Acidose – mythe ou vrai problème ?

Acidose – mythe ou vrai problème ? (partie 2/3)

Conséquences d’une acidose durable – des ongles aux os cassants

Les reins sont des organes importants dans le métabolisme acido-basique et la diminution de leur fonction renforce l’acidose chronique, subliminale du corps, ce que l’on appelle acidose latente. Le mode moderne d’alimentation avec un manque de composés minéraux alcalinisants provoque en outre une carence en bicarbonate, qui stimule encore l’acidose latente.

Symptômes d’une acidose

Les premiers signes d’une acidose peuvent être multiples

  • On se sent souvent irritable, très fatigué, hypersensible et on est souvent de mauvaise humeur
  • On peut avoir une peau peu saine, des ongles cassants, des cheveux ternes et secs
  • Irritation de la muqueuse gastro-intestinale, constipation et allergies plus fréquentes

Parmi les causes à long terme citons :

  • Perte d’élasticité et de fonctionnement des tissus conjonctifs (cellulite)
  • Plus grande sensibilité à la douleur
  • Stimulation d’inflammations rampantes et douleurs chroniques (par ex. rhumatismes, douleurs lombaires, céphalées et migraines)
  • Pierres aux reins
  • Hypertension
  • Pendant la vieillesse, augmentation des troubles des électrolytes avec troubles du rythme cardiaque, dégradation des muscles, ostéoporose et augmentation du risque d’apoplexie et d’infarctus

Dans le cas d’une acidose subliminale, les systèmes tampons du sang sont maintenus par la libération hors des tissus de minéraux comme le potassium, le calcium et le magnésium, d’abord le potassium est libéré du tissu musculaire et plus tard le calcium et le magnésium du tissu osseux. Cela fait que l’on élimine plus de calcium via l’urine et que finalement toujours plus de substance osseuse est décomposée. Conséquence : une perte de la stabilité des os et au pire des cas une ostéoporose avec fractures. Mais avant cela, on constate souvent une déminéralisation des cheveux, des ongles et des dents.

Au niveau musculaire, un excès d’acide provoque une dégradation des protéines ce qui entraine à la longue une perte de la masse musculaire. On observe cela chez les personnes âgées surtout. Puisque les acides sont neutralisés dans le corps par les minéraux, il peut y avoir accumulation de calcifications dans le corps. Cela s’accompagne souvent de  douleurs nerveuses, de douleurs aux  tendons, de douleurs musculaires et articulaires. Ces effets sont plus marqués  pendant la vieillesse si la fonction rénale diminue et sont alors interprétés comme des processus naturels de vieillissement.

Ce n’est que quand la charge acide ne peut plus être suffisamment éliminée parce que la fonction rénale diminue et que les autres mécanismes de compensation sont surchargés que la valeur pH et celle du bicarbonate diminuent dans le sang avec l’âge (acidose latente). Mais pendant la vieillesse certains médicaments (diurétiques) peuvent aussi causer une alcalose.

On ne remarque souvent que tard les conséquences inquiétantes d’une acidose chronique. Souvent on ne traite que les symptômes et pas les causes. C’est pourquoi il est important, de veiller tôt assez à avoir un métabolisme  acido-basique équilibré. Un équilibre acido-basique et minéral sain dans la nourriture joue un rôle important dans la prévention.

Des minéraux basiques pour des os solides et des muscles puissants

L’influence du métabolisme  acido- basique sur l’ostéoporose semble très importante. De nombreuses études montrent que la teneur supérieure en bases de l’alimentation végétale a des répercussions positives sur la densité osseuse, alors qu’une alimentation riche en protéine et en viande augmente nettement la fréquence des fractures de la hanche. L’apport de minéraux alcalinisants via les compléments alimentaires était aussi très efficace dans de nombreuses études.

Plus on vieillit, plus la prise suffisante des bons minéraux est importante, parce qu’une carence est moins compensée en raison des changements hormonaux. Au début de la ménopause, le magnésium devient plus important, à partir de la ménopause le potassium et le calcium aussi.

Les sels minéraux alcalins que sont les citrates de potassium, calcium et magnésium sont d’excellents éléments constitutifs pour des os et des muscles solides et aident les personnes âgées surtout à rester plus longtemps en bonne santé et actives. On peut combattre la dégradation osseuse surtout à l’aide de composés de potassium alcalinisants. Une alimentation suffisante en vitamine D est très importante et la prise complémentaire presque toujours judicieuse chez les personnes d’un certain âge.

Dans une étude d’intervention, 161 femmes avec ostéopénie, précurseur de l’ostéoporose, ont reçu 1,2 g de potassium par jour sous forme de citrate de potassium ainsi que 500 mg de calcium et 400 Unités Internationales de vitamine D. On a ainsi pu neutraliser partiellement la charge acide due à la nourriture. Après 12 mois, la densité osseuse avait augmenté et la structure osseuse s’était améliorée. Le citrate de potassium s’est avéré ici aussi efficace que le Raloxifen, un  médicament contre l’ostéoporose.

Grâce à la compensation du métabolisme  acido-basique dans le groupe test, le calcium est resté dans les os et n’a pas été prélevé comme substance tampon. On n’a pas constaté le même effet dans le groupe de contrôle, qui a reçu du chlorure de potassium avec du calcium et de la vitamine D au lieu de citrate de potassium, il s’est même avéré que son statut osseux avait empiré.

Le citrate de potassium peut en outre faire baisser l’élimination de calcium via les reins. Par contre, une prise élevée de sodium (sel de cuisine) et de protéine animale peut augmenter l’élimination du calcium et diminuer la densité osseuse.

Taux d’hormones en état d’urgence

Entretemps, une tension supérieure est au niveau mondial le facteur de risque de premier plan et responsable de 13% de tous les décès. Il est causé par la synergie étroite de toute une série de facteurs parmi lesquels une alimentation pauvre en potassium et riche en sel et des taux élevés d’aldostérone.

L’aldostérone, une hormone formée dans les surrénales, joue un rôle central dans le maintien de l’équilibre minéral et acido-basique et stimule l’élimination des acides excédentaires via l’urine. Mais l’aldostérone empêche aussi l’élimination de sodium et renforce celle de potassium,  magnésium et  calcium.

Notre alimentation acidifiante fait monter le niveau d’aldostérone bien que nous prenions beaucoup de sodium. Cela fait que la surcharge en chlorure de sodium continue à augmenter ; le potassium, le magnésium et le calcium par contre disparaissent. Le cortisol formé en plus grande quantité en cas d’alimentation acidifiante a le même effet que l’aldostérone.

Par conséquent, il y a plus de sodium dans le tissu conjonctif, la lymphe et les cellules. Les répercussions des dépôts de sodium( rétention de sodium) peuvent être dramatiques à la longue : hypertension, oedèmes par ex. dans les jambes, maladies rénales, troubles du rythme cardiaque et autres maladies cardiovasculaires, inflammations et faiblesse musculaire

Sandra Karl

A propos de l’auteure : Madame Sandra Karl a terminé son master en sciences de l’alimentation à l’université de Giessen en 2010. Son travail de fin d’études porte sur les effets santé des baies de sureau et sur l’allaitement. Son activité principale se situe dans le domaine de la promotion de la santé par une alimentation équilibrée et un mode de vie sain. Elle s’occupe aussi de médecine nutritionnelle, surtout en lien avec les maladies de civilisation telles l’hypertension, le diabète sucré ou l’obésité.


A voir également:

  1. L’acidose – mythe ou vrai problème ? (partie 1)

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)