AccueilCovid-19L’autorité australienne de réglementation des médicaments pourrait transmettre à la police fédérale...

L’autorité australienne de réglementation des médicaments pourrait transmettre à la police fédérale des messages Facebook contre la vaccination

L’autorité australienne de réglementation des médicaments envisage de transmettre à la police les messages Facebook relatifs aux vaccins

Publié le 2.6.2021 par ASR

L’organisme de réglementation a cité des peines d’emprisonnement potentielles de deux ans dans certains cas.

L’autorité australienne de réglementation des médicaments, la Therapeutic Goods Administration (TGA), envisage de transmettre à la police les messages Facebook contenant des allégations de décès liés au vaccin COVID, après qu’un message montrant le député travailliste Julian Hill en train de se faire vacciner a suscité une réaction massive de la part des sceptiques du vaccin.

La publication a été rapportée avec près de deux fois plus de commentaires que d’engagements – un signe courant qu’une publication est impopulaire.

De nombreux commentaires indiquaient que le vaccin était « expérimental », qualifiaient la publication de Hill de « propagande » et exprimaient leurs objections au vaccin.

Mais The Guardian Australia s’est concentré sur des publications présumées de certains utilisateurs de Facebook qui contiendraient une image citant la TGA et affirmant que les vaccins COVID-19 ont causé plus de 200 décès.

Ce chiffre fait référence à la déclaration de la TGA dans son rapport hebdomadaire du 27 mai sur la sécurité du vaccin COVID-19, selon laquelle elle a reçu « 210 rapports de décès suite à la vaccination ». Cependant, la TGA insiste sur le fait qu’un seul de ces décès a été causé par les vaccins.

Après que The Guardian Australia ait contacté la TGA, celle-ci a déclaré que la publication d’affirmations selon lesquelles le vaccin avait causé plus de 200 décès était « particulièrement inquiétante » et qu’elle envisagerait de transmettre ces messages à la police fédérale.

En outre, la TGA a fait remarquer que le fait de se présenter comme un organisme du Commonwealth ou de prétendre agir en son nom constitue une infraction pénale, passible de deux ans de prison.

Le Guardian Australia a également contacté Facebook, qui a rapidement supprimé les publications pour violation de ses règles très strictes en matière de « désinformation COVID-19 ».

Malgré la menace d’un renvoi à la police par la TGA et la suppression des messages par Facebook, M. Hill a demandé au ministre australien de la santé, Greg Hunt, de prendre des mesures supplémentaires pour « combattre l’hésitation à se faire vacciner et les théories de conspiration complètement folles qui circulent en ligne ».

Il a également averti que « les Australiens continueront à être exposés à des restrictions et à des blocages… jusqu’à ce qu’une partie suffisante de la population soit vaccinée ».

Ces développements interviennent quelques mois après que le législateur australien Craig Kelly a vu l’un de ses posts Facebook sur les masques retiré après des plaintes du parti d’opposition. Quelques jours après la suppression de ce post, son compte a été temporairement suspendu, puis il a été définitivement banni quelques mois plus tard.

Le mois dernier, Facebook a également étendu ses mesures de répression à l’encontre des contenus sceptiques concernant les vaccins en commençant à « vérifier les faits » et à supprimer les utilisateurs individuels qui partagent des informations erronées de manière répétée. Cette mesure fait suite à la révélation par des lanceurs d’alerte de l’algorithme secret du géant technologique qui supprime les expériences négatives concernant les vaccins.

Source 1 : The Guardian

Source 2: Reclaim The Net – Traduit par Anguille sous roche

Qactus | 4 juin 2021 à 23 h 56 min | Catégories : Australie | URL : https://wp.me/pbYbqw-jSE

NATURAMedicatrix

Restez connecté

53,654FansLike
42,789SubscribersSubscribe

Articles populaires

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)