La « Perle » des huiles d’olive, un chémotype exceptionnel pour un trésor santé.

Sommaire :

    Introduction Vidéo

    L’huile d’olive et la peau

    Chez les être humains, le processus de vieillissement entraîne une altération progressive structurelle et fonctionnelle de la peau.

    L’amincissement du derme et de l’épiderme, la perte des fibres élastiques, l’aplanissement de l’union dermo-épidermique, la fibrose avec accumulation de collagène, la perte des capacités défensives et réparatrices de la peau sont quelques-uns des principaux changements qui affectent le tissu cutané.

    Des facteurs externes, comme les radiations solaires, produisent une accélération du vieillissement à travers la génération de radicaux libres. Même si les cellules sont munies de mécanismes de défense, il est possible de réduire l’altération cellulaire en ayant recours à des inhibiteurs. À ce titre, l’huile d’olive constitue un inhibiteur naturel, car son profil lipidique est très semblable à celui de la peau de l’être humain.

    L’huile d’olive contient, en plus des polyphénols, une proportion importante de vitamine E, source principale de protection face aux radicaux libres qui provoquent l’oxydation cellulaire, ainsi que de vitamines A, D et K. À cet égard, l’huile d’olive est un bon allié de thérapies spécifiques dans des processus dermatologiques comme l’acné, le psoriasis et les exzémas séborréiques.

    De même, on pense qu’en raison de sa grande capacité antioxydative, l’huile d’olive pourrait jouer un rôle important dans la prévention du processus d’oxydation continue, l’un des processus qui influencent le développement de certains types de cancers de la peau. Des études sur la vitamine E ont été commencées mais ce type d’observations exige du temps et l’on ne dispose encore d’aucune donnée concluante. Toutefois, la théorie indique que l’acide oléique jouerait un rôle important pour freiner l’oxydation continue.

    Luttez contre le vieillissement grâce à l’huile d’olive

    Grâce à sa teneur élevée en antioxydants divers (vitamine E, polyphénols, etc.), l’huile d’olive, permet de réduire le stress oxydatif et la formation de radicaux libres, molécules impliquées dans certaines maladies chroniques ainsi que dans le processus de vieillissement ; ainsi la consommation régulière de cette huile augmente l’espérance de vie, ce qui a été bien montré par les études épidémiologiques.

    Plusieurs pathologies liées à la sénescence sont influencées par le régime, en particulier l’ostéoporose et la baisse des fonctions cognitives.

    Certains laboratoires proposent de l’huile d’olive cliquez-ici pour la découvrir.

    Qu’est ce que l’ostéoporose

    C’est la réduction de la charge en calcium des os, qui favorise le risque de fractures.Il existe deux types d’ostéoporose :

    • celle de type I, qui se produit chez les femmes ménopausées d’âge moyen ;
    • et celle de type II, qui touche les personnes plus âgées.

    L’huile d’olive et l’ostéoporose

    L’huile d’olive semble avoir un effet favorable sur la calcification des os et sa consommation en plus grande quantité correspond à une meilleure minéralisation osseuse. Elle favorise l’absorption de calcium et exerce un rôle important au moment de la croissance et dans la prévention de l’ostéoporose.

    L’huile d’olive et la fonction cognitive

    Les régimes alimentaires riches en huile d’olive peuvent prévenir la perte de mémoire chez les personnes âgées saines. Une étude réalisée sur des personnes âgées ayant adopté un régime alimentaire riche en graisses monoinsaturées, présentes en particulier dans l’huile d’olive, a montré que ces personnes avaient moins de probabilités de souffrir d’un déclin cognitif lié à l’âge.

    On ne sait pas exactement de quelle manière les quantités élevées d’acides gras monoinsaturés préviennent le déclin cognitif mais on croit que ce phénomène est dû au fait que celles-ci participent au maintien de la structure des membranes neuronales. La demande de ces acides semble plus forte au cours du processus de vieillissement.

    Cette recherche a permis de vérifier que la quantité d’huile d’olive consommée était inversement liée à la détérioration cognitive due à l’âge, à la perte de mémoire, aux démences et à la maladie d’Alzheimer.

