Comment prendre soin de ses articulations? (partie 2) - Medicatrix

Comment prendre soin de ses articulations? (partie 2)

4 composants actifs pour nourrir votre cartilage!

Comme nous l’avons vu dans l’article précédent (partie 1), avec l’âge ou suite à l’usure, le cartilage et les substances qui s’y trouvent tendent à diminuer, causant les frictions et douleurs/raideurs ressenties. Pour ralentir, voire contrecarrer la dégradation du cartilage et la douleur, il faut penser à se supplémenter en substances qui sont présentes naturellement dans l’articulation et qui ont tendance à diminuer :

Acide hyaluronique > souplesse et anti-douleur

La molécule qui rajeunit

Cette molécule qui se trouve naturellement dans notre corps (derme, yeux, articulations…) est aussi obtenue naturellement par fermentation bactérienne. Elle est surtout connue par les femmes qui apprécient ses propriétés anti-vieillissement. Les cosmétiques nomment sans cesse sa présence dans les crèmes pour vanter leur efficacité de « rajeunissement ».

Abondant dans les articulations

En plus d’être présent dans votre peau, il est aussi abondamment présent dans le liquide synovial des articulations. Il les protège en augmentant la viscosité du liquide synovial et en rendant le cartilage plus élastique. On en ressent ses effets qui permettent de préserver votre souplesse notamment!

Au niveau moléculaire, il s’agit d’un mucopolysaccharide constitué de répétitions en tandem d’acide D-glucuronique et de N-acétyl glucosamine.

Une étude a évalué l’effet de l’acide hyaluronique sur une longue période [1]. Cette étude a montré que l’administration orale d’acide hyaluronique peut avoir des effets thérapeutiques bénéfiques sur des patients présentant une ostéoarthrite sympathique du genou et peut être encore plus bénéfique pour des patients relativement jeunes. Le traitement oral avec de l’acide hyaluronique est plus efficace lorsqu’il est combiné à un exercice de renforcement du quadriceps [2].

D’autres études montrent que l’effet thérapeutique de l’acide hyaluronique peut être obtenu par des mécanismes similaires à ceux de la glucosamine. La glucosamine est un autre supplément qui peut atténuer les symptômes de l’arthrose du genou et peut inhiber la progression de la maladie [3, 4]. Bien que son mécanisme ne soit pas entièrement compris, la glucosamine améliore les symptômes de l’ostéoarthrite et inhibe la progression de la maladie via un effet chondroprotecteur et une action anti-inflammatoire [5-8]. In vivo, la glucosamine est convertie en N-acétylglucosamine dans les cellules par les actions d’une série d’enzymes lysosomales [9]. L’acide hyaluronique administrée par voie orale peut améliorer les symptômes de l’arthrose du genou de la même manière que la glucosamine. D’ailleurs, une étude a montré que l’acide hyaluronique avait une action anti-inflammatoire analogue à la glucosamine [10].

Collagène hydrolysé de type II > augmentation de l’épaisseur du cartilage et souplesse

Collagène de type II le plus abondant dans les articulations

Il existe plus de 25 sortes de collagène, dont les types I à IV sont les plus importants. Le collagène possède une double fonction. D’une part, avec l’élastine et les glycoprotéines, il est responsable de la cohésion des tissus et des organes. D’autre part, le collagène confère des propriétés d’hydratation, de résistance et de souplesse à ces mêmes tissus et organes. Le collagène est une source riche en glycine, proline, hydroxyproline, lysine et en hydroxylysine.

Le collagène de type I représente 90 % du collagène chez les vertébrés. Il se retrouve dans la plupart des tissus conjonctifs. Cependant, c’est le collagène de type II qui est trouvé spécifiquement et abondamment dans le cartilage articulaire [1, 8]. Il y forme des fibrilles plus minces que le collagène de type I.

L’hydrolyse, condition sine qua non

À son état naturel, le collagène est une protéine résistante qui, une fois ingérée telle quelle, va résister à l’action des enzymes digestives. Cependant, pour cette raison, elle ne sera donc pas assimilée correctement par notre organisme. Afin d’obtenir une meilleure bio-disponibilité (assimilation intestinale) du collagène de type II, il faut une hydrolyse de la protéine de collagène de sorte qu’elle peut être assimilée et disponible pour les processus biologiques. Cette hydrolyse scinde les grosses molécules de collagène en petits peptides bio-disponibles qui vont s’accumuler dans les cartilages et stimuler la production de collagène par les chondrocytes [9].

Le collagène de type 2 issu du poulet a des compositions en acides aminés spécifiques très proches des collagènes humains. Il est donc très actif !

Plusieurs études ont montré que l’utilisation de l’hydrolysat de collagène était bénéfique pour le traitement de patients atteints d’arthrose et d’autres types de douleurs articulaires [10].

Tout d’abord, une étude randomisée en double aveugle chez 389 patients ayant une ostéo-arthrite a montré que l’administration pendant 24 semaines de 10 g de collagène hydrolysé par jour diminuait le score de douleur WOMAC, augmentait la fonction physique et améliorait la perception globale du patient vis-à-vis de sa maladie. Les intervenants les plus significatifs étaient les patients présentant les symptômes de base les plus graves [11].

Une autre étude randomisée en double aveugle chez 250 patients atteints d’arthrose modérée (190 évaluables) ont montré que l’administration pendant 14 semaines d’hydrolysat de collagène associé à du calcium et de la vitamine C améliorait considérablement la fonction des articulations du genou comparé au groupe témoin ayant reçu un placebo [12]. Les mêmes résultats ont été trouvé chez des patients avec une ostéo-arthrite sévère [12].

