et al., 2016). 

Explication: la thérapie du SDRA comprend essentiellement le traitement des symptômes au moyen d’une telle ventilation.

La vitamine D soulage la tempête de cytokines

De nombreux éléments suggèrent que la vitamine D réduit une infection par le SRAS-CoV-2 et – dans le cas d’une infection – atténue considérablement l’évolution de la maladie due au COVID-19.

D’une part, les patients positifs au SRAS-CoV-2 ont des taux de vitamine D dans le sang significativement plus faibles (27,7 nmol / l) que ceux dont le test est négatif (61,5 nmol / l) (D’Avolio et al., 2020) . D’autre part, la vitamine D peut réguler et supprimer la réponse inflammatoire aux virus respiratoires. La tempête de cytokines, qui peut entraîner des évolutions sévères du COVID-19 au syndrome de détresse respiratoire aiguë et par conséquent la mort, pourrait être évitée par des niveaux suffisants de vitamine D (Rhodes et al., 2020).

La protéine C-réactive (CRP) est un marqueur de la tempête de cytokines. Plus cette tempête se termine, plus les valeurs de CRP dans le sang sont élevées. Selon une étude, 81,5% des patients avec une évolution sévère du COVID-19 avaient des valeurs de CRP élevées, mais seulement 56,5% des patients avec une évolution légère. À l’inverse, les patients avec une CRP élevée étaient plus à risque de développer une évolution sévère que les patients avec une CRP faible (23% vs 8%). Des niveaux plus élevés de CRP sont également associés à une carence en vitamine D. La vitamine D pourrait donc aider à atténuer les complications d’une tempête de cytokines (Daneshkhah et al., 2020).

Selon une nouvelle étude de Wuhan et d’Essen, certaines cellules immunitaires pourraient également servir comme de système d’alerte précoce pour une évolution COVID mettant la vie en danger. Ce sont des cellules T cytotoxiques avec le marqueur de surface CD-8, qui reconnaissent et éliminent les cellules corporelles infectées à l’aide d’un antigène. S’il y a trop peu de cellules CD-8 dans la circulation sanguine, il y a un risque considérablement accru d’une évolution sévère du COVID-19 (Liu et al., 2020). Intéressant: ce type de cellule immunitaire a la plus forte densité de récepteurs de vitamine D (VDR) (Veldman et al., 2000). Les gènes dépendants de VDR sont important pour la différenciation et la survie des cellules T cytotoxiques (Sarkar et al., 2016).

La vitamine K2 pourrait également améliorer le cours de la maladie COVID-19

Les cas graves de COVID-19 souffrent souvent de troubles de la coagulation sanguine avec formation de thrombus à la suite de la tempête de cytokines. Les infections virales sont plus souvent associées à la formation de caillots sanguins – mais cet effet semble être particulièrement fort avec le Covid-19. Alors qu’en moyenne 1,3% souffrent d’embolie pulmonaire chez les patients gravement malades sans COVID-19, le chiffre est de 30% chez les patients gravement malades du COVID-19. En plus de la pneumonie, les caillots sont une cause centrale de lésions pulmonaires et de défaillance mortelle de plusieurs organes. La détérioration rapide et sévère de l’état du patient peut être expliquée par la formation de caillots.

Une étude a profité de cette observation pour analyser le statut en vitamine K de ces patients, la vitamine K étant essentielle au fonctionnement normal de la coagulation sanguine. La protéine Gla de matrice non carboxylée (uc-MGP) a été utilisée comme marqueur du statut en vitamine K dans le sang. La vitamine K assure la carboxylation de la MGP – s’il y a un manque de vitamine K, alors il y a trop d’UC-MGP (Dofferhoff et al., 2020). La vitamine K2 agit environ 50 fois plus longtemps que la K1.

Il a été démontré que les patients atteints de COVID-19 avaient significativement plus d’uc-MGP dans le sang (1 673 ± 1 584 pmol / l) que les sujets témoins (536 ± 291 pmol / l). Les patients COVID-19 avec des taux élevés (2 087 ± 1 940 pmol / l) présentaient également des valeurs uc-MGP significativement plus élevées que ceux avec des taux faibles (1 299 ± 1 056 pmol / l). Plus l’évolution du COVID-19 est sévère, plus la carence en vitamine K est importante (Dofferhoff et al., 2020). Il ne s’agit pas principalement de l’influence de la vitamine K sur la coagulation sanguine, mais plutôt de l’activation enzymatique de la MGP, qui peut lier le calcium. Le calcium libre est le facteur clé pour démarrer la cascade de coagulation qui conduit à des caillots sanguins potentiellement mortels. À ce propos, l’héparine, médicament anticoagulant, est principalement utilisée en thérapeutique dans les hôpitaux.

