Le Germe de blé fermenté, en accompagnement des cancers

Le Germe de blé fermenté, en accompagnement des cancers

Szent- Györgyi (1893- 1986) est un chercheur célèbre qui a reçu le prix Nobel de médecine en 1937 pour son travail sur la vitamine C et son exploration de ses propriétés biochimiques. Vers la fin des années 50, suite au décès de son épouse d’un cancer, il oriente ses recherches vers la recherche de composants naturels pouvant avoir des actions «anticancers». C’est dans les années 60 qu’il isole ces substances dans le germe de blé fermenté : les quinones.

Après son décès, un autre biochimiste, Máté Hidvégi, décide de continuer les recherches de Györgyi. En 1997, après 8 années d’étude, sa technique de fabrication est mise au point et brevetée. Aujourd’hui, le germe de blé fermenté est connu sous le nom de Xaventin en France. Dans de nombreux pays (Italie, Hongrie, USA, Australie…) et depuis plus de 10 ans il est utilisé comme complément alimentaire, et en Hongrie, comme traitement complémentaire pour améliorer les traitements standards contre le cancer.

Journals catalogsIl est rare que des compléments alimentaires bénéficient d’une aussi grande documentation scientifique à propos de ses propriétés sur la santé. La quarantaine d’études à son sujet ont montré qu’il permet de diminuer les récidives de cancer, de ralentir la progression de la maladie, d’améliorer le taux de survie des patients, d’améliorer les effets positifs des traitements conventionnels tout en diminuant leurs effets secondaires. Comment est-ce possible?

Interview exclusive du Pr Hidvégi, l’inventeur du germe de blé fermenté

Q– Professeur Hidvégi, comment avez-vous eu l’idée de travailler sur le germe de blé et de mettre au point ce procédé original de fermentation ? 

R– La recherche pharmaceutique a toujours été fondamentale dans ma famille. Mon grand- père a été doyen de la Faculté de Médecine, le premier et le seul pharmacien qui, à ce jour, a atteint ce haut grade universitaire. L’un de ses collègues et, peut-être son meilleur ami, était Albert Szent-Györgyi, lauréat du prix Nobel pour sa découverte de la vitamine C. Lors de ses dernières années, celui-ci s’est tourné vers la recherche dans le but de trouver un remède contre le cancer. Szent-Györgyi a émis l’hypothèse qu’un médicament anti- cancéreux révolutionnaire pourrait être basé sur la méthoxy-benzoquinone, un précurseur retrouvé dans le germe de blé. Plusieurs années après ma rencontre avec Albert Szent-Györgyi, j’ai décidé de développer un médicament contre le cancer. J’avais l’intime conviction que si je continuais dans la même direction que celle initiée par Szent-Györgyi, je serai en mesure de remplir mes objectifs. J’ai développé un procédé de fermentation qui ne requiert pas de produits chimiques, pour libérer les fragments de benzoquinones dans le germe de blé. Je me souviens encore de l’expérience durant laquelle nous avons vu pour la première fois la libération des molécules actives de couleur pourpre dans le liquide de fermentation.

Q– Durant ces nombreuses années de recherches sur le germe de blé fermenté (nommé xaventin en france) quelles étaient vos motivations ? 

R– Les successions de découvertes positives ont encouragé mes recherches, et les résultats extraordinaires obtenus furent la motivation  la plus importante qui m’a poussé sans cesse à continuer. Je me souviens de l’appel de l’institut de recherche expérimentale sur le cancer, m’informant que ma « poudre » semblait être plus efficace que la majorité des médicaments qui étaient testés à cette même époque. En décembre 1995, cet institut de renommée internationale a émis un avis écrit affirmant que «l’extrait …fourni par le Dr Hidvégi… est un remède potentiel pour inhiber la progression du cancer ».

Q– Quels sont les résultats qui vous ont le plus impressionnés ?