    L’hydroxytyrosol réduit le développement de l’athérosclérose

    Qu’est-ce que c’est ?

    De façon générale, le terme « sclérose » désigne toute dégénérescence fibreuse d’un tissu ou d’un organe. Avec l’âge, les tissus qui constituent les artères perdent leur élasticité et deviennent plus rigides. Le vieillissement normal des artères se nomme artériosclérose.

    L’artériosclérose est la première maladie cardiovasculaire au monde. C’est Albrecht Von Haller qui a inventé ce terme en 1855 en faisant référence au pus (athéré en grec) elle s’accompagne très souvent de dépôts lipidiques (cholestérol) sur la paroi interne des artères. L’athérosclérose associe l’épaississement de la paroi des grosses artères (aorte abdominale, coronaires, artères cérébrales, artères de jambes) et leur obstruction par des plaques d’athérome.

    Le cholestérol fait partie des graisses qui sont transportées par le sang. En excès, il est responsable de la formation des plaques d’athérome. Ce processus ressemble à celui du calcaire qui bouche les conduits d’une robinetterie. Au fil des années, ces dépôts s’imprègnent progressivement de fibrinogène, de plaquettes, de cellules sanguines, de calcium et se solidifient.

    Causes et facteurs de risques

    Un certain nombre d’éléments sont susceptibles de favoriser l’apparition ou l’aggravation de l’athérosclérose :

    •  Habitudes de vie : tabagisme, obésité, stress, sédentarité, contraception orale, alcoolisme ;
    •  Facteurs génétiques : antécédents familiaux d’accidents cardiovasculaires, ménopause ;
    •  Pathologies métaboliques : excès de cholestérol, diabète, goutte ;
    •  Hypertension artérielle (HTA).

    A savoir :

    • Le Tabagisme

    Au-dessus de 10 cigarettes/jour, le tabagisme est un facteur de risque très important. L’intoxication tabagique multiplie par 3 lerisque d’infarctus du myocarde. Au-dessus de 20 cigarettes/jour, le risque d’infarctus du myocarde est multiplié par 5 et celui de mort subite par 6. La suppression du tabac permet de diminuer de 50 % la mortalité d’origine vasculaire. La nicotine favorise le rétrécissement brusque des artères (spasmes). La fumée diminue l’apport d’oxygène aux tissus et maintient un taux excessif d’oxyde de carbone dans le sang.

    • Le Stress

    Le stress libère de l’adrénaline qui provoque des spasmes sur les artères. Lorsque le stress se répète trop souvent, il peut induire une hypertension artérielle (HTA) et des spasmes artériels répétés qui « usent » le système artériel et favorisent l’athérosclérose.

    • La Sédentarité

    Le manque d’activité physique diminue la résistance des artères. L’exercice augmente le taux du « bon cholestérol ». La marche, la natation et le jogging semblent être les sports les plus efficaces pour prévenir ou ralentir l’évolution de l’athérosclérose.

    Le cholestérol

    Indispensable à la vie, le cholestérol est un constituant des membranes qui entourent les cellules. Il est également indispensable à la fabrication des hormones produites par les glandes génitales et surrénales.

    Cependant, l’excès de cholestérol (et d’autres lipides) dans le sang conduit à la formation de plaques sur la paroi des artères : c’est l’athérosclérose. Cette maladie est la principale cause de maladies cardiovasculaires (MCV), et de nombreuses études ont démontré que l’Hydroxytyrosol, un composant de l’huile d’olive est très puissant ayant des propriétés antiradicalaireset peut réduire le LDL (lipoprotéines à faible densité).« Les LDL prennent le cholestérol au foie et l’emmènent dans l’organisme.Ce cholestérol a tendance à se déposer dans les artères et à les obturer. C’est le «mauvais» cholestérol ». Ainsi l’hydroxytyrosol peut  inhiber l’agrégation plaquettaire et  influencer le développement de l’athérosclérose.

