Du simple oubli à la maladie d’Alzheimer… (partie 2)

Suite de la première partie

Comment booster son cerveau et limiter sa dégénérescence?

D’après le Dr. Judes Poirier, « Étant donné l’âge moyen auquel se déclare la maladie d’Alzheimer, arriver à retarder ne serait-ce que de 5 ans son apparition permettrait d’éliminer la moitié des cas mondiaux ! »

On ne peut pas toujours empêcher l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Par contre, on peut prendre certaines habitudes de vie qui peuvent la prévenir en aidant à conserver le cerveau en bonne santé.

Muscler sa mémoire à tout âge

Il est bien établi que 700 neurones voient le jour chaque jour dans notre hippocampe, mais pour cela il est recommandé

  • de bien le faire travailler,
  • d’avoir une activité physique où toutes les parties de votre corps sont à l’épreuve (natation, marche à pied avec bâtons…).
  • De bien nourrir et oxygéner son cerveau.

Bien nourrir son cerveau à l’aide de nutriments protecteurs permet de ralentir l’apparition du déclin cognitif et certainement de diminuer de 50% les risques d’apparition de la maladie.

11 nutriments bénéfiques pour le cerveau

11 nutriments naturels (des végétaux, vitamines…)  permettent de booster le cerveau et limitent la dégénérescence neuronale :

  • Le champignon Héricium que l’on pourrait nommé le « NEURO-STIMULATEUR »
  • Le Bacopa, cette plante qui booste la mémoire et donc aux effets MEMO-BOOSTER
  • L’huile de petits poissons, riche en oméga 3 et notamment en DHA et EPA bien connu pour ses effets NEURO-PROTECTEUR
  • Le complexe des vitamines B (8 en tout) qui, avec le DHA, agiront comme ANTI-DEMENCE

Voyons plus en détail comment fonctionnent ces substances bénéfiques.

L’Hericium> LE NEURO-STIMULATEUR

Les champignons ont longtemps été utilisés en médecine traditionnelle. Actuellement, ils sont de plus en plus reconnus comme agents anti-tumoraux, antioxydants, antiviraux, antibactériens et agents hépato-protecteurs capables également de stimuler les réponses immunitaires.

Parmi ces champignons, l’Héricium est un champignon médicinal capable de stimuler nombreux effets modulateurs sur l’organisme et notamment sur l’amélioration des fonctions cognitives. L’Hericium erinaceus appelé « Hydne hérisson » est aussi connu sous le nom de « pompon champignon »  car sa forme très étrange, constituée de touffes d’aiguillons, lui donne une allure globuleuse particulière. Les composants actifs de ce champignon sont attribués à ses polysaccharides.

Des recherches récentes montrent tout son potentiel pour le système nerveux et la mémoire. Il pourrait déclencher la synthèse du NGF (Nerve Growth Factor) et être considéré comme un facteur de régénérescence des neurones, autrement dit, il permet de construire de nouveaux neurones ! (Mori K et al., 2008)1.

Par ailleurs, de plus en plus de scientifiques et médecins attribuent les maladies neuro-dégénératives à la neuro-inflammation (inflammation présente dans le cerveau) causée par le stress oxydant. Parmi les composants capables de la diminuer se trouvent les « vitagènes » (Lipoