L’intérêt de la complémentation en vitamine D dans la maladie de Crohn

404

La vitamine D n’est pas limitée à des impacts sur le métabolisme du calcium et des os. Elle possède des effets extra-squelettiques et notamment des propriétés immuno-modulatrices et anti-inflammatoires. Son emploi peut donc être utile dans les pathologies inflammatoires, y compris les maladies inflammatoires chroniques des intestins (MICI).

Carence en vitamine D et maladie de Crohn

Alors que les problèmes d’absorption alimentaire rencontrés dans la maladie de Crohn peuvent impacter l’assimilation de la vitamine D, le déficit en vitamine D peut impacter la santé intestinale.

Les personnes atteintes de MICI sont en effet susceptibles de présenter un risque accru de développer une carence en vitamine D pour un certain nombre de raisons, notamment: une mauvaise absorption des nutriments et une malabsorption des sels biliaires, un apport alimentaire restreint (la vitamine D se trouve principalement dans les poissons gras) et des conseils prodigués par les médecin pour éviter l’exposition au soleil pendant le traitement par des médicaments immunosuppresseurs tels que les thiopurines (Ex : azathioprine, Imurel®).1

La vitamine D a de multiples intérêts dans la maladie de Crohn

En cas de prise de corticoïdes elle permet de maintenir une intégrité osseuse convenable malgré l’effet secondaire des corticoïdes entraînant une déminéralisation osseuse.

Par ailleurs, un faible taux sanguin de vitamine D est associé à un risque accru de chirurgie et d’hospitalisation à la fois pour la maladie de Crohn  et pour la rectocolite hémorragique, tandis que la normalisation du statut en vitamine D est associée à une réduction du risque de chirurgie liée à la maladie de Crohn.2

La vitamine D permettrait aussi une meilleure réponse aux traitements par anti-TNF-alpha.3

La vitamine D et l’écosystème intestinale

Si la vitamine D peut avoir un intérêt dans les MICI, c’est tout d’abord pour ses propriétés immunomodulatrices4. Elle présente en effet :

  • des actions antibactériennes ;
  • des propriétés anti-inflammatoires ;
  • une capacité à maintenir l’intégrité de la barrière intestinale en régulant les protéines des jonctions serrées.

Une étude a montré que le traitement à court terme avec 2000 UI de vitamine D par jour a significativement augmenté les niveaux sanguins chez les patients atteints de maladie de Crohn en rémission et il a été associé à une augmentation des concentrations de LL-37 (cathélicidine) et au maintien de la perméabilité. L’obtention d’un taux sanguin  ≥ 75 nmol / L (30 ng/mL) était accompagnée d’une cathélicidine circulante plus élevée, de scores de qualité de vie plus élevés et d’une CRP (marqueur inflammatoire) réduite.

Une autre étude avec une supplémentation de 5000 UI par jour pendant 24 semaines a efficacement augmenté le taux sérique de vitamine D et réduit les scores du questionnaire CDAI (Crohn Disease Activity Index).5

Mes conseils

Faites réaliser un dosage de la vitamine D – 25(OH)D, et optimisez le taux à 60 ng /mL (150 nmol / L). Cela peut passer par des doses de supplémentation de 5000 UI par jour, voire plus. Utilisez de la vitamine D solubilisée dans de l’huile de TCM pour pallier aux défauts d’absorption induits par la maladie de Crohn.


Références

  1.  Fletcher J. Vitamin D deficiency in patients with inflammatory bowel disease. Br J Nurs. 2016 Aug 11;25(15):846-51.
  2.  Ananthakrishnan AN, Cagan A, Gainer VS, Cai T, Cheng SC, Savova G, Chen P, Szolovits P, Xia Z, De Jager PL, Shaw SY, Churchill S, Karlson EW, Kohane I, Plenge RM, Murphy SN, Liao KP. Normalization of plasma 25-hydroxy vitamin D is associated with reduced risk of surgery in Crohn’s disease. Inflamm Bowel Dis. 2013 Aug;19(9):1921-7.
  3.  Zator ZA, Cantu SM, Konijeti GG, Nguyen DD, Sauk J, Yajnik V, Ananthakrishnan AN. Pretreatment 25-hydroxyvitamin D levels and durability of anti-tumor necrosis factor-α therapy in inflammatory bowel diseases. JPEN J Parenter Enteral Nutr. 2014 Mar-Apr;38(3):385-91.
  4.  Fletcher J, Cooper SC, Ghosh S, Hewison M. The Role of Vitamin D in Inflammatory Bowel Disease: Mechanism to Management. Nutrients. 2019 May 7;11(5):1019.
  5.  Yang L, Weaver V, Smith JP, Bingaman S, Hartman TJ, Cantorna MT. Therapeutic effect of vitamin d supplementation in a pilot study of Crohn’s patients. Clin Transl Gastroenterol. 2013 Apr 18;4(4):e33.
Article précédentVitamine D et COVID-19 : il est temps d’agir !
Article suivantDidier Raoult : Dictature sanitaire ou bon sens ?
Avatar
Fabien Piasco est nutritionniste, diplômé d’Etat en diététique, titulaire d’un D.E.S.S. en nutrition Alimentation fonctionnelle et santé (Université Laval, Québec), d’un D.U. Nutrition et maladies métaboliques (Université de Rennes) et d’un diplôme en neuro-nutrition (SiiN). Formé à la micronutrition et à la phytothérapie, spécialiste des nutraceutiques, il a aussi travaillé en pharmacie pendant près de 19 ans. Il intervient actuellement dans un établissement thermal où il dispense ateliers et consultations spécifiques en utilisant le large spectre de la nutrithérapie.