Moyens naturels contre le refroidissement et la grippe — Medicatrix

Moyens naturels contre le refroidissement et la grippe

Micronutriments et polyphénols de grenade pour combattre virus et inflammations

L’automne est bel et bien là, et avec lui, non seulement l’humidité et le froid, mais aussi d’innombrables virus. Il suffit d’une demi-heure pour que les agents pathogènes arrivent en « gouttes » minuscules dans la muqueuse de la bouche et du nez parce qu’on éternue ou qu’on tousse. Et ils s’y multiplient à toute vitesse !

Les conséquences se manifestent en peu de jours – sous forme d’infection grippale ou de vraie grippe (influenza) avec les symptômes correspondants :

  • fièvre,
  • toux,
  • céphalées,
  • douleurs articulaires.

On peut prévenir cela de manière très naturelle : les substances actives anti-virales, anti-bactériennes, anti-inflammatoires et antioxydantes de la grenade, des baies de sureau et des cistes, et les micronutriments comme le zinc, le sélénium, les vitamines A, C et D protègent la muqueuse de la gorge et du pharynx et maintiennent en même temps l’équilibre du système immunitaire.

Dans le cas d’une infection grippale, dans un premier temps, il ne faut pas renforcer le système immunitaire, mais modifier les réactions immunitaires et lutter contre les virus. Car le vrai danger en cas de grippe constitue l’avalanche de cytokines, une hyper-réaction potentiellement mortelle du système immunitaire. Le moyen adapté devrait donc être à la fois anti-viral et anti-inflammatoire.

Dans l’Ayurvéda, le potentiel thérapeutique de la grenade est connu depuis des milliers d’années en cas de maladies inflammatoires. Sa force thérapeutique, la grenade la doit à des substances actives particulières : les polyphénols. L’efficacité anti-inflammatoire des polyphénols du jus de grenade fermenté repose sur l’inhibition de régulateurs inflammatoires (comme le NF-κB), d’enzymes inflammatoires (par ex. COX2) et de substances messagères inflammatoires (comme le TNF-α, l’interleukine 6 et 8). La propagation des agents pathogènes de la grippe dépend beaucoup de l’activation de la voie de signalisation pro-inflammatoire NF-κB (Wurzer et al., 2004). Plusieurs études montrent que les virus se multiplient nettement plus lentement quand on inhibe cet activateur de l’inflammation (Mazur et al.,2007). Les polyphénols de grenade interviennent précisément ici et sont donc considérés comme un nouveau point de départ plein de promesses pour une thérapie antivirale (Ludwig et Planz, 2008).

Les polyphénols de grenade éliminent les virus de l’influenza et soutiennent les médicaments anti-grippe

Organic Ripe Red Pomegranates

Les polyphénols de grenade disposent de larges effets anti-viraux et anti-microbiens  (Neurath et al., 2004 et 2005, Reddy et al., 2007): ils tuent les virus de la grippe Influenza A et inhibent leur multiplication (Haidiri et al., 2009). Il est donc important d’utiliser les polyphénols de grenade localement à la porte d’entrée de l’infection virale, car ce n’est qu’ainsi qu’ils déploient leur efficacité anti-virale et anti-bactérienne directe. Il est prouvé que les polyphénols des baies de sureau et la ciste ont aussi des propriétés anti-virales. Dans des études cliniques sur l’influenza, on a pu diminuer de 50% la durée de la maladie et en atténuer nettement les symptômes en administrant des extraits de baies de sureau (Zakay-Rones et al., 1995 ; Zakay-Rones et al., 2004)

Les polyphénols de grenade protègent du stress oxydant

Les processus inflammatoires renforcent le stress oxydant dans le corps. Celui-ci fait que des agents pathogènes inoffensifs de la grippe mutent en « tueurs » agressifs. Des substances protectrices antioxydantes comme par ex. le sélénium (Nelson et al., 2001) et les polyphénols de jus de grenade combattent directement ces répercussions mutagènes des inflammations. Les polyphénols du jus de grenade améliorent déjà nettement le statut total des antioxydants (TAS) après une prise de courte durée chez les humains (Aviram et al., 2000, Aviram et al., 2004) et renforcent les systèmes de protection antioxydants endogènes. Plusieurs études prouvent l’excellente protection antioxydante du cœur, des vaisseaux, du cerveau et du système nerveux, du foie et de la muqueuse gastrique par les polyphénols de grenade.

defences_immunitaires

Les polyphénols de grenade font augmenter la concentration de l’antioxydant le plus important de la cellule, le L-glutathion réduit (GSH) (Rosenblatt et al., 2006, ; Aviram et al., 2004). C’est très important pour le système immunitaire, car la capacité de fonctionnement des leucocytes dépend de leurs réserves élevées en GSH.
Les cellules phagocytaires combattent les virus et les bactéries avec leurs radicaux libres et ont besoin de substances antioxydantes protectrices pour leur propre protection et survie. C’est d’ailleurs aussi une raison pour laquelle la vitamine C soutient le système immunitaire pendant un rhume ou une grippe. En cas d’infections grippales graves, le monoxyde d’azote (NO) joue un rôle important. D’une part, le NO a un effet anti-viral, d’autre part, les radicaux NO favorisent le développement de pneumonies virales.
Les polyphénols de grenade stabilisent le NO antioxydant et empêchent sa dégradation en radicaux NO dangereux, comme l’a découvert le Prix Nobel et découvreur du NO, Louis Ignarro (Ignarro et al., 2006).

La vitamine D, la vitamine « antibiotique »

Les épidémies de grippe sont les plus fréquentes et l’évolution de la maladie la plus grave les mois qui suivent le solstice d’hiver. Cela a un rapport avec l’ensoleillement : celui-ci influence la concentration en vitamine D. Cette substance vitale règle si bien l’immunité et est si efficace contre les agents pathogènes (Zasloff, 2006), que l’on parle de « vitamine antibiotique » dans les études récentes (Raloff, 2006).

Dans des études cliniques, la vitamine D a fait baisser de manière drastique la fréquence des maladies et a supprimé complètement la recrudescence saisonnière des infections, c’est-à-dire que les infections étaient aussi rares en hiver qu’en été (Aloia et al., 2007). En outre, la vitamine D diminue le risque d’infection bactérienne secondaire. C’est important, car des pneumonies bactériennes ont souvent de graves complications et sont responsables de la plupart des décès en rapport avec les infections grippales. La vitamine D a en outre un effet anti-inflammatoire et aide ainsi à éviter une avalanche de cytokines (Helfrich et al., 2007)

Zinc et sélénium, une combinaison idéale pour l’immunité

En plus de la vitamine C, les oligo-éléments : zinc et sélénium, sont très importants. De nombreuses études prouvent leur efficacité (Mocchegiani et al., 1999 pour le zinc, Arthur et al., 2003, Bellinger et al., 2003 pour le sélénium) : ils améliorent entre autres la réaction de défense chez les personnes âgées après le vaccin contre la grippe.
Ces deux oligo-éléments influencent considérablement le nombre et le fonctionnement des cellules tueuses naturelles qui jouent un rôle important en cas de cancer et d’infections virales (Ravaglia et al., 2000). Un manque de zinc (Mocchegiani et al., 1999) et de sélénium (Beck et al., 2007) affaiblit la réponse immunitaire aux infections virales.

Le zinc est le cofacteur de plus de 300 enzymes (il entre dans leur composition). Il aide le système immunitaire à former des cellules défensives contre les virus et les bactéries. Il atténue et raccourcit nettement les problèmes de rhume comme le montrent des études cliniques (par ex. Prasad et al., 2000). Chez les personnes âgées surtout, il y a souvent un manque latent de zinc. Le système immunitaire en est affaibli, plus d’infections et de maladies immunitaires font leur apparition et l’équilibre immunitaire se déplace en faveur des lymphocytes TH-2 auxiliaires (Haase et Rink, 2009). Les groupes à risque sont les enfants, les personnes âgées ou malades et les diabétiques qui souffrent souvent des conséquences d’un manque de zinc :

  • défense immunitaire faible,
  • rhumes fréquents,
  • mauvaise cicatrisation,
  • maladies de la peau ,
  • perte du goût,
  • problèmes d’ongles et de cheveux.

En hiver, surtout ou en cas de risques élevés d’infection, il est judicieux de remplir les réserves de zinc en prenant 10 à 15 mg par jour.

Le zinc atténue aussi l’avalanche de cytokines en cas d’infections (Kahmann et al., 2008, Ho et al., 2001). Si on donne du zinc aux enfants de plus de 12 ans en prévention, ils ont moins de maladies infectieuses de l’appareil digestif et des voies respiratoires. Les diarrhées sont moins fortes et plus courtes (Brown et al., 2009). Contrairement aux inhibiteurs classiques d’infection, le zinc n’opprime pas le système immunitaire mais améliore sa réactivité en cas de maladies infectieuses.

