« Effets des champs électromagnétiques sur les infections virales », J. Lintermans, A. Vander Vorst.

181

Suite à certains résultats, il semble raisonnable d’admettre qu’une exposition massive de l’être humain aux champs électromagnétiques peut mener à un état pathologique consistant en une immuno-dépression qui fragilise leur système de défense et favorise donc les infections au contact d’agents pathogènes, en particulier des virus.

Coronavirus et 5G, y aurait-t-il une corrélation ?

Jacques Lintermans docteur en sciences et André Vander Vorst professeur émérite UCL

Les populations des pays industrialisés sont exposées de façon exponentielle et continue aux champs électromagnétiques (CEM). Les sources d’émission sont omniprésentes et toutes les catégories de personne sont concernées.

Il s’en suit une situation unique dans l’Histoire de l’évolution, dont on n’a pas jusqu’ici mesuré  toutes les conséquences pour les organismes vivants (1)

 Qu’en est-il pour l’espèce humaine ?

Une réponse est peut-être venue de Chine où est apparu récemment un phénomène infectieux de nature inconnue.

Quel rapport y aurait-t-il avec les ondes ?

Il se trouve que, à l’encontre des mises en garde du monde scientifique sur les effets délétères possibles de la 5G sur la santé, la Chine a procédé à une implantation massive de cette technologie dans la province de Wuhan en octobre 2019 (2)

 Et qu’a-t-on constaté 2 mois plus tard dans cette région ? Une infection galopante par un coronavirus dont la morbidité chez l’homme n’avait jamais été observée.

Est-ce une coïncidence ? 

Quelque chose a du se passer pour expliquer cette explosion ? 

Et si ce quelque chose était un effet de la 5G ? 

Différents chercheurs indépendants ont investigué le lien coronavirus-5G (3) alors qu’un mécanisme d’action était proposé selon lequel la 5G endommagerait les cellules de défense immunitaire naturelles facilitant ainsi une infection virale (4).

 Sans nier la pertinence de cette explication, il faut en admettre le côté spéculatif. 

Par contre  il est opportun de rappeler qu’il existe un affaiblissement du système immunitaire chez les hommes, et surtout les femmes, mis en évidence par la mesure de leurs paramètres sanguins en conditions variées d’exposition à des ondes allant de très basses fréquences jusqu’aux micro-ondes (5-18).

Ces observations sont totalement objectives et ont été confirmées par expérimentation animale (19-20).

Les CEM, en effet,  provoquent une déplétion des lymphocytes, principalement des T8 et NK produits par le thymus et la moelle osseuse. 

Comme conséquence attendue de ces effets,  les lymphocytes ayant une fonction cytotoxique, leur déplétion favorisera une prolifération d’agents infectieux.

Ne serait-ce pas ce qui s’est passé avec le coronavirus dont la morbidité serait apparue suite à une diminution des défenses naturelles chez certains individus, suivie d’une propagation épidémique par affaiblissement du système immunitaire de la population ? 

S’il est donc prouvé qu’une irradiation par des CEM dans une gamme étendue de fréquences impacte le système immunitaire de l’organisme humain avec les conséquences dramatiques qui peuvent en découler, une particularité importante de cette observation est qu’elle repose sur des données quantitatives, donc difficilement contestables.

Les effets attribués en Chine à la 5G  auraient alors été de renforcer massivement une telle situation rendant l’organisme humain plus vulnérable aux infections. 

En résumé, si la 5G peut éventuellement expliquer une éruption du virus à Wuhan, sa propagation massive et rapide ailleurs peut être favorisée par un affaiblissement du système immunitaire de la population sous l’effet d’un électrosmog de densité variable selon les endroits.

 On ne peut pas non plus exclure d’hypothèse d’une mutation du virus sous l’effet de la 5G avec une agressivité résultante du nouveau virus, où qu’il se trouve.  Ce point mérite d’être approfondi.

Ces considérations ne sont pas de nature polémique mais informative dont le but est d’aider les décideurs politiques à évaluer les risques éventuels d’un déploiement de la 5G ainsi que, de façon générale, du développement des réseaux  technologiques utilisant les CEM.