En outre, la vitamine E et la famille des tocophérols protègent également contre les caillots sanguins (National Institute of Health, 2020). En particulier, le gamma tocophérol réduit l’agrégation plaquettaire et retarde la formation de thrombus artériel. Le gamma tocophérol a également une influence positive sur la formation de NO bioactif (monoxyde d’azote) et dilate ainsi les vaisseaux sanguins (Singh et al., 2007). Le corps a également besoin de vitamine E pour renforcer son système immunitaire afin de repousser les bactéries et virus envahissants.

Étant donné que les infections virales provoquent une inflammation et donc un fort stress oxydatif, le corps a besoin de plus de vitamine E en cas d’infection pour intercepter les radicaux libres et pour protéger les organes importants, comme par ex. les poumons et le foie (Mileva et Galabov, 2018).

Augmentation de la coagulation sanguine due à un essoufflement et à une tempête de cytokines

Un pH sanguin relativement constant est vital. Par sécurité, notre corps utilise donc plusieurs systèmes tampons: le tampon bicarbonate, phosphate, protéine et hémoglobine. Le tampon de bicarbonate est le système tampon le plus important dans le corps, car les acides en résultants peuvent être libérés dans une large mesure par la respiration. Les capacités du bicarbonate et du tampon d’hémoglobine diminuent de plus en plus avec l’âge. De plus, les reins – notre organe excréteur le plus important pour les acides fixes – perdent souvent la moitié de leurs performances au cours de notre vie (Frassetto et al., 1996).

Dans le syndrome de détresse respiratoire aiguë, l’expiration de l’excès d’acides est considérablement réduite et le dioxyde de carbone acide s’accumule dans le sang. Avec les fonctions tampons, qui sont déjà limitées en raison de l’âge, cela conduit inévitablement à une acidose et à une augmentation de la coagulation sanguine. Parce que le calcium est normalement lié à 45% aux protéines dans le sang et à 50% sous forme libre et ionisée, la quantité de calcium libre augmente fortement en présence d’acidose. Parce que le calcium est un facteur clé de la coagulation sanguine, un excès de calcium libre peut trop activer la coagulation sanguine. Les ions calcium sont classés comme facteur de coagulation IV et activent les autres facteurs II, VII, IX, X et XIII.

La protéine de matrice Gla (c-MGP) activée par la vitamine K2 lie l’excès de calcium (Schurgers et al., 2010) et le transporte des vaisseaux sanguins vers les os. S’il y a une carence en vitamine K2 en plus de l’acidose, l’excès de calcium libre n’est pas fixé, peut se déposer sous forme de phosphate de calcium ou même activer la coagulation sanguine. Une carence en vitamine K augmente encore la coagulation sanguine en cas d’acidose.

La tempête cytokinique est également un facteur important, car les cytokines sont également connues pour activer la coagulation du sang.

Une consommation élevée de sel augmente la vulnérabilité aux infections bactériennes secondaires

Une grande quantité de sel (chlorure de sodium) dans l’alimentation a un effet acidifiant. Cela est dû au chlorure de ce composé. Cela produit de l’acide chlorhydrique dans le corps – un acide fixe non métabolisable qui doit être excrété par les reins. Un excès d’acides fixes dans le sang et une légère acidose métabolique liée à l’alimentation, augmentent le taux de cortisol dans le sang (Maurer et al., 2003; Vormann et Goedecke, 2006).

Avec ce mécanisme, un excès d’acides peut non seulement augmenter la coagulation sanguine, mais également affaiblir les défenses de l’organisme contre les bactéries. 

Une étude récente montre ce lien de manière impressionnante. La consommation supplémentaire de 6 g de sel par jour signifie que les granulocytes neutrophiles (cellules immunitaires spéciales qui éliminent principalement les bactéries) n’agissent plus aussi efficacement qu’avant. 

Les reins sont stimulent à excréter le sel en raison de la grande quantité accumulée. 

En tant qu’effet secondaire indésirable, les glucocorticoïdes (par exemple le cortisol) s’accumulent dans le corps, et les glucocorticoïdes à leur tour inhibent l’activité des granulocytes neutrophiles (Jobin et al., 2020).

En conclusion, une consommation de sel régulée peut donc réduire le risque d’infection bactérienne secondaire en plus de l’infection par le SRAS-CoV-2.

Conclusion

La pandémie est encore trop jeune pour bien connaître le virus SRAS-CoV-2. Lentement mais sûrement, les pièces du puzzle s’assemble et nous offre  une image de plus en plus claire: la vitamine D renforce le système immunitaire et peut contribuer de manière significative à une évolution plus douce de la maladie du COVID-19. Sur la base des études actuelles, la détermination de la valeur sérique de la vitamine D est utile, – et, surtout en cas de carence -, une supplémentation en vitamine sera recommandée. De plus, l’association de la vitamine D avec la vitamine K2 ainsi qu’avec les vitamines A et E est un quatuor logique, car l’infection augmente considérablement leur besoin.

Quiconque fait attention à un équilibre acido-basique et minéral équilibré en mangeant beaucoup de légumes riches en potassium, de légumes à feuilles vertes, diverses plantes et des fruits mais peu de sel et de protéines animales, présentera un profil santé optimal en renforçant le potentiel de son tampon de bicarbonate dans le sang.

Une surdose de vitamine D3, telle qu’on peut parfois la constater, n’est pas recommandée. Plus de 4000 UI par jour de vitamine D3 ne doit être ingéré que si et uniquement si une carence est connue. Des doses allant jusqu’à 10 000 UI par jour sont nécessaires pour remédier à un carence établie. La vitamine D3 a du sens pour une période limitée. Cependant, tôt ou tard, une prise quotidienne continue peut impliquer des effets secondaires graves. La dose fait le poison – ou le remède.

Références :

  • Académie nationale de Médecine (2020): Communiqué de l’Académie nationale de Médecine : Vitamine D et Covid-19. URL: http://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-nationale-de-medecine-vitamine-d-et-covid-19/
  • Alipio M (2020): Vitamin D Supplementation Could Possibly Improve Clinical Outcomes of Patients Infected with Coronavirus-2019 (COVID-2019). Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=3571484
  • American Geriatrics Society Workgroup on Vitamin D Supplementation for Older Adults (2014): Recommendations abstracted from the American Geriatrics Society Consensus Statement on vitamin D for Prevention of Falls and Their Consequences. J Am Geriatr Soc; 62(1): 147-152.
  • APM Research Lab Staff (2020): The color of coronavirus: COVID-19 deaths by race and ethnicity in the U.S. URL: https://www.apmresearchlab.org/covid/deaths-by-race (Stand: 05.05.2020).
  • Aponte R, Palacios C (2017): Vitamin D for prevention of respiratory tract infections.
    URL: https://www.who.int/elena/titles/commentary/vitamind_pneumonia_children/en/ (02.03.2020)
  • Bergman P, Lindh AU, Björkhem-Bergman L, Lindh JD (2013): Vitamin D and Respiratory Tract Infections: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. PLoS One; 8(6): e65835.
  • Biesalski H, Bischoff S, Pirlich M et al., Hrsg. 5., vollständig überarbeitete und erweiterte Auflage. Stuttgart: Thieme; 2017. doi:10.1055/b-004-132260
  • Bundesinstitut für Risikobewertung. Hrsg. Domke A et al. Verwendung von Vitaminen in Lebensmitteln – Toxikologische und ernährungsphysiologische Aspekte URL: https://www.bfr.bund.de/cm/350/verwendung_von_vitaminen_in_lebensmitteln.pdf
  • Cantorna MT, Snyder L, Arora J. Vitamin A and vitamin D regulate the microbial complexity, barrier function, and the mucosal immune responses to ensure intestinal homeostasis. Crit Rev Biochem Mol Biol. 2019;54(2):184-192. doi:10.1080/10409238.2019.1611734
  • D’Avolio A, Avataneo V, Manca A, Cusato J, De Nicolò A, Lucchini R, Keller F, Cantù M (2020): 25-Hydroxyvitamin D Concentrations Are Lower in Patients with Positive PCR for SARS-CoV-2. Nutrients; 12(5). pii: E1359.
  • Dancer RC, Parekh D, Lax S, D’Souza V, Zheng S, Bassford CR, Park D, Bartis DG, Mahida R, Turner AM, Sapey E, Wei W, Naidu B, Stewart PM, Fraser WD, Christopher KB, Cooper MS, Gao F, Sansom DM, Martineau AR, Perkins GD, Thickett DR (2015): Vitamin D deficiency contributes directly to the acute respiratory distress syndrome (ARDS). Thorax; 70(7): 617-624.
  • Daneshkhah A, Agrawal V, Eshein A, Subramanian H, Roy HK, Backman V (2020): The Possible Role of Vitamin D in Suppressing Cytokine Storm and Associated Mortality in COVID-19 Patients. BMJ;
    doi: https://doi.org/10.1101/2020.04.08.20058578
  • Dofferhoff ASM, Piscaer I, Schurgers LJ, Walk J, van den Ouweland JMW, Hackeng TM, Lux P, Maassen C, Karssemeijer EGA, Wouters EFM, Janssen R (2020): Reduced Vitamin K Status as a Potentially Modifiable Prognostic Risk Factor in COVID-19. Preprints 2020, 2020040457 (doi: 10.20944/preprints202004.0457.v1).
  • Ebhardt T, Bertacche M (2020): Italy Says 96% of Virus Fatalities Suffered From Other Illnesses. URL: https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-05-26/italy-says-96-of-virus-fatalities-suffered-from-other-illnesses
  • Frassetto LA, Morris RC Jr, Sebastian A (1996): Effect of age on blood acid-base composition in adult humans: role of age-related renal functional decline. Am J Physiol; 271(6 Pt 2): F1114-F1122.
  • Grant WB, Lahore H, McDonnell SL, Baggerly CA, French CB, Aliano JL, Bhattoa HP (2020): Evidence that Vitamin D Supplementation Could Reduce Risk of Influenza and COVID-19 Infections and Deaths. Nutrients; 12(4): E988.
  • Gröber U (2019): Vitamin A (Retinol). Zeitschrift für Orthomolekulare Medizin 2019; 17(02): 44-49 DOI: 10.1055/a-0920-2443
  • Han JE, Jones JL, Tangpricha V, Brown MA, Brown LAS, Hao L, Hebbar G, Lee MJ, Liu S, Ziegler TR, Martin GS (2016): High Dose Vitamin D Administration in Ventilated Intensive Care Unit Patients: A Pilot Double Blind Randomized Controlled Trial. J Clin Transl Endocrinol; 4: 59-65.
  • Hastie CE, Mackay DF, Ho F, et al. Vitamin D concentrations and COVID-19 infection in UK Biobank [published online ahead of print, 2020 May 7]. Diabetes Metab Syndr. 2020;14(4):561-565. doi:10.1016/j.dsx.2020.04.050
  • Ilie PC, Stefanescu S, Smith L (2020): The Role of Vitamin D in the Prevention of Coronavirus Disease 2019 Infection and Mortality. Aging Clin Exp Res; 1-4.
