Le cholestérol est indispensable à la santé

24
Closeup portrait smiling cheerful happy young woman making heart sign with hands isolated on green background. Positive human emotion expression feeling life perception attitude body language

La plupart de mes patients semblent convaincus que leur alimentation peut-être qualifiée d’optimale s’ils évitent de manger du cholestérol.  Celui-ci fait l’objet d’une diabolisation tous azimuts : croyance populaire, grands médias, diététiciens, nutritionnistes, médecins… tous sont persuadés de la nocivité de cette molécule omniprésente dans la chair animale. 

Il n’existe pas de lien entre la consommation alimentaire de cholestérol et les pathologies cardiovasculaires des sujets

Toute cette foutaise résulte d’une étude épidémiologique biaisée publiée en 1953 par le Dr Ancel KEYS, une étude connue sous le nom d’Etude des Sept Pays.  Elle tendait à démontrer le lien direct entre la consommation de graisses saturées et la prévalence de la maladie coronarienne.  En réalité, les statistiques disponibles à l’époque couvraient 22 pays et, si l’on refait aujourd’hui les calculs sur la base statistique d’alors, mais élargie, on aboutit à un résultat diamétralement opposé, c’est-à-dire qu’il n’existe pas de lien entre la consommation alimentaire de cholestérol et les pathologies cardiovasculaires des sujets.

Ceci dit, le but ici ne consiste pas à se livrer à une bataille d’études auxquelles on peut évidemment faire dire tout et son contraire.  Non, il s’agit plus simplement de regarder les faits et d’évoquer un peu de physiologie.  Il est clairement établi qu’un taux de cholestérol inférieur aux normes officielles est associé à une mortalité accrue, surtout consécutive aux suicides (système nerveux perturbé) et aux cancers (défenses immunitaires altérées).  Je ne nie pas que certains risques augmentent avec un cholestérol excessif, mais les relations cholestérol / morbidité (maladie) et cholestérol / mortalité répondent des courbes en U, tout comme la quasi totalité des paramètres biologiques d’ailleurs.  Il n’y a rien de vraiment révolutionnaire à affirmer qu’en biologie, la recherche d’un juste milieu constitue le Graal.

D’ailleurs, pour tous ceux qui restent convaincus de la dangerosité du cholestérol, comment expliquent-ils alors que les études épidémiologiques les plus récentes montrent clairement, chez les patients âgés d’au moins 80 ans, une meilleure espérance de vie chez ceux qui ont le cholestérol le plus élevé ?  Dès lors, quand doit-on passer subitement du cholestérol le plus bas possible à son contraire : à 60 ans, à 65 ans, à 70 ans ou à 75 ans ?

Soyons raisonnables : il suffit d’examiner les nombreux rôles physiologiques assumés par le cholestérol.  Sans lui en tant que précurseur incontournable de toutes les hormones stéroïdes (ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle un « stérol »), pas d’hormones sexuelles (œstradiol, progestérone, testostérone) et pas d’hormones surrénaliennes (glucocorticoïdes ou 17-hydroxystéroïdes, 17-cétostéroïdes, minéralocorticoïdes).  Sans lui, pas d’acides biliaires et donc pas de sels biliaires pour émulsifier et donc pour digérer les graisses.

Sans lui, nous perdons un constituant fondamental du tissu cérébral : comme le dit le cardiologue français Michel de LORGERIL, « le cerveau adore le cholestérol » !  Les sujets souffrant d’un déficit en cholestérol, congénital ou non, développent des troubles cognitifs (mémoire et/ou intelligence diminuées).

En conséquence, doit-on s’étonner de cet effet secondaire des statines, les médicaments hypocholestérolémiants très à la mode, consistant en des troubles de la mémoire parfois confondus avec un début d’Alzheimer ?

Sans lui, les membranes cellulaires perdent leur structure, à tel point qu’une consommation accrue d’acides gras oméga 3 fait baisser le cholestérol sanguin.  Ce dernier doit alors être incorporé dans les membranes cellulaires pour leur donner davantage de consistance, en réponse à la plus grande flexibilité membranaire qu’apportent ces acides gras polyinsaturés.

Le manque flagrant de cholestérol nuit en outre au bon fonctionnement de la muqueuse intestinale et donc à sa capacité d’absorption des nutriments, en particulier des vitamines liposolubles (A, D, E & K), du coenzyme Q10 et de l’ensemble des acides gras insaturés !

 

Article précédentLes amalgames dentaires constituent-ils un risque pour la santé ? (3/3)
Article suivantLa Restauration d’un Etat Physiologique (1/2)
Avatar
Diplôme de docteur en médecine, Université de Liège (Belgique) en 1985. Le Dr. Georges Mouton est reconnu internationalement comme un expert en médecine fonctionnelle. Il tient des consultations à Londres où il utilise une approche de la médecine fonctionnelle sophistiquée à la fois pour traiter les plaintes de son patient et les prévenir des maladies dégénératives chroniques ou affections futures. Dr. Mouton donne des conférences sur un large éventail de sujets médicaux aux professionnels de soins de santé à travers le monde. Ses conférences, articles et résumés sont toutes librement accessibles ici. Il est l'auteur du livre, "Ecosystème intestinal et la santé optimale" (des éditions Resurgence). Au fil de 26 chapitres qui se lisent comme un roman, constellés de références scientifiques, de tableaux et de graphiques, Dr. Mouton vous emmène à la découverte de la microflore et de la muqueuse intestinales.

Laisser un commentaire