Le coronavirus provoque aussi des problèmes de santé mentale chez de nombreux Belges: voici des pistes pour lutter contre l'anxiété - Medicatrix

Le coronavirus provoque aussi des problèmes de santé mentale chez de nombreux Belges: voici des pistes pour lutter contre l’anxiété

Source : RTLinfo Justine Sow, Gaëtan Lillon, publié le 10 octobre 2020 à 21h41

L’épidémie de coronavirus accentue les problèmes de santé mentale de nombreux Belges. Les hôpitaux psychiatriques ont constaté une augmentation de 30 à 40% des mises en observation sous contrainte. Les spécialistes interrogés par l’une de nos équipes rappellent les solutions qui existent pour lutter contre l’anxiété suscitée par la crise sanitaire.

En questionnant des Belges rencontrés dans un centre commercial, nos reporters RT LINFO ont rencontré des personnes dont le moral n’a pas été altéré par la crise du coronavirus. « Pour l’instant ça va super« , a dit une jeune étudiante interviewée. « Le moral est bon« . « Ça va très très bien« , a dit un autre homme, plein d’assurance. « Il faut que ça aille bien!« .

D’autres, en revanche, se laissant aller à quelques confidences, ont tout de même admis avoir traversé quelques difficultés. « J’ai quand même eu quelques moments difficiles« , a témoigné une dame. « Il y a eu des moments où j’en ai eu marre« . « Je dors un peu moins bien qu’avant« , a confié une autre étudiante. « Je ne sais pas si c’est lié au coronavirus« .

Jusqu’à 40% de patients en observation supplémentaires

Les conséquences de l’épidémie mondiale sur nos vies se sont multipliées et certains vivent mal tous ces changements. Selon les derniers chiffres, les hôpitaux psychiatriques du pays ont observé en moyenne 30 à 40% d’augmentation de demandes de mise en observation de patients.

L’unité d’urgences psychiatriques à l’hôpital Saint-Luc, où se sont rendus nos reporters en région bruxelloise, a constaté la même augmentation: du jamais vu depuis la création de cette antenne il y a 35 ans. « Je pense que cette augmentation est liée au stress dû à la crise du coronavirus. Des personnes se sont dit ‘Je crains d’avoir le covid’, ils ont eu très peur de cela et certains d’entre eux ont aussi été très isolés. On a beaucoup parlé des personnes âgées, mais elles ne sont pas les seules à être isolées. D’autre personnes l’ont été aussi et ont eu besoin d’exprimer leur ressenti, leurs difficultés à quelqu’un« , éclaire Gérald Deschietere, responsable des urgences psychiatriques à l’hôpital Saint-Luc.

Parler à ses proches et ne pas hésiter à se tourner vers un psychologue

Consulter un professionnel de la santé mentale est l’une des solutions préconisées si l’anxiété devient envahissante. Aller voir un psy demande parfois à certains de mettre leurs éventuels préjugés de côté. « Beaucoup le renvoient quand ils viennent en consultation« , témoigne Florence Ringlet, psychologue et directrice thérapeutique du centre « Un pass dans l’impasse ». « (Les patients) disent ‘Je n’avais pas cette idée-là des psys‘, ‘Je ne savais pas que vous alliez m’écouter et me répondre’, etc.« .

Pour le psychiatre Gérald Deschietere, cette démarche est très importante. « D’abord, avec un psy, on prend soin de soin: on se dit ‘Je m’autorise à aller voir quelqu’un pour demander de l’aide et je n’en suis pas honteux ou gêné’. C’est très important. J’encourage les gens à aller parler à leurs proches. Et si les proches sentent que c’est complexe, ils orienteront vers un professionnel« .

Sommeil, activités physiques et récréatives, mais aussi relations sociales

D’autres solutions existent pour soulager l’angoisse et éviter qu’un sentiment de détresse n’apparaisse. Elles sont souvent liées au bon sens. « Je pense qu’il faut pouvoir dire que l’augmentation des troubles mentaux, et notamment de l’anxiété, au XXe et XXIe siècle est notamment liée au fait que les gens ne dorment pas assez. D’abord, il faut s’assurer d’une bonne qualité de sommeil. Quelqu’un qui dort bien sera moins anxieux. Il faut avoir une activité récréative, physique, donc faire du sport, voir des amis. Et grâce à la parole, au fait qu’on échange avec quelqu’un, cela va réguler nos émotions et diminuer nos angoisses« , explique encore Gérald Deschietere.

Une plateforme en ligne

Si cela ne suffit pas, les professionnels recommandent alors d’aller consulter un médecin généraliste ou un psychologue par exemple. Pour faciliter la vie de ceux et celles qui chercheraient de l’aide sans savoir où la trouver, la Wallonie a créé une plateforme rassemblant tous les services existants: trouverdusoutien.be

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)