R– Ce fut un moment à couper le souffle quand nous avons réalisé que dans des expériences chez les animaux inoculés avec le cancer, la combinaison du germe de blé fermenté avec des médicaments chimiothérapeutiques couramment utilisés, a complètement inhibé le développement des métastases. Dès cet instant, j’ai su que nous avions entre nos mains un produit très prometteur.

Lupe Zahnrad4 mécanismes d’action expliquent les effets « anti-cancers »

Pour jouer tous ces rôles bénéfiques, le germe de blé fermenté utilise 4 grands mécanismes d’action qui changent la biochimie et le fonctionnement interne des cellules tumorales. Il coupe les sources de nourriture des cellules tumorales, il régule le système immunitaire, il inhibe la Ribonucléotide Réductase (RR) et empêche ainsi la multiplication des cellules tumorales, et pour finir, il empêche la réparation des cellules tumorales en inhibant la Poly-ADP-Ribose-Polymerase (PARP).

Par ces propriétés, il réduit la progression de la maladie (cancer du côlon [Jakab, 2000 et 2003; Zalatnai, 2001]), mélanome [Demidov, 2008], cancer des cavités buccales [Barabás, 2006]).

Une action anti-cancer sur tous les types de cancer!

Actuellement, les études sur le germe de blé fermenté montrent qu’il agit sur différents types de lignées cellulaires. Il est efficace, que ce soit sur les cellules cancéreuses du sein (A. Tompa et al., 2004), du pancréas (L. G. Boros et al., 2002) et leucémie (A. Bernhaus et al., 2006). Le germe de blé fermenté ralentit la progression de la maladie et améliore la survie des patients atteints de cancer du côlon à un stade avancé.

Contre le cancer du côlon

Dans une étude recrutant 170 patients avec cancer du côlon (Zs. Kahán et al., 2003), le germe de blé fermenté permet de réduire de 82% l’apparition de nouvelles tumeurs et de diminuer de 67% les métastases. Le groupe qui prenait quotidiennement du germe de blé fermenté comprenait 62% de morts en moins par rapport au groupe contrôle. Cette étude a permis de montré que le germe de blé fermenté permet de prolonger la vie des patients atteints de cancer du côlon.

Contre les mélanomes de stade III à haut risque

Les résultats de cette recherche (Demidov , 2008) ont montré que le germe de blé fermenté permettait d’augmenter le taux de survie, et de prolonger de près de deux années supplémentaires le délai moyen de vie. Par ailleurs, le pourcentage de morts était moindre dans le groupe germe de blé fermenté (34,6 %) par rapport au groupe contrôle (61,5 %), où près du double des patients sont décédés.

Amélioration de la qualité de vie des patients

Yoga breathe exercise and seaUne amélioration de la qualité de vie des patients est importante et peut même être à l’origine d’une meilleure chance de réussite de la thérapie et d’une amélioration de la survie des patients. Plusieurs études sur le germe de blé fermenté, Xaventin, ont montré qu’il permettait d’améliorer la qualité de vie des patients. Une étude pilote s’est déroulée sur 16 patients atteints de cancer du poumon (Ajkay, 2003). Ceux-ci étaient traités par radio ou chimiothérapie et ont reçu du germe de blé fermenté pendant 8 mois. Les réponses des patients témoignent d’une amélioration de l’état de santé et de la fatigue. Des améliorations de la douleur, du manque d’appétit et de l’humeur étaient également évoquées par les patients.

Une étude multicentrique (Ferrarri, 2008) montre que le germe de blé fermenté améliore la qualité de vie et empêche la perte de poids chez 22 patients atteints de cancer de la cavité orale à un stade avancé comparé aux 33 patients qui n’en prenaient pas. Dans cette étude, le groupe « germe de blé fermenté» a pris du poids, tandis que le groupe contrôle a perdu du poids, et ce, après deux mois de traitement.

Gardez le germe de blé fermenté dans un coin de votre tête. Parlez-en à votre famille et à vos amis. Il pourrait un jour, sauver votre vie ou celle de vos amis. 

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)