Le sport : un atout pour votre capital santé!

83

Dans nos sociétés occidentales de plus en plus vieillissantes, une des préoccupations majeures de tout un chacun est incontestablement de rester en bonne santé le plus longtemps possible au cours de son existence. Une bonne santé ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité, mais elle doit également contribuer à un état de complet bien-être physique, mental et social.

sport« Le sport, c’est bon pour la santé » : voilà bien un message qui nous est devenu bien familier tant cette idée est régulièrement relayée auprès du grand public par nos autorités sanitaires. Le vocable « sport » reprend toutes formes d’activités physiques régulières et sportives qui, à travers une participation organisée ou non, ont pour objectif l’expression ou l’amélioration de la condition physique et psychique, le développement des relations sociales ou l’obtention de résultats en compétition de tous niveaux.

De très grandes études ont montré que la pratique d’une activité physique ou d’un sport de manière régulière permet de prévenir l’apparition de maladies cardiovasculaires, de l’obésité et de divers cancers (sein, colon,..), de diminuer le taux de cholestérol et l’hypertension artérielle et de contribuer au bon fonctionnement du cerveau.

Tout en étant un excellent facteur d’équilibre de la santé mentale, le sport peut également faire partie de l’arsenal thérapeutique dans le traitement du diabète et de la bronchite chronique. Enfin, il a été bien mis en évidence que le sport est un facteur important de longévité.

Mais que faut-il faire en pratique pour obtenir tous ces effets bénéfiques? Les recommandations en la matière de l’Office Mondial de la Santé (OMS) préconisent que les adultes âgés de 18 à 64 ans ou plus devraient pratiquer :

  • de 150 – 300 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée (marcher d’un pas vif (randonnée), danser, jardiner, s’acquitter de travaux ménagers, faire du vélo d’appartement) réparties à raison de 5 séances/semaine (durée minimale de 30 minutes par séance),
  • ou au moins de 75 – 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue (courir, nager ou faire du vélo d’extérieur à vive allure, pratiquer des jeux  de compétition) réparties sur 3 séances/semaine (durée minimale de 20 minutes par séance).

Stress Mother Running Late with KidsFort bien, mais tout ceci représente néanmoins une certaine organisation et quelques contraintes de temps surtout au niveau d’une activité d’endurance d’intensité soutenue. Par ailleurs, pour une personne n’ayant jamais pratiqué de sport, mais soucieuse de s’y adonner, un tel programme peut apparaître de prime abord comme quelque peu rebutant.

Dans cette optique, voici ici une excellente nouvelle qui doit vous inciter et vous motiver plus que jamais à bouger. En effet, une étude publiée au mois de juillet de cette année par l’équipe du Professeur Duck Chul Lee (1) de l’Université de l’Iowa (USA) a montré qu’au sein d’une population de 55 137 adultes âgés de 18 à 100 ans  (moyenne :  44 ans), seulement 51 – 80 minutes de course à pied/semaine, soit 6 – 11 minutes/jour (ce qui représente 1,3 à 1,8 km/jour) à une vitesse de 10 à 11 km/h permet :

  • de diminuer de 30 à 45 % la mortalité de tout type, dont celle par accident cardiovasculaire et par cancer,
  • mais aussi d’augmenter votre espérance de vie de 3 ans.

Avouons que ceci représente des conditions de pratique sportive tout particulièrement peu contraignantes qui permettront, tout en restant dans le domaine d’une activité physique de plaisir, de préserver à long terme notre capital santé. A cette pratique sportive, n’oublions pas d’y associer également la consommation journalière de 5 fruits et légumes qui contribue aussi à diminuer de 30 à 40 % la mortalité de tout type comme vient de le rappeler la méta-analyse du Professeur Xia Wang (Université de Shandong Jinan, Chine) qui reprend les résultats obtenus sur 833 234 participants suivis pendant une période allant de  4,6 à 26 ans (2).

Sources

(1) Lee et al. Leisure-Time Running Reduces All-Cause and Mortality Risk. J Am Coll Cardiol 64:472-81, 2014.

(2) Wang et al. Fruit and vegetable consumption and mortality fromall causes, cardiovascular disease, and cancer: systematic review and dose-response meta-analysis of prospective cohort studies. BMJ 2014;349:g4490.

Laisser un commentaire