    L’hydroxytyrosol a été officiellement reconnu par l’agence européenne EFSA comme composé réduisant l’oxydation du mauvais cholestérol (LDL-Ox).

    L’huile d’olive est un aliment au pouvoir naturel qui est extrait de l’olivier. Il est richement pourvu en polyphénols, en minéraux et en vitamines concentrés, c’est l’amie de votre cœur et un puissant agent antivieillissement.

    L’activité anti-microbienne des composés d’origine naturelle.

    De nombreuses études récentes s’intéressent aujourd’hui à l’activité antimicrobienne de certains composés d’origine naturelle. La sécurité et la biodisponibilité sont des  considérations primordiales pour classer les agents antimicrobiens par efficacité afin de les utiliser dans le domaine thérapeutique. Plusieurs études ont conclu la bonne biodisponibilté et la puissance rare de l’Hydroxytyrosol qu’on retrouve principalement dans l’huile d’olive extra vierge en quantité importante. Ainsi ce composant pourrait être un agent antimicrobien prometteur qu’on peut inclure dans les différents traitements pharmacologiques.

    Sans oublier que les composants typiques de l’alimentation méditerranéenne comme l’huile d’olive et les poissons,des sources riches en oméga, sont considérés comme des facteurs importants dans la préservation d’une bonne santé. Aussi les données épidémiologiques montrent que le régime méditerranéen a des effets protecteurs contre le cancer et des maladies coronariennes.

    La raison pour laquelle de nombreux chercheurs tentent de trouver de nouvelles sources d’agents antimicrobiens est que la résistance aux antibiotiques s’est accrue. Et on constate une nécessité de trouver et développer de nouveaux antibiotiques d’origine naturelle capable d’agir efficacement. Ainsi de nombreuses études se sont concentrées sur les propriétés antimicrobiennes sur les principes actifs dérivés des plantes tel que les huiles essentielles ou les épices ; qui ont été utilisés pendant une longue période dans la médecine traditionnelle pour guérir les infections.

    Les fruits et les feuilles de l’olivier (Oleaeuropaea) contiennent une série de composés qui stimulent des mécanismes multichimiques de défense contre les microbes et les attaques d’insectes. Les composés phénoliques majeurs identifiés et quantifiés dans l’huile d’olive appartiennent à trois classes différentes :

    • Les phénols simples « Hydroxytyrosol et Tyrosol »
    • Les sécoiridoides « Oleuropéine, l’Aglycone de ligstroside et leur dérivé Dialdéhyde décarboxylé »
    • Les lignanes « Acetoxypinoresinol et Pinorésinol »

    Récemment des études ont conclu que l’Oleuropéine, « la molècule amère présente en grande quantité dans l’huile d’olive extra vierge »,  et l’Hydroxytyrosol « qui dérive de  l’Oleuropéine par hydrolyse acide ou enzymatique et est responsable de la grande stabilité de l’huile d’olive » ; peuvent inhiber ou encore retarder le taux de croissance d’une large variété de bactéries et de champignons et pourraient ainsi être efficacement utilisés comme complément alimentaires ou en formulations pharmaceutiques.

    L’utilisation de l’hydroxytyrosol pour le traitement des maladies neurodégénératives tel que l’alzhzeimer, le parkinson…

    La plupart des antioxydants alimentaires ne peuvent pas passer la barrière hémato-encéphalique, sauf le cas de l’Hydroxytyrosol qui est un puissant antioxydant qu’on retrouve dans l’huile d’olive extra vierge en bonne quantité et dans la perle d’El-Borouj en importantes quantités. Il a été scientifiquement prouvé que l’Hydroxytyrosol peut être rapidement absorbé dans la circulation sanguine. De plus, il est capable de passer la barrière hémato-encéphalique en quantités significatives.

    Concernant l‘activité de l’hydroxytyrosol, il peut être particulièrement efficace dans le traitement de la maladie d’Alzheimer, la maladie de Huntington, la maladie à corps de Lewy, la maladie de Parkinson, la maladie de Pick, la sclérose latérale amyotrophique, la neurofibromatose, la lésion cérébrale,l’accident vasculaire cérébral, la sclérose en plaques, la perte de mémoire, ou la démence par infarctus multiples.

    Toutes les cellules de notre corps sont exposées à l’oxydation. A partir de 30 ans, la capacité du cerveau à faire face aux dérivés réactifs de l’oxygène (DRO /ROS) tels que les radicaux libres, baisse. La démence se développe chez un individu sur quatre personnes âgées de 55 ans, et le nombre de patients atteints de ces troubles augmente à mesure que l’espérance de vie augmente aussi. L’ADN mitochondrial est plus sensible à l’oxydation des radicaux libres avec l’âge, ces derniers étant 15 fois plus actifs après l’âge de 70 ans.

    Le cerveau est particulièrement vulnérable au stress oxydatif, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, en raison de sa grande demande d’énergie, le cerveau consomme 20% de tout l’oxygène utilisé. La consommation d’oxygène conduit à la production des dérivés réactifs de l’oxygène et donc le cerveau génère des quantités élevées de ces derniers. L’ajout en petite quantité moléculaire d’antioxydants qui sont facilement transportées à travers les conduites hémato-encéphaliques peut être efficace dans le traitement d’une maladie neurodégénérative. L’Hydroxytyrosol est particulièrement intéressant à cet égard.

    Bon à savoir:

    L’oxydation est souvent induite par les radicaux libres. Un radical libre est un composé qui contient une ou plusieurs électrons non appariés. Ces radicaux réagissent facilement avec d’autres molécules dans la cellule, et au cours de la vie de la cellule,l’attaque continue de radicaux libres peut altérer les mécanismes cellulaires et finalement peut conduire à la mort cellulaire associée à de nombreuses maladies y compris les maladies  neurodégénératives.
    Les radicaux libres et les molécules qui les génèrent sont souvent classés comme dérivés réactifs de l’oxygène(DRO/ROS). Nos cellules ont développé des mécanismes pour faire face à ces composés. Toutefois, des problèmes peuvent subvenir lorsque ces mécanismes d’adaptation ne sont pas suffisants pour éliminer tous ces composés. Dans ces conditions, le stress oxydatif peut causer des dommages cellulaires et après la mort cellulaire, principalement par nécrose. L’un des principaux facteurs qui peuvent réduire les dommages DRO et mitochondrial est l’Hydroxytyrosol qu’on retrouve en quantité abondante dans la perle d’El-Borouj.

    L’huile d’olive dans la grossesse et la petite enfance

    L’huile d’olive et la grossesse

    L’huile d’olive joue un rôle fondamental pour le fœtus au cours de la période de gestation.
    Selon les informations dont on dispose, les enfants de mères ayant consommé de l’huile d’olive au cours de leur grossesse ont un meilleur développement postnatal, en ce qui concerne la taille, le poids, le comportement et l’acquisition de réflexes psychomoteurs.
    La vitamine E est nécessaire à la croissance du fœtus mais également du nouveau-né qui, au moment du premier contact avec l’oxygène, est obligé de lutter contre le stress oxydatif provoqué par cette nouvelle situation. Pour cela, il a besoin de réserves de vitamine E, substance qui ne se trouve pas en quantités abondantes dans l’huile d’olive mais qui est maintenue dans un état de concentration adéquat grâce à la résistance de l’huile à l’oxydation.
    Ainsi, la quantité et la qualité du régime alimentaire suivi au cours de la grossesse jouent un rôle essentiel dans les adaptations métaboliques qui interviennent chez la mère et dans sa relation fonctionnelle avec le fœtus.

