[TWEET GM #43] La fin d’un mythe : Le petit-déjeuner n’est pas un repas important !

109
Médecine Fonctionnelle - Dr Georges MOUTON MD

Actualité brûlante du docteur Georges Mouton, médecine fonctionnelle.

LA FIN D’UN MYTHE : LE PETIT DÉJEUNER N’EST PAS UN REPAS IMPORTANT !

Nous venons tous juste de poster la citation # 43et nous espérons que vous la lirez !

J’ai eu affaire à cette folie du petit-déjeuner pendant presque toute ma vie.  Durant mon enfance et mon adolescence, j’ai toujours détesté prendre un petit-déjeuner mais j’y étais obligé par mes parents.

Lorsque j’ai pu décider de façon indépendante, j’ai vite cessé de le prendre.  Toutefois, lorsque je suis devenu médecin, j’ai dû faire face à une myriade de critiques venant de collègues et de patients.  Le harcèlement étant devenu extrême, j’ai jeté l’éponge après environ dix années de résistance et j’ai commencé à suivre le rite du petit-déjeuner… auquel j’ai fini par devenir accro.

Les choses ont progressivement empiré étant donné que je développais une envie de manger plus souvent, de plus en plus souvent…  À tel point que l’idée d’aller au stade olympique de Londres en 2012 afin d’y applaudir Usain remportant trois titres olympiques (de plus) m’a stressé eu égard à l’approvisionnement alimentaire difficile durant les longues (et incroyables) heures durant lesquelles je séjournais au stade.

J’ai donc décidé que “Brexit is Br-exit” (vous aurez compris que je parle ici du Breakfast Exit) et j’ai remplacé ce foutu repas par du beurre salé dans une tasse de café !

J’ai alors souffert de maux de tête dus à la détoxication des nombreux xénobiotiques stockés dans les adipocytes (cellules adipeuses sous-cutanées et surtout présentes dans la graisse abdominale) affamés en train de fondre.  Je suis alors parvenu à très lentement augmenter le temps entre mon repas du soir et le premier repas du lendemain qui est devenu un brunch, puis un lunch.  J’ai alors réalisé que je suivais un jeûne intermittent.

Ce n’est qu’en 2016 que j’ai découvert mon génotype OGG1 ‘SC’, à savoir hétérozygote variant, et qu’il valait mieux pour moi suivre un jeûne intermittent si je voulais prévenir la pléthore de maladies liées au stress oxydant.  Par-dessus tout, il s’agissait de prévenir le cancer étant donné que mon enzyme de réparation de l’ADN (OGG1) travaille 7 fois plus lentement que la norme…

Laissez-moi maintenant tirer quelques conclusions :

A) L’instinct des enfants ne devrait pas être minimisé.  B) Le mythe du petit-déjeuner ne vaut pas plus que les autres mythes dont vous avez entendu parler, lorsqu’ils ne sont basés sur aucune science solide.  C) Le jeûne intermittent fait des merveilles.  D) La médecine personnalisée et préventive représente l’avenir de la médecine.

» Retrouvez tous les tweets du docteur G. Mouton sur son site internet.


THE END OF A MYTH: BREAKFAST IS NOT MOST IMPORTANT MEAL!

We have just posted QUOTE GM #43 today, which you will hopefully read.

I have been dealing with this breakfast madness most of my life. In my childhood and teenage, I always hated to eat breakfast, but was obliged. When I could decide independently, I stopped having it, but only to face myriads of criticisms from colleagues or patients when I became a doctor.

Harassment became so extreme that I surrendered after about ten years, started implementing breakfast, and became addicted to it. Things got slowly worse given that I progressively wanted to eat more often, to the point that the idea of going to London Olympic Stadium in August 2012 in order to watch Usain BOLT win gold medals stressed me regarding food supply during the numerous (amazing) hours I was going to stay there…

I therefore decided that “Br-Exit is Br-Exit” (you will have understood that I refer here to Breakfast-Exit), replaced damned meal with salted butter in cup of coffee, got headaches from detoxifying xenobiotics out of some starving and melting adipocytes (fat cells), slowly managed to increase time between meals, finally got completely rid of food in the mornings, shrunk belly fat like mad, and realized that was “intermittent fasting”.

It was not until 2016 that I found out my OGG1 genotype is heterozygous variant (SC) that meant I should better embark on intermittent fasting if I wanted preventing galaxy of diseases related to oxidative stress, above all cancer given my DNA repair enzyme works 7 times slower than ideal.

Let me draw some conclusions: kids’ instinct should not be downplayed; breakfast myth is not worth any more than other myths you hear about; intermittent fasting delivers wonders; and individualized medicine is best.

» Find all the tweets of doctor G. Mouton on his website.


In this revealing, and sometimes polemic, collection of articles, world renowned Functional Medicine expert Dr Georges Mouton MD, in collaboration with Nutritional Medicine expert Glen Matten, expose the myths, mistaken beliefs and preconceived ideas that exist in healthcare today. Embracing an evidence-based approach, combined with decades of clinical experience, they share an unrivalled commitment to the pursuit of optimum health status. The content of this explosive cocktail of articles will shock, inspire, and enlighten in equal measures, ultimately paving the way to a new powerful, preventive approach to health and the ongoing battle against chronic disease.

» Shop

Article précédent[TWEET GM #42] Le stress oxydant représente une cause majeure du vieillissement
Article suivant[TWEET GM #44] Une hémoglobine glyquée élevée prédit un déclin de la mémoire !
Avatar
Diplôme de docteur en médecine, Université de Liège (Belgique) en 1985. Le Dr. Georges Mouton est reconnu internationalement comme un expert en médecine fonctionnelle. Il tient des consultations à Londres où il utilise une approche de la médecine fonctionnelle sophistiquée à la fois pour traiter les plaintes de son patient et les prévenir des maladies dégénératives chroniques ou affections futures. Dr. Mouton donne des conférences sur un large éventail de sujets médicaux aux professionnels de soins de santé à travers le monde. Ses conférences, articles et résumés sont toutes librement accessibles ici. Il est l'auteur du livre, "Ecosystème intestinal et la santé optimale" (des éditions Resurgence). Au fil de 26 chapitres qui se lisent comme un roman, constellés de références scientifiques, de tableaux et de graphiques, Dr. Mouton vous emmène à la découverte de la microflore et de la muqueuse intestinales.