Le sélénium est aussi un oligo-élément vital et dont on ne peut se passer pour un bon fonctionnement du système immunitaire (Arthur et al., 2003). Beaucoup de gens manquent de sélénium, surtout les fumeurs, et cela nuit aux défenses immunitaires. Les diététiciens considèrent qu’il faudrait améliorer l’apport de sélénium car il est tout simplement insuffisant lorsqu’il faut se défense contre le rhume, car ces refroidissements augmentent le besoin de sélénium.

Si on manque de sélénium, on est plus sensible aux infections et l’évolution de la maladie est plus grave. Des études montrent que le sélénium aide probablement à empêcher qu’une souche de virus de l’influenza mute en virus agressifs (Nelson et al., 2001).

Woman With Hands Around Her Neck

Pour toutes les substances actives décrites dans cet article, une application locale au niveau des zones d’entrée principale de l’infection, donc dans l’espace gorge-pharynx s’impose. Les polyphénols de grenade fermentés, les baies de sureau, la vitamine D, le zinc et le sélénium (combinés dans les gouttes de Granaimun de Dr. Jacob’s®) et de la vitamine D fortement dosée ne sont évidemment pas des remèdes miracles, mais ils peuvent aider à prévenir les maladies infectieuses et à atténuer leur déroulement. En cas de refroidissements ou d’infections grippales graves, il faut absolument se ménager. S’il y a avalanche de cytokines (beaucoup de fièvre, grande fatigue, forte sensation de malaise, le cas échéant aussi crises d’étouffement, nausées) ou une infection bactérienne ou virale secondaire aigüe des poumons (pneumonie), il faut avoir recours à la médecine traditionnelle.

