Soucis de prostate ?

38

Peur du cancer ?

Pour vous Messieurs: LE DUO GAGNANT !

Extraits de pollens et d’olivier

Cher amis lecteurs,
Chers Messieurs,

La nature au service de la prostate: combiner des extraits de pollens et d’oliviers est un excellent choix pour tous ceux qui veulent préserver et aider leur prostate.

PollensNous vous avons déjà longuement décrit les effets bénéfiques d’extraits de pollens de fleurs de céréales (fléole des prés, maïs et seigle) pour soulager des problèmes urinaires liés à l’hyperplasie bénigne de la prostate – HBP (voir l’article « L’hyperplasie de la prostate, un problème dès 50 ans! »). Et vous avez été nombreux Messieurs à avoir déjà testé le bénéfice santé de ces extraits de pollens.

Il arrive souvent que des hommes dans votre situation nous questionnent quant au lien éventuel entre l’HBP et le risque de cancer de la prostate. Cette question est tout-à-fait légitime puisque le cancer de la prostate est un des cancers masculins les plus fréquents. L’HBP, n’est pas directement considérée comme un stade précurseur du cancer de la prostate.

Toutefois si elle n’est pas soignée, elle pourrait entraîner la dégradation du tissu et donc des problèmes beaucoup plus sérieux. C’est pourquoi il est important de bien soigner l’ HBP pour réduire tout risque de cancer éventuel. »

Ainsi parmi les produits naturels proposés pour aborder la prévention des ces deux troubles, nous allons principalement retrouver d’une part les extraits de pollens comme ceux décrits ci-dessus, et d’autre part les antioxydants.

Nous vous avons récemment parlé, (voir l’article « Le plus concentré de l’olive en 1 gélule… Olivissime »), d’extraits d’oliviers marocains ayant une compostion tout-à-fait exceptionnelle en polyphénols. 

Pour vous rafraîchir la mémoire, les polyphénols sont des substances nutritionnelles qui appartiennent à l’immense famille des antioxydants, doués d’innombrables propriétés salutaires, et notamment des propriétés anti-douleurs et anti-inflammatoires.

OlivesVous connaissez déjà les bienfaits du raisin, du cacao, du vin rouge…! Ce sont des aliments reconnus pour leur richesse en polyphénols. Cependant, tous les polyphénols antioxydants n’ont pas le même pouvoir, la même capacité à combattre les situations oxydantes (stress, pollution, malbouffe, infection, inflammation, vieillissement, maladies de civilisation et dégénératives).

Certains d’entre eux sont plus forts que d’autres !

C’est justement le cas d’antioxydants tels que l’hydroxytyrosol et l’oléocanthal que nous allons retrouver dans ces oliviers (non ces olives)  et ce, en concentrations nettement plus élevées.

L’hydroxytyrosol et l’oleuropéine font partie des polyphénols les mieux étudiés de l’olive, et cela pour leurs propriétés anti-inflammatoires et nombreuses actions pharmacologiques. L’hydroxytyrosol montre en outre des effets anti-cancérigènes. Il réduit par exemple la capacité de vie des cellules cancéreuses de la prostate – mais pas celle des cellules saines.

C’est aussi dans cette étude scientifique chinoise de 2013 réalisée dans des conditions expérimentales fondamentales (in vitro, sur des cellules mises en culture), que l’hydroxytyrosol a provoqué chez les cellules cancéreuses une augmentation de la formation de superoxyde et une activation de l’apoptose (phénomène naturel qui entraîne la mort spontanée), ce qui revient à dire que les cellules cancéreuses meurent d’elles-mêmes.

Une autre étude scientifique italienne cette fois datant de 2012 et également réalisée dans des conditions expérimentales fondamentales (in vitro, sur des cellules mises en culture), montre que l’oleuropéine d’où provient l’hydroxytyrosol induit un effet antioxydant dans les cellules d’HBP, et dans les cellules cancéreuses, par contre, un effet pro-oxydatif.

L’oleuropéine pourrait donc peut-être contribuer à empêcher la transformation des cellules hypertrophiées en cellules cancérigènes. Les polyphénols combattent les cellules cancéreuses surtout via leur effet pro-oxydatif, alors que cet effet ne se développe pas dans les cellules normales.

Très récemment (début 2015), l’oléocanthal, que l’on qualifie de cousin de l’hydroxytyrosol, a aussi montré lors d’études de laboratoire son action super-puissante pour tuer des cellules cancéreuses.

A l’analyse des ces résultats scientifiques, analyse que j’ai faite pour vous car l’interprétation est parfois un peu compliquée, chers lecteurs et chères lectrices, nous vous suggérons de mettre toutes les chances de votre côté.

Vous souffrez de problèmes de prostate ?

Vous avez des antécédents personnels ou familiaux (parents, grands-parents) de cancer(s) ?

Agissez VITE et BIEN !

En associant à vos extraits de pollens de fleurs de céréales, un extrait d’olivier extra-riche en polyphénols, votre protection ne sera que meilleure.

A très bientôt, et prenez soin de vous.

Article précédentOméga-3 : quelles quantités ?
Article suivantLa nutrition anti-acné
Bénédicte Reul
Bénédicte Reul est diététicienne et nutritionniste de formation. Elle a en outre obtenu le titre de Docteur en Sciences Biomédicales (orientation : Nutrition) de l’Université Catholique de Louvain. Ses connaissances et compétences en diététique et en nutrition humaine lui permettent depuis de nombreuses années, de recevoir lors de consultations privées bon nombre de patients. Bénédicte Reul est également devenue une experte en compléments alimentaires grâce à son parcours professionnel au sein de divers laboratoires spécialisés dans la conception et la vente de compléments alimentaires à base de nutriments et de plantes.