    L’huile d’olive et l’allaitement

    La vitamine E qui est présente dans le sang de la femme enceinte se concentre au cours de l’accouchement dans la glande mammaire, ce qui permet à la mère de continuer à apporter cette vitamine à son bébé pendant l’allaitement. Le maintien des niveaux de cette vitamine au cours de l’allaitement est fondamental.
    De même, l’emploi de l’huile d’olive est recommandé chez les prématurés et les nouveau-nés souffrant d’insuffisance biliaire ou pancréatique, en raison de son effet favorable sur le système hépatobiliaire.
    L’huile d’olive fournit non seulement une quantité d’acides gras essentiels suffisante pour le développement du nouveau-né mais également un rapport acide linoléique/acide linolénique (les deux acides gras essentiels) similaire à celui du lait maternel.
    Outre la preuve de son efficacité dans la prévention de l’hypercholestérolémie et de l’athérosclérose, processus qui peut commencer dès l’enfance, l’acide oléique semble exercer une action positive sur la croissance au cours de cette période, dans la minéralisation et le développement des os.

    Nécessités diététiques

    Au cours de la grossesse et de l’allaitement, il est recommandé de consommer une plus grande quantité de graisses monoinsaturées, et de réduire dans la mesure du possible les graisses saturées et le cholestérol, en respectant des normes diététiques générales et en contrôlant la quantité de calories ingérées, pour éviter une prise de poids excessive.
    Les nécessités diététiques des enfants de moins de trois ans ne sont pas les mêmes que celles des personnes plus âgées. Pendant la période d’allaitement, 40% de l’énergie consommée provient des graisses : celles que contient le lait maternel et les autres. Il est recommandé de continuer à suivre ce modèle alimentaire pour garantir que l’apport énergétique et nutritionnel couvre les nécessités du développement.

    L’huile d’olive et l’appareil digestif

    Dès le moment où elle est introduite dans la bouche, l’huile d’olive exerce une série d’effets tout au long de l’appareil digestif.
    Déjà dans l’Antiquité, on conseillait d’employer l’huile d’olive pour soigner diverses altérations digestives, qualités qui sont actuellement confirmées par diverses études épidémiologiques et par de nombreuses données scientifiques.

    L’huile d’olive et l’estomac

    Dans l’estomac, en ne diminuant pas le tonus du sphincter gastro-œsophagique, l’huile d’olive réduit le risque de reflux d’acidité de l’estomac vers l’œsophage.
    De même, l’huile d’olive inhibe partiellement la motilité gastrique : la vidange du contenu gastrique depuis l’estomac jusqu’au duodénum est alors plus lente et progressive ; la sensation de satiété est plus grande et la digestion et l’absorption des nutriments dans l’estomac sont favorisées.

    L’huile d’olive et le système hépatobiliaire

    En outre, elle exerce sur le système hépatobiliaire une action cholagogue et cholécystokinétique, double action garantissant un drainage biliaire optimal et une vidange complète de la vésicule (particulièrement utile dans la prévention et le traitement des dysfonctions des voies biliaires). Elle stimule également la synthèse de sels biliaires dans le foie et augmente l’excrétion hépatique de cholestérol.
    En conclusion, l’huile d’olive, grâce à son efficacité sur le tonus et l’activité de la vésicule biliaire, favorise la phase digestive des lipides, grâce à leur émulsion par la bile et prévient l’apparition de calculs biliaires (lithiase biliaire).

    L’huile d’olive et le pancréas

    En ce qui concerne le pancréas, l’huile d’olive lui permet de ne produire qu’une sécrétion réduite, ce qui le fait peu « travailler », mais de manière efficace et suffisante pour mener à bien toutes ses fonctions digestives. L’huile d’olive est recommandée dans le traitement de différentes maladies qui exigent que la fonction pancréatique soit préservée, notamment l’insuffisance pancréatique, la pancréatite chronique, la fibrose kystique, les syndromes de malabsorption, etc.

    L’huile d’olive et l’intestin

    Sur l’intestin grêle, l’huile d’olive empêche partiellement l’absorption du cholestérol, grâce au sitostérol qu’elle contient, et favorise l’absorption de divers éléments (calcium, fer, magnésium, etc.).
    L’huile d’olive est donc une matière grasse qui réunit d’excellentes conditions de digestibilité et d’absorption. Elle possède des propriétés privilégiées, sans oublier sa légère action laxative qui contribue à combattre la constipation et l’halitose (mauvaise haleine).

    Les pathologies en relation avec l'article

    Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

    Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

    Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)