  • Jobin K, Stumpf NE, Schwab S, Eichler M, Neubert P, Rauh M, Adamowski M, Babyak O, Hinze D, Sivalingam S, Weisheit C, Hochheiser K, Schmidt SV, Meissner M, Garbi N, Abdullah Z, Wenzel U, Hölzel M, Jantsch J, Kurts C (2020): A high-salt diet compromises antibacterial neutrophil responses through hormonal perturbation. Sci Transl Med; 12(536): eaay3850.
  • Liu J, Li S, Liu J, et al. Longitudinal characteristics of lymphocyte responses and cytokine profiles in the peripheral blood of SARS-CoV-2 infected patients. EBioMedicine. 2020;55:102763. doi:10.1016/j.ebiom.2020.102763
  • Nationale Institute of Health. Vitamin E Fact Sheet for Consumers (2020) URL: https://ods.od.nih.gov/factsheets/VitaminE-Consumer/
  • Martineau AR, Jolliffe DA, Hooper RL, Greenberg L, Aloia JF, Bergman P, Dubnov-Raz G, Esposito S, Ganmaa D, Ginde AA, Goodall EC, Grant CC, Griffiths C, Janssens W, Laaksi I, Manaseki-Holland S, Mauger D, Murdoch DR, Neale R, Rees JR, Simpson S Jr, Stelmach I, Kumar GT, Urashima M, Camargo CA Jr (2017): Vitamin D supplementation to prevent acute respiratory tract infections: systematic review and meta-analysis of individual participant data. BMJ; 356: i6583.
  • Maurer M, Riesen W, Muser J, Hulter HN, Krapf R (2003): Neutralization of Western diet inhibits bone resorption independently of K intake and reduces cortisol secretion in humans. Am J Physiol Renal Physiol; 284(1): F32-F40.
  • Mileva M, Galabov AS (2018). Vitamin E and Influenza Virus Infection, Vitamin E in Health and Disease, Morales-Gonzalez JA, IntechOpen, DOI: 10.5772/intechopen.80954. URL: https://www.intechopen.com/books/vitamin-e-in-health-and-disease/vitamin-e-and-influenza-virus-infection
  • Rabenberg M, Scheidt-Nave C, Busch MA, Rieckmann N, Hintzpeter B, Mensink GB. Vitamin D status among adults in Germany–results from the German Health Interview and Examination Survey for Adults (DEGS1). BMC Public Health. 2015;15:641. Published 2015 Jul 11. doi:10.1186/s12889-015-2016-7
  • Raharusuna P, Priambada S, Budiarti C, Agung E, Budi C (2020): Patterns of COVID-19 Mortality and Vitamin D: An Indonesian Study. Available at SSRN: https://ultrasuninternational.com/wp-content/uploads/raharusun-et-al-2020_patterns_of_covid-19_mortality_and_vitamin_d_an_indonesian_study.pdf
  • Rhodes JM, Subramanian S, Laird E, Kenny RA (2020): Editorial: low population mortality from COVID-19 in countries south of latitude 35 degrees North supports vitamin D as a factor determining severity. Aliment Pharmacol Ther. doi: 10.1111/apt.15777; [Epub ahead of print].
  • Sarkar S, Hewison M, Studzinski GP, Li YC, Kalia V. Role of vitamin D in cytotoxic T lymphocyte immunity to pathogens and cancer. Crit Rev Clin Lab Sci. 2016;53(2):132-145. doi:10.3109/10408363.2015.1094443
  • Schilling S (2012): Epidemic vitamin D deficiency among patients in an elderly care rehabilitation facility. Dtsch Arztebl Int; 109(3): 33-38.
  • Schilling S (2012): Epidemischer Vitamin-D-Mangel bei Patienten einer geriatrischen Rehabilitationsklinik. Deutsches Ärzteblatt | Jg. 109 | Heft 3
  • Schurgers LJ, Barreto DV, Barreto FC, Liabeuf S, Renard C, Magdeleyns EJ, Vermeer C, Choukroun G, Massy ZA (2010): The circulating inactive form of matrix gla protein is a surrogate marker for vascular calcification in chronic kidney disease: a preliminary report. Clin J Am Soc Nephrol; 5(4): 568-575.
  • Singh I, Turner AH, Sinclair AJ, Li D, Hawley JA. Effects of gamma-tocopherol supplementation on thrombotic risk factors. Asia Pac J Clin Nutr. 2007;16(3):422-428.
  • Veldman CM, Cantorna MT, DeLuca HF. Expression of 1,25-dihydroxyvitamin D(3) receptor in the immune system. Arch Biochem Biophys. 2000; 374:334–338.10.1006/abbi.1999.1605
  • Vormann J, Goedecke Th (2006): Acid-Base Homeostasis: Latent Acidosis as a Cause of Chronic Diseases. Schweiz. Zschr. Ganzheits¬Medizin; 18(5).
  • White C, Nafilyan V (2020): Coronavirus (COVID-19) related deaths by ethnic group, England and Wales: 2 March 2020 to 10 April 2020. Available at: https://www.ons.gov.uk/peoplepopulationandcommunity/birthsdeathsandmarriages/deaths/articles/coronavirusrelateddeathsbyethnicgroupenglandandwales/2march2020to10april2020
  • Zhou F, Yu T, Du R, Fan G, Liu Y, Liu Z, Xiang J, Wang Y, Song B, Gu X, Guan L, Wei Y, Li H, Wu X, Xu J, Tu S, Zhang Y, Chen H, Cao B (2020): Clinical course and risk factors for mortality of adult inpatients with COVID-19 in Wuhan, China: a retrospective cohort study. Lancet; 395(10229): 1054-1062.

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)