 Bibliographie

  • Afaq F, Malik A, Syed D, Maes D, Matsui MS, Mukhtar H. (2005a) Pomegranate fruit extract modulates UV-B-mediated phosphorylation of mitogen-activated protein kinases and activation of nuclear factor kappaB in normal human epidermal keratinocytes paragraph sign. Photochemistry and Photobiology. 81: 38–45.
  • Afaq F, Saleem M, Krueger CG, Reed JD, Mukhtar H. (2005b) Anthocyanin- and hydrolyzable tannin-rich pomegranate fruit extract modulates MAPK and NF-kappaB pathways and inhibits skin tumorigenesis in CD-1 mice. International Journal of Cancer. 113: 423–433.
  • Ahmed S, Wang N, Hafeez BB, Cheruvu VK, Haqqi TM (2005) Punica granatum L. extract inhibits IL-1beta-induced expression of matrix metalloproteinases by inhibiting the activation of MAP kinases and NF-kappaB in human chondrocytes in vitro. Journal of Nutrition. 135: 2096–2102.
  • Aloia J, Li-Ng M. (2007) Re: epidemic influenza and vitamin D. Epidemiol Infect 135(7): 1095-1096.
  • Arthur JR, McKenzie RC, Beckett GJ. (2003) Selenium in the immune system. J Nutr. 133(5 Suppl 1): 1457S-9S. Review.
  • Aviram M, Dornfeld L, Rosenblat M, Volkova N, Kaplan M, Coleman R, Hayek T, Presser D, Fuhrman B. (2000) Pomegranate juice consumption reduces oxidative stress, atherogenic modifications to LDL, and platelet aggregation: studies in humans and in atherosclerotic apolipoprotein E-deficient mice. American Journal of Clinical Nutrition. 71: 1062–1076.
  • Aviram M, Rosenblat M, Gaitini D, Nitecki S, Hoffman A, Dornfeld L, Volkova N, Presser D, Attias J, Liker H, Hayek T. (2004) Pomegranate juice consumption for 3 years by patients with carotid artery stenosis reduces common carotid intima-media thickness, blood pressure and LDL oxidation. Clinical Nutrition. 23: 423–433.
  • Beck MA (2007) Selenium and Vitamin E Status: Impact on Viral Pathogenicity. J. Nutr. 137: 1338-140.
  • Bellinger FP, Raman AV, Reeves MA, Berry MJ. (2009) Regulation and function of selenoproteins in human disease. Biochem J. 422: 11-22.
  • Brown KH, Peerson JM, Baker SK, Hess SY. (2009) Preventive zinc supplementation among infants, preschoolers, and older prepubertal children. Food Nutr Bull. 30(1 Suppl): S12-40.
  • de Jong MD, Simmons CP, Thanh TT, Hien VM, Smith GJ, Chau TN, Hoang DM, Chau NV, Khanh TH, Dong VC, Qui PT, Cam BV, Ha do Q, Guan Y, Peiris JS, Chinh NT, Hien TT, Farrar J. (2006) Fatal outcome of human influenza A (H5N1) is associated with high viral load and hypercytokinemia. Nat Med. 12(10): 1203-7. Epub 2006 Sep 10.
  • Droebner K, Ehrhardt C, Poetter A, Ludwig S, Planz O. CYSTUS052, a polyphenol-rich plant extract, exerts anti-influenza virus activity in mice. Antiviral Res. 2007 Oct;76(1):1-10.
  • Ehrhardt C, Hrincius ER, Korte V, Mazur I, Droebner K, Poetter A, Dreschers S, Schmolke M, Planz O, Ludwig S. A polyphenol rich plant extract, CYSTUS052, exerts anti influenza virus activity in cell culture without toxic side effects or the tendency to induce viral resistance. Antiviral Res. 2007 Oct;76(1):38-47.
  • Haidari M, Ali M, Ward Casscells S 3rd, Madjid M. (2009) Pomegranate (Punica granatum) purified polyphenol extract inhibits influenza virus and has a synergistic effect with oseltamivir. Phytomedicine. 2009 Jul 6
  • Haase H, Rink L. (2009) The immune system and the impact of zinc during aging Immun Ageing. 12;6:9.
  • Helfrich YR, Kang S, Elalieh HZ, Steinmeyer A, Zügel U, Bikle DD,Modlin RL, Gallo RL. (2007) Injury Enhances TLR2 Function and Antimicrobial Peptide Expression Through a Vitamin D Dependent Mechanism. J Clin Invest 117: 803-811.
  • Ho E, Quan N, Tsai YH, Lai W, Bray TM. (2001) Dietary zinc supplementation inhibits NFkappaB activation and protects against chemically induced diabetes in CD1 mice. Exp Biol Med (Maywood). 226(2): 103-11.
  • Huang TH et al. (2005) Pomegranate flower extract diminishes cardiac fibrosis in Zucker diabetic fatty rats: modulation of cardiac endothelin-1 and nuclear factor-kappaB pathways. Journal of Cardiovascular Pharmacology. 46: 856-862.
  • Ignarro LJ, Byrns RE, Sumi D, de Nigris F, Napoli C. Sep (2006) Pomegranate juice protects nitric oxide against oxidative destruction and enhances the biological actions of nitric oxide. Nitric Oxide. 15(2): 93-102.
  • Jeeninga RE, de Jong MD, Berkhout B. (2009) The New Influenza A (H1N1) Pandemic. J Formos Med Assoc. 108(7): 523-5.
  • Kahmann L, Uciechowski P, Warmuth S, Plümäkers B, Gressner AM, Malavolta M, Mocchegiani E, Rink L. (2008) Zinc supplementation in the elderly reduces spontaneous inflammatory cytokine release and restores T cell functions. Rejuvenation Res. 11(1): 227-37.
  • Kaur G, Jabbar Z, Athar M, Alam MS. (2006) Punica granatum (pomegranate) flower extract possesses potent antioxidant activity and abrogates Fe-NTA induced hepatotoxicity in mice. Food and Chemical Toxicology. 44(7): 984-93.
