Le chanvre ce n’est pas que pour fumer !

106

Il y a chanvre et chanvre

Le chanvre, appelé aussi parfois chènevis, est une plante cultivée depuis fort longtemps, probablement depuis le néolithique. Il fut utilisé sur tous les continents et à toutes les époques, notamment pour ses fibres (tissages, cordages, papier). Il faut tout de même préciser une chose : il existe deux grands types de chanvre.

  • Le cannabis sativa, ou chanvre cultivé, est dépourvu de substances stupéfiantes : il ne contient pas, ou que d’infimes quantités de THC (tétrahydrocannabinol).
  • Il y a aussi le chanvre indien ou cannabis indica. Cette variété sécrète beaucoup de résine (pour se protéger de la sécheresse), d’où une concentration beaucoup plus élevé en THC (substance psychotrope).

C’est cette deuxième variété qui est utilisée comme stupéfiant. Bien que le cannabis indica soit potentiellement utile dans un but thérapeutique (contre la douleur), nous allons plutôt nous intéresser au chanvre cultivé (cannabis sativa), qui recèle de grandes qualités nutritionnelles. Et oui, le chanvre ce n’est pas que pour fumer, c’est aussi très bon à manger !

Les graines de chanvre

HempOn trouve des graines de chanvre dans les boutiques d’alimentation naturelle et biologique. C’est un aliment très intéressant sur de nombreux points. Tout d’abord c’est une remarquable source de fibres (35%). La graine entière contient 22,5% de protéines; c’est une bonne alternative aux protéines animales, qui sont excédentaires dans le régime occidental. Elle contient environ 35% de glucides et pour finir 30% de lipides avec une très grande majorité d’acides gras essentiels, tout en ayant un ratio oméga-6/oméga-3 équilibré (un petit peu plus que 3 pour 1). On peut l’utiliser telle quelle mais elle est assez dure; la faire germer est une meilleure solution.

Les graines de chanvre décortiquées

C’est une version beaucoup plus pratique par rapport aux graines entières. Bien qu’ayant perdu leur enveloppe externe, les graines apportent une bonne quantité de fibres (9%). Ce sont toujours une excellente source de protéines (32%) et d’acides gras polyinsaturés (40%). Faciles à mastiquer elles peuvent agrémenter les desserts, les mueslis, etc.

Mon conseil: Rendues plus vulnérables par la perte de leur enveloppe, elles sont a priori plus sujettes au rancissement. Conservez-les donc au réfrigérateur et fermez le sachet en chassant l’air.

L’huile de chanvre

Bien que l’huile de chanvre fût utilisée pendant des siècles pour différentes applications autres que l’alimentation (lampes à huile, vernis), on s’y intéresse aujourd’hui pour sa composition exceptionnelle en acides gras. En effet elle contient 74% d’acides gras essentiels. Comme vu plus haut, le ratio oméga-6/oméga-3 est tout à fait convenable car inférieur à 4. Mais ce n’est pas tout car elle contient des acides gras particulièrement rares : l’acide gamma-linolénique (GLA) et l’acide stéaridonique (SDA). Bien que les quantités soient faibles elles ne sont pas négligeables (3,2% de GLA et 1% de SDA). Le GLA est un oméga-6 que l’on retrouve par exemple dans l’huile de bourrache, d’onagre et de pépins de cassis. Le SDA est vraiment très peu représenté dans les lipides végétaux. Le point commun à ces deux acides gras réside dans le fait qu’ils sont postérieurs à la delta-6 désaturase dans le métabolisme des acides gras essentiels. En termes plus simples qu’est-ce que cela veut dire ? Ces deux acides gras n’ont pas besoin de l’action de cette enzyme, qui par ailleurs devient déficiente avec l’âge. Par exemple le SDA est un acide gras qui a une étape de moins à réaliser (par rapport à son précurseur l’ALA) avant de pouvoir être transformé en EPA (acide gras oméga-3 à très longue chaîne aux propriétés biologiques importantes). C’est donc pour ces raisons que l’huile de chanvre est particulière. De plus c’est une bonne source de chlorophylle, d’où sa couleur verte foncée. On pourrait la conseiller à partir de 45 ans (pour le SDA) en remplacement de l’huile de colza, qui est considérée comme le complément idéal de l’huile d’olive. A noter que l’huile de colza possède un ratio oméga-6/oméga-3 plus bas (2,2 – donc peut-être plus intéressant) mais contient également moins d’oméga-3 (9% contre 17% dans l’huile de chanvre) et seulement de l’ALA et pas de SDA.Chanvre (graines entières, graines décortiquées, huile)

La protéine de chanvre

Un autre sous-produit de la graine est la protéine de chanvre. En fait il s’agit de farine de chanvre déshuilée et non d’isolat (donc pas de traitement chimique). Elle contient 50% de protéines, 10% de lipides (avec les mêmes caractéristiques que l’huile), 8% de glucides assimilables, 22% de fibres et pour finir une bonne quantité de potassium (1420mg/100g). En outre la protéine de chanvre ne contient pas de facteurs antinutritionnels comme dans d’autres protéines végétales (acide phytique, lectines). Son goût est moins prononcé que la protéine de pois ou  de riz brun germé. La protéine de chanvre est une bonne option pour les végétaliens, les végétariens et pour ceux qui consomment peu de produits animaux.

Les autres produits au chanvre

On trouve maintenant dans les magasins d’alimentation biologique des crèmes-desserts à base de chanvre. Ces produits sont une bonne alternative aux produits laitiers mais également pour ceux qui évitent le soja (antécédents de cancer du sein, hypothyroïdie, syndrome de l’intestin irritable…).

Conclusion

Les consommateurs de cannabis sont finalement des personnes qui prennent soin de leur santé, mais nous parlons de chanvre alimentaire bien évidemment !

Article précédent[Pétition] Tous unis contre la malbouffe!
Article suivantL’huile de lin, les conseils de Fabien Piasco
Avatar
Fabien Piasco est nutritionniste, diplômé d’Etat en diététique, titulaire d’un D.E.S.S. en nutrition Alimentation fonctionnelle et santé (Université Laval, Québec), d’un D.U. Nutrition et maladies métaboliques (Université de Rennes) et d’un diplôme en neuro-nutrition (SiiN). Formé à la micronutrition et à la phytothérapie, spécialiste des nutraceutiques, il a aussi travaillé en pharmacie pendant près de 19 ans. Il intervient actuellement dans un établissement thermal où il dispense ateliers et consultations spécifiques en utilisant le large spectre de la nutrithérapie.

Laisser un commentaire