Le rapport naturel sodium-potassium - Medicatrix

Le rapport naturel sodium-potassium

Extrait tiré du livre "CUISINER VÉGÉTAL un défi pour la santé!" de Suzanne Jacob.

Nous utilisons à peu près 25 % de l’énergie corporelle totale pour faire fonctionner la pompe sodium-potassium qui fait entrer le potassium dans la cellule et en fait sortir le sodium. Un bon rapport sodium-potassium est par conséquent très important pour nos cellules corporelles.

À l’âge de pierre (et aujourd’hui encore chez les peuples primitifs), la nourriture contenait environ 10,5 g de potassium et 0,8 g de sodium seulement. Aujourd’hui, par contre, nous assimilons beaucoup trop de sel (chlorure de sodium) et trop peu de potassium (que l’on trouve dans les légumes, les fruits et les herbes). Le rapport du potassium au sodium s’est modifié d’un facteur 30 en faveur du sodium. Mais une alimentation riche en potassium et pauvre en sodium est très importante pour le maintien d’une tension normale. Le Food and Nutrition Board des USA et du Canada recommande aux adultes de prendre au moins 4,7 g de potassium mais maximum 1,5 g de sodium (3,75 g de sel) par jour. Plus de 80 % d’entre nous prennent trop peu de potassium. Par contre la recommandation AJR pour le sodium est largement dépassée. Les épices, la charcuterie, le pain, tout ce que l’on grignote et les plats préparés font partie des principales sources de sel.

En raison de son importance pour le maintien d’une tension normale, la dose quotidienne de 2 g de potassium recommandée dans L’EU est trop faible. En outre, lors de la cuisson, on peut perdre jusqu’à 75 % du potassium en fonction du légume et du stade de cuisson (et aussi jusqu’à 65 % du magnésium).

Le potassium est un minéral très important et excellent pour la santé qui est normalement éliminé sans problème par les reins

Mais chez certaines personnes qui souffrent d’insuffisance rénale par exemple suite à un diabète de longue date ou qui prennent certains médicaments comme par exemple des diurétiques d’épargne potassique, celui-ci ne peut plus être suffisamment éliminé. Il faudrait dans ce cas discuter avec le médecin d’une augmentation de l’apport de potassium pour éviter des taux de potassium trop élevés dans le sang.

Tout qui a toujours pris peu de potassium et beaucoup de sodium devrait d’abord réduire sa consommation de sel, puis augmenter peu à peu son apport de potassium pendant les 2 premières semaines. Cela donne le temps aux reins de s’adapter. On trouve du potassium en abondance dans les légumes, les fruits et les noix.

On élimine beaucoup de chlorure de sodium via la transpiration

Tout qui transpire beaucoup a moins besoin de réduire sa consommation de sel, mais devrait veiller à un apport suffisant de potassium et de magnésium. Celui qui prend des diurétiques d’épargne sodique devrait adapter le dosage en fonction de sa tension et de la réduction de sodium dans l’alimentation en accord avec son médecin. Si on garde le même dosage, on peut développer une carence en sel en cas de réduction de sel. Les diurétiques peuvent être superflus si on remédie au déséquilibre sodium-potassium dans l’alimentation.

Tuyaux pour la réduction de sodium

Dans nos régions, la charcuterie, le
fromage et le pain sont les principaux
fournisseurs de sodium (sel de cuisine).

  • La charcuterie, le fromage et le pain sont nos principaux fournisseurs de sodium (sel de cuisine).
  • Les sources principales de sodium (sel de cuisine) sont les épices, la charcuterie, le pain, les plats préparés, le fromage, les chips et tout ce qu’on grignote. Évitez ces aliments autant que possible et faites votre pain vous-mêmes.
  • Tenez compte du taux de sodium/sel dans le tableau des valeurs nutritionnelles des aliments, lisez les étiquettes. Faites attention aux « faux amis » : chlorure de sodium, nitrate de sodium, carbonate de sodium, natron, citrate de sodium, glutamate de sodium, benzoate de sodium, saumure, etc.
  • Ne salez jamais vos repas lors de la cuisson, mais à table avec un sel réduit en sodium et riche en potassium (par exemple le sel Tension Artérielle de Dr Jacob’s).
  • Ayez une alimentation riche en potassium, c’est-à-dire prenez au moins 4,7 g de potassium par jour, car le potassium est le contrepoids du sodium. Choisissez donc beaucoup de fruits et de légumes frais. Ne jetez pas l’eau de cuisson des légumes riche en potassium, mais utilisez- la pour vos sauces par exemple.
  • Buvez des eaux minérales pauvres en sodium (moins de 20 g de sodium par litre).
  • Réduisez la quantité d’aliments transformés et de plats préparés.
  • Cuisinez vous-mêmes, c’est la seule façon de savoir ce que vous mangez.
  • Au restaurant, commandez un repas sans sel.
  • Aromatisez vos plats avec des herbes fraîches ou séchées. Méfiez-vous des mélanges d’épices, ils contiennent souvent du sel.
  • Avec le poisson et les légumes, utilisez du jus de citron à la place du sel.
  • Faites-vous transpirer régulièrement ! Les activités physiques qui font transpirer et le sauna favorisent l’élimination du sel.
Extrait tiré du livre "CUISINER VÉGÉTAL un défi pour la santé!" de Suzanne Jacob.

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)