Des noix pour le cerveau : une évidence

122
Walnuts on white background

Etrange ressemblance

Simple coïncidence ou alors faut-il y voir un signe ? La noix a en effet toute l’apparence d’un cerveau humain. On peut clairement distinguer deux hémisphères ainsi que des circonvolutions. Mais au-delà de cette simple ressemblance les noix ont montré un rôle protecteur sur notre propre cerveau en réduisant le stress oxydant, la neuro-inflammation, le tout améliorant les capacités cognitives, notamment la mémoire [1].Ressemblance de la noix et du cerveau

Les propriétés santé des noix

Les noix (Juglans regia) possèdent en réalité différentes substances bénéfiques pour le cerveau.

Elles contiennent une forte proportion d’acides gras polyinsaturés, dont 8g d’acide alpha-linolénique (ALA) pour 100g [2]. Cet acide gras de type oméga-3 peut être converti, via différentes étapes enzymatiques de désaturation et d’élongation, en EPA puis DHA, formes biologiquement actives des oméga-3. Il faut s’imaginer le cerveau comme une grosse masse de gras, riche en oméga-3 ! L’EPA et le DHA jouent des rôles important au niveau du cerveau, comme notamment le maintien de la plasticité synaptique, la stabilité de la membrane neuronale, l’expression des gènes et la neurogenèse [3]. Cependant le faible taux de conversion de l’ALA en EPA étant très limité (de l’ordre de quelques pourcents), une autre propriété de l’ALA peut intervenir : utilisé principalement à des fins énergétiques (catabolisme par béta-oxydation) il est converti en acétyl-CoA et en corps cétoniques, ces derniers étant recyclés notamment pour la fabrication de cholestérol [4], molécule importante pour le cerveau. En outre les corps cétoniques peuvent être utilisés par les neurones à la place du glucose.

Une multitude d’autres substance peuvent aussi expliquer les effets bénéfiques des noix dans les processus neuronaux : polyphénols, notamment acide ellagique, vitamine E, folates, mélatonine, etc. [5].

Noix et maladie d’Alzheimer

Une étude (sur le rat) a montré qu’un extrait de noix pourrait détruire les plaques amyloïdes, impliquées dans la mauvaise communication inter-neuronale [6]. Ces plaques composées de béta-amyloïde sont notamment présentes dans la maladie d’Alzheimer. On pense que les noix peuvent retarder l’apparition de la maladie en maintenant la protéine Abeta sous sa forme soluble [7].

Mon conseil

Avez-vous vraiment besoin d’un autre signe ou d’autres preuves ?

Alors consommez systématiquement tous les jours 5 noix (10 cerneaux).

Références

  1. Grisanti R. Alzheimer’s disease : A novel food to improve cognitive function. Site internet Functional Medicine University (FMU) : http://www.functionalmedicineuniversity.com/public/1001.cfm
  2. Table de composition des aliments CIQUAL 2013 (référence française) : https://pro.anses.fr/TableCIQUAL/index.htm
  3. Willis LM, Shukitt-Hale B, Joseph JA. Dietary polyunsaturated fatty acids improve cholinergic transmission in the aged brain. Genes Nutr 2009 Dec ;4(4) :309-14
  4. Robertfroid MB, Coxam V, Delzenne NM. Aliments fonctionnels, 2ème édition. Editions Tec et Doc Lavoisier. 2008
  5. Poulose SM, Miller MG, Sukitt-Hale B. Role of walnuts in maintaining brain health with age. J Nutr 2014 Apr ;144 :561-6
  6. Poulose SM, Bielinski DF, Shukitt-Hale B. Walnut diet reduces accumulation of polyubiquitinated proteins and inflammation in the brain of aged rats. J Nutr Biochem 2013 May ;24(5) :912-9
  7. Chauhan N, Wang KC, Wegiel J, Malik MN. Walnut inhibits fibrillization of amyloid beta-protein, and also defibrillizes its prefomed fibrils. Curr Alzheimer Res 32004 Aug ;1(3) :183-8