Références

(1)Vander Vorst A. Effects of electromagnetic fields on living organisms. ECERI 5th Paris Appeal Congress, Brussels 2015; May 18

(2) Yurou. Central China province launches commercial 5G applications. XinhuaNet March 7, 2020

(3) Freeman M. The Coronavirus 5G Connection and Coverup.The Freedom Articles; March7, 2020

(4) Johnson J. Did the 5G rollout in Wuhan damage the innate cellular defense cells of the population, putting the people at risk of complications and death from coronavirus. Science.News; 02/26/2020

(5) Bergier L, Lisiewicz J, Moszczynski P, Rucinska M, Sasiadek U. Effect of electromagnetic radiation on T-lymphocyte subpopulation and immunoglobulin level in human blood serum after occupational exposure. Med Pr 1990; 41(4): 211-5

(6) Boscolo P, Di Giampaolo L, Di Donato, et al.The immune response of women with prolonged exposure to electromagnetic fields produced by radiotelevision broadcasting stations. Int J Immunopathol Pharmacol 2006 Oct-Dec; 19 (4): 43-8

(7) Taheri M, Roshanaei G, Ghaffari J, et al.The effects of Base Transceiver Station waves on some immunological and hematological factors in exposed persons. Human Antibodies 2017; 25 (1-2): 31-37

(8) Belpomme D, Campagnac C, Irigaray P. Reliable disease biomarkers characterizing and identifying electrosensitivity and multiple chemical sensitivity as two etiopathogenic aspects of a unique pathological disorder. Rev Environ Health 2015; 30(4): 251-271

(9) Johansson O. Disturbance of the immune system by electromagnetic fields: A potentially underlying cause of cellular damage and tissue repair reduction which could lead to disease and impairment. Pathophysiology 2009; 16(2-3): 157-77

 (10) Gobba F, Bargellini A, Bravo G, Scaringi M, Cauterruccio L, Borella P. Natural killer cell activity decreases in workers exposed to extremely low frequency magnetic fields exceeding 1 micro T. Int J Immunopathol Pharmacol 2009 Oct-Dec; 22(4): 1059-62

(11) Bonhomme-Faivre L, Marion S, Forestier F, Santini R, Auclair H. Effects of Electromagnetic Fields on the Immune System of Occupationally Exposed Humans and Mice. Archives of Environmental Health: An International Journal 2003; 58 (11): 712-717

(12) Szabason F, Bonhomme-Faivre L, Déoux S, Déoux P, Santini R. Significant Increase of Leucocytes, NK and Interleukin 2 in Humans After the End of 0.4µT-12µT Subchronic Exposure. 24th annual meeting BEMS p247, 2002, Québec

(13) Di Giampaolo L, Di Donato A, Antonucci A, et al. Follow up study on the immune response to low frequency electromagnetic field in men and women working in a museum. Int J Immunopathol Pharmacol 2006; 19(4): 37-42

(14) Del Signore A, Boscolo P, Kouri S, Di Martino G, Giuliano G. Combined effects of traffic and electromagnetic fields on the immune system of fertile atopic women. Ind Health 2000; 38(3): 294-300

(15) McRee D. Soviet and Eastern European Research on Biological Effects of Microwaves Radiation. Proceeding of the IEEE 1980 Jan; 68(1) 

(16) Ichinose T, Burch JB, Noonan CW, et al. Immune Markers and Ornithine Decarboxylase Activity among Electric Utility Workers. J Occup Environ Med 2004 March; 46(2): 104-12

(17) Johansson O, Gangi S, Liang y, et al. Cutaneous mast cells are altered in normal healthy volunteers sitting in front of ordinary THs/PCs – results from open-field provocation experiments. Journal of Cutaneous Pathology 2001; 28(10): 501-547

(18) Marshall T, Heil TJR.  Electrosmog and auto-immune disease. Immunol Res 2017; 65(1): 129-139

(19) Lushnikov KV, Gapeev AB, Sadovnikov VB, Chemeris NK.  Effects of extremely high frequency electromagnetic radiation of low intensity on parameters of humoral immunity in healthy mice. Biofizika 2001; 46: 753-760

(20) Adang D, Remacle C,VanderVorst A. Results of a Long-Term Low-Level Microwaves Exposure of Rats. IEEE Transactions on Microwaves Theory and Techniques 2009; 57(10) : 2488-2497