L’effet de l’hydrolysat de collagène a également été testé chez les athlètes. Seize cyclistes de montagne et dix basketteurs ont reçu pendant 6 mois une dose de 10 g d’hydrolysat de collagène avec de la vitamine B et du magnésium. Une augmentation significative de l’épaisseur du cartilage de l’articulation scapulo-humérale et de l’articulation fémoro-tibiale était observée dans le groupe d’étude. Inversement, l’épaisseur du cartilage dans le groupe témoin était significativement diminué au bout de 6 mois [13].

L’hydrolysat de collagène peut contrecarrer la dégradation progressive du cartilage dans les articulations des patients atteints d’arthrose.

Vitamine C > formation du collagène

La vitamine C est un puissant antioxydant qui est impliquée dans la formation du collagène. Plusieurs études ont montré qu’une consommation adéquate de vitamine C peut aider à prévenir la progression de l’arthrose [3, 14].

Vitamine B3 > souplesse articulaire et muscles toniques

La vitamine B3 favorise la réduction de la fatigue et notamment de la fatigue musculaire. Une étude randomisée faite sur 72 patients atteints d’arthrose a montré que le traitement par de la niacinamide améliorait l’impact global de l’arthrose, la flexibilité des articulations et réduisait l’inflammation [14].

Des dizaines d’études cliniques prouvent l’efficacité de ces composants naturels retrouvés dans vos articulations. Ils apportent :

  • plus de souplesse
  • moins de douleurs
  • une diminution de la dégradation du cartilage avec une augmentation de son épaisseur

Vous trouvez tous ces éléments essentiels à vos articulations dans une formule très complète, AlphaFlex60. Les témoignages ont montré que les 1ers effets étaient ressentis après deux mois.

Bibliographie

  1. Tashiro T, Seino S, Sato T, Matsuoka R, Masuda Y, Fukui N. Oral administration of polymer hyaluronic acid alleviates symptoms of knee osteoarthritis: a double-blind, placebo-controlled study over a 12-month period. Scientific World Journal. 2012; 2012: 167928. doi: 10.1100/2012/167928.
  2. Nagaoka, K. Nabeshima, S. Murakami et al., “Evaluation of the effects of a supplementary diet containing chicken comb extract on symptoms and cartilage metabolism in patients with knee osteoarthritis,” Experimental and Therapeutic Medicine, vol. 1, no. 5, pp. 817–827, 2010.

  3. B. Houpt, R. McMillan, C. Wein, and S. D. Paget-Dellio, “Effect of glucosamine hydrochloride in the treatment of pain of osteoarthritis of the knee,” Journal of Rheumatology, vol. 26, no. 11, pp. 2423–2430, 1999.

  4. W. Noack, M. Fischer, K. K. Forster, L. C. Rovati, and I. Setnikar, “Glucosamine sulfate in osteoarthritis of the knee,” Osteoarthritis and Cartilage, vol. 2, no. 1, pp. 51–59, 1994.

  5. J. Hua, K. Sakamoto, and I. Nagaoka, “Inhibitory actions of glucosamine, a therapeutic agent for osteoarthritis, on the functions of neutrophils,” Journal of Leukocyte Biology, vol. 71, no. 4, pp. 632–640, 2002.

  6. J. I. Fenton, K. A. Chlebek-Brown, T. L. Peters, J. P. Caron, and M. W. Orth, “Glucosamine HCl reduces equine articular cartilage degradation in explant culture,” Osteoarthritis and Cartilage, vol. 8, no. 4, pp. 258–265, 2000.

  7. J. N. Gouze, K. Bordji, S. Gulberti et al., “Interleukin-1beta downregulates the expression of glucuronosyltransferase I, a key enzyme priming glycosaminoglycan biosynthesis: influ- ence of glucosamine on interleukin-1beta-mediated effects in rat chondrocytes,” Arthritis and Rheumatism, vol. 44, no. 2, pp. 351– 360, 2001.

  8. J. Hua, S. Suguro, S. Hirano, K. Sakamoto, and I. Nagaoka, “Preventive actions of a high dose of glucosamine on adjuvant arthritis in rats,” Inflammation Research, vol. 54, no. 3, pp. 127– 132, 2005.

  9. Henrotin Y, Lambert C, Couchourel D, Ripoll C, Chiotelli E. Nutraceuticals: do they represent a new era in the management of osteoarthritis? – a narrative review from the lessons taken with five products. Osteoarthritis Cartilage. 2011 Jan; 19(1): 1-21.

  10. Oesser S, Seifert J. Stimulation of type II collagen biosynthesis and secretion in bovine chondrocytes cultured with degraded collagen. Cell Tissue Res. 2003; 311: 393-399.

  11. Moskowitz RW. Role of collagen hydrolysate in bone and joint disease. Semin. Arthritis. Rheum. 2000; 30: 87-99.

  12. Carpenter MR, Carpenter RL, McCarthy SM, Kline G, Angelopoulos TJ, Rippe JM. Collagen hydrolysate supplementation improve symptoms in patients with severe osteoarthritis [abstract]. Med. Sci. Sports Exerc. 2005; 37(suppl): S91-S92.

  13. Fernandez JL, P.rez OM. Effects of gelatine hydrolysates in the prevention of athletic injuries. Archivos de Medicinadel Deporte. 1998; 15: 277-282.

  14. Blair SN, Horton E, Leon AS, Lee IM, Drinkwater BL, Dishman RK, Mackey M, Kienholz ML. Physical activity, nutrition, and chronic disease. Med. Sci. Sports Exerc. 1996 Mar; 28(3): 335-49. Review.

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)