  • Khan N, Afaq F, Kweon MH, Kim K, Mukhtar H. (2007) Oral consumption of pomegranate fruit extract inhibits growth and progression of primary lung tumors in mice. Cancer Res. 67 (7): 3475–3482.
  • Khan N, Hadi N, Afaq F, Syed DN, Kweon MH, Mukhtar H. (2007) Pomegranate fruit extract inhibits prosurvival pathways in human A549 lung carcinoma cells and tumor growth in athymic nude mice. Carcinogenesis. 28 (1): 163–173.
  • Loren DJ, Seeram NP, Schulman RN, Holtzman DM (2005) Maternal dietary supplementation with pomegranate juice is neuroprotective in an animal model of neonatal hypoxic-ischemic brain injury. Pediatric Research. 57: 858–864.
  • Mocchegiani E, Malavolta M, Muti E, Costarelli L, Cipriano C, Piacenza F, Tesei S, Giacconi R, Lattanzio F. (2008) Zinc, metallothioneins and longevity: interrelationships with niacin and selenium. Curr Pharm Des. 14: 2719-32.
  • Nelson HK, Shi Q, Van Dael P, Schiffrin EJ, Blum S, Barclay D, Levander OA, Beck MA. (2001) Host nutritional selenium status as a driving force for influenza virus mutations. FASEB J. 15(10): 1846-8.
  • Neurath AR, Strick N, Li YY, Debnath AK. Oct (2004) Punica granatum (Pomegranate) juice provides an HIV-1 entry inhibitor and candidate topical microbicide. BMC Infect. Dis. 4:41.
  • Neurath AR, Strick N, Li YY, Debnath AK. (2005) Punica granatum (pomegranate) juice provides an HIV-1 entry inhibitor and candidate topical microbicide. Ann NY Acad Sci. 1056: 311–237.
  • Prasad AS, Fitzgerald JT, Bao B, Beck FW, Chandrasekar PH. (2000) Duration of symptoms and plasma cytokine levels in patients with the common cold treated with zinc acetate. A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Ann Intern Med. 133(4): 302-3.
  • Raloff J. (2006) The Antibiotic Vitamin. Science News 170: 312-317
  • Rasheed Z, Akhtar N, Anbazhagan AN, Ramamurthy S, Shukla M, Haqqi TM. (2009) Polyphenol-rich pomegranate fruit extract (POMx) suppresses PMACI-induced expression of pro-inflammatory cytokines by inhibiting the activation of MAP Kinases and NF-kappaB in human KU812 cells. J Inflamm (Lond). 6: 1.
  • Ravaglia G, Forti P, Maioli F, Bastagli L, Facchini A, Mariani E, Savarino L, Sassi S, Cucinotta D, Lenaz G. (2000) Effect of micronutrient status on natural killer cell immune function in healthy free-living subjects aged >/=90 y. Am J Clin Nutr. 71(2): 590-8.
  • Reddy MK, Gupta SK, Jacob MR, Khan SI, Ferreira D May. (2007) Antioxidant, Antimalarial and Antimicrobial Activities of Tannin-Rich Fractions, Ellagitannins and Phenolic Acids from Punica granatum L. Planta 73(5):461-7.
  • Rosenblat M, Hayek T, Aviram M. (2006) Antioxidative effects of pomegranate juice (PJ) consumption by diabetic patients on serum and on macrophages. Atherosclerosis. 187 (2): 363–371.
  • Schubert SY, Lansky EP, Neeman I. (1999) Antioxidant and eicosanoid enzyme inhibition properties of pomegranate seed oil and fermented juice flavonoids. J Ethnopharmacol. 66 (1): 11–17.
  • Schubert SY, Neeman I, Resnick N. (2002) A novel mechanism for the inhibition of NF-kappaB activation in vascular endothelial cells by natural antioxidants. The Federation of American Societies for Experimental Biology Journal. 16: 1931–1933.
  • Shukla M, Gupta K, Rasheed Z, Khan KA, Haqqi TM. (2008a) Consumption of hydrolyzable tannins-rich pomegranate extract suppresses inflammation and joint damage in rheumatoid arthritis. Nutrition. 2008 May 17, Online-Publikation vor Druck
  • Shukla M, Gupta K, Rasheed Z, Khan KA, Haqqi TM. (2008b) Bioavailable constituents / metabolites of pomegranate (Punica granatum L) preferentially inhibit COX2 activity ex vivo and IL-1beta-induced PGE2 production in human chondrocytes in vitro. J Inflamm (Lond). 5(1): 9. Online-Publikation vor Druck.
  • Sumner MD et al.(2005) Effects of pomegranate juice consumption on myocardial perfusion in patients with coronary heart disease. Am J Cardiol. 96 (6): 810–814.
  • Syed DN, Malik A, Hadi N, Sarfaraz S, Afaq F, Mukhtar H. (2006) Photochemopreventive effect of pomegranate fruit extract on UVA-mediated activation of cellular pathways in normal human epidermal keratinocytes. Photochem Photobiol. 82 (2): 398–405.
  • Zakay-Rones Z, Thom E, Wollan T, Wadstein J. (2004) Randomized study of the efficacy and safety of oral elderberry extract in the treatment of influenza A and B virus infections. J Int Med Res. 32(2): 132-40.
  • Zakay-Rones Z, Varsano N, Zlotnik M, Manor O, Regev L, Schlesinger M, Mumcuoglu M. (1995) Inhibition of several strains of influenza virus in vitro and reduction of symptoms by an elderberry extract (Sambucus nigra L.) during an outbreak of influenza B Panama. J Altern Complement Med. 1(4): 361-9
  • Zasloff M. (2006) Inducing endogenous antimicrobial peptides to battle infections. Proc Natl Acad Sci USA 103: 8913-4.

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)