AccueilVitamineQue faire en cas de COVID-19 associé à une carence en vitamine...

Que faire en cas de COVID-19 associé à une carence en vitamine D existante ?

La prestigieuse Académie nationale de médecine recommande depuis mai 2020 aux seniors de plus de 60 ans présentant une carence en vitamine D de reconstituer leurs réserves, avec une dose de 50 000 à 100 000 UI (1 250 à 2 500 µg). Cela peut aider à prévenir les complications respiratoires et à prévenir une tempête de cytokines (une réaction exagérée et inadéquate du système immunitaire). (Dans le cas d’une véritable carence, cependant, la dose est beaucoup trop faible pour la compenser complètement). Dans les études cliniques menées dans les unités de soins intensifs, des doses significativement plus élevées ont été utilisées. Cependant, cela ne devrait pas être entrepris de votre propre initiative, sans un suivi médical.

S’il y a une infection par le SARS-CoV-2 et qu’il y a une carence en vitamine D, celle-ci doit être compensée rapidement. L’administration de bolus (c’est-à-dire une ingestion d’une grande concentration en vitamine D en une fois, comme un « shot » de vitamine D) n’est pas entièrement sans problème – et pas seulement en raison des préoccupations de Janssen et al.. [2] (plus d’informations dans l’article « COVID-19 en tant que maladie systémique – un cercle vicieux mortel ? »). Par conséquent, la recommandation suivante est un compromis judicieux pour un dosage rapide, sans doses de bolus élevées :

Dose recommandée en cas de carence en vitamine D et de COVID-19 :

500 µg (20 000 UI) de vitamine D en association avec 500 µg de vitamine K2 (10 gouttes de Vitamine D3K2 forte) pendant 10 jours, suivis de 250 µg (10 000 UI) de vitamine D3 et 250 µg de vitamine K2 (5 gouttes de Vitamine D3K2) par jour pendant 1 mois.

Les valeurs sanguines doivent ensuite être déterminées et la posologie adaptée sur la dose préventive. L’objectif est d’avoir des valeurs sanguines efficaces pour le système immunitaire. L’association médicale renommée pour la médecine gériatrique et l’Endocrine Society désignent un taux sanguin de vitamine D supérieur à 75 nmol/L (30 ng/mL) comme valeur cible inférieure. La valeur cible supérieure devrait être située entre 125 à 150 nmol, soit 50 à 60 ng/mL. Bien prendre en compte que les personnes qui travaillent régulièrement à l’extérieur ont des valeurs sanguines deux fois plus élevées en été.

2 unités du dosage sérique de la vitamine D 

Les valeurs sériques de la vitamine D (25-OH-vitamine D) sont données à la fois en nmol/l et en ng/ml. Le facteur de conversion est de 2,5.

Exemple 1 : 50 nmol/l : 2,5 = 20 ng/ml

Exemple 2 : 20 ng/ml x 2,5 = 50 nmol/l

2 unités de la quantité de vitamine D

La quantité de vitamine D, retrouvée dans les aliments ou dans les complément alimentaire, est généralement indiquée en unités internationales (UI), mais souvent aussi en μg (microgramme). Le facteur de conversion est de 40.

Exemple 1 : 20 µg × 40 = 800 U.I.     

Exemple 2 : 800 UI : 40 = 20 µg

Besoin accru en vitamine K2

Le rapport recommandé entre la vitamine K2 et la vitamine D3 pour des doses plus élevées de vitamine D est d’environ 1: 1 (par exemple 250 µg de vitamine D3 + 250 µg de vitamine K2). 

Cependant, en cas de facteurs de risque particuliers (ostéoporose, coronaropathie, maladie rénale chronique, processus inflammatoires et calcifiants de toutes sortes), l’apport en vitamine K2 sous forme de MK-7 doit être doublé dans la dose d’entretien (vitamine K2 par rapport à D3 = 2: 1, soit 2x plus de vitamine K par rapport à la vitamine D).

Les patients atteints d’un problème rénal en particulier ont souvent une acidose métabolique latente et développent des calcifications prononcées dans les reins et les vaisseaux sanguins à un stade précoce. La combinaison de vitamine D avec des doses plus élevées de K2 est particulièrement importante pour eux. Ici aussi, une plus grande prudence est requise avec le dosage quotidien ou lors du comblement d’une carence en vitamine D.

Cependant, il convient d’être prudent lors de la prise d’anticoagulants de type antivitamine K, dit « AVK » (par exemple, Sintrom®, Previscan®, Coumadine®, Marcumar®). Dans ce cas, la vitamine K2 ne doit être complétée qu’après consultation du médecin traitant, car des interactions sont possibles.


Références

↑1Académie nationale de Médecine (2020): Communiqué de l’Académie nationale de Médecine: Vitamine D et Covid-19. URL: http://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-nationale-de-medecine-vitamine-d-et-covid-19/ (21.10.2020)
↑2Janssen R, Visser MPJ, Dofferhoff ASM, Vermeer C, Janssens W, Walk J (2020): Vitamin K metabolism as the potential missing link between lung damage and thromboembolism in Coronavirus disease 2019. British Journal of Nutrition, 1-8. doi:10.1017/S0007114520003979
Docteur Ludwig Jacobhttps://drjacobs-shop.de/
Le docteur en médecine Ludwig Manfred Jacob (1971) a participé à la création du Dr. Jacobs Institut et est l’auteur de nombreux articles scientifiques au sujet de la santé comme de la 2e édition du livre allemand « Der Jacob’s Weg » paru en français sous le titre « La Nutrition Raisonnée selon le Dr Ludwig Jacob », formidable référence en nutrition, étayée par près de 1400 études scientifiques.

NATURAMedicatrix

Restez connecté

53,654FansLike
42,789SubscribersSubscribe

Articles populaires

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)