Mesures contreproductives du ministère de la Santé publique

62

Autres mesures contreproductives du ministère de la Santé publique qui à mon humble avis peuvent avoir doublé la mortalité par COVID-19 en Belgique : 

Problème des masques 

  • La destruction de 5 millions de masques en 2019 et la décommande mi-mars 2020 – en pleine crise – d’une commande 3 millions de masques entrainant plus d’infections au COVID-19 chez le personnel soignant, non protégé, et une plus forte propagation du virus dans la population non protégée. 
  • Les répétitions par ses employés de l’information fausse que le masque ne serait pas utile en public ou si c’est le cas seulement pour protéger les autres, alors que le bon sens et la science suggèrent que nous devons tous porter des masques en public, pas seulement pour se protéger, mais pour éviter, si nous sommes porteurs du virus (même asymptomatiques), de transmettre le virus à des personnes fragiles. 
  • L’absence de recommandation à toute la population de porter des masques en public, car, même s’il y a pénurie de masques chirurgicaux, de donner des instructions à chacun pour produire ou faire produire ses propres masques ou mettre des écharpes devant le nez et la bouche, auraient pu fortement diminuer la propagation du virus. 
  • L’interdiction faite il y a peu de distribuer les masques protecteurs enfin arrivés de Chine au personnel des homes pour personnes âgées et privilégier uniquement les hôpitaux, alors que c’est dans les homes justement que se trouvent les personnes les plus fragiles. La très haute mortalité dans les homes actuellement, montre à quel drame cette mesure a mené. 

Problème du traitement à la chloroquine (anti-malarique): 

  • Ce traitement efficace dans les stades primaires de la maladie au Coronavirus, devient toxique ou mal toléré lorsqu’il est donné dans un stade avancé de la maladie. Or, en Belgique, il a été retiré de pharmacie sous instruction du ministère de la Santé publique, et n’est disponible qu’en hôpital pour ceux qui sont gravement atteints, justement ceux chez qui ce traitement est contre-indiqué ! 

Tests de dépistage du coronavirus 

  • Interdiction par arrêté ministériel de faire des tests rapides de dépistage du Coronavirus pendant 6 mois en pleine crise du coronavirus, alors que ces tests se sont montrés fiables et efficaces en Corée du Sud !! Et à un moment où en Belgique un tel dépistage est indispensable ! Le Ministère n’a jamais pu démontrer en quoi ils n’étaient pas assez fiables (que de termes vagues) ! 

Interdiction faite il y a peu de faire de tests dans les homes.

Article précédentAméliorez la qualité de votre sommeil
Article suivantCOVID-19, examinons les risques réels pour notre santé!
Dr. Thierry Hertoghe
Le Dr Hertoghe représente la quatrième génération successive de médecins travaillant avec des traitements hormonaux – et ce depuis 1892 (après Eugène – ancien vice-président de l’Académie Royale de Médecine de Belgique, Luc et Jacques Hertoghe – interniste-endocrinologue). Le Dr Thierry Hertoghe consacre sa vie à rechercher et promouvoir de meilleurs traitements médicaux bio-identiques, mieux adaptés aux patients, et basés sur des données scientifiques solides. Auteur de nombreux ouvrages, le Dr Thierry Hertoghe prend également la parole dans de nombreuses conférences et participe à de nombreux congrès. Il co-organise d’ailleurs beaucoup de congrès internationaux, et détient des postes importants dans plusieurs organisations médicales internationales et nationales spécialisées en hormonothérapie, en lutte contre le vieillissement et dans le domaine du Healthy Aging. Il est le Président de la Société Mondiale de Médecine Anti-âge (World Society of Anti-Aging Medicine, plus de 7000 médecins) ainsi que de l’International Hormone Society (plus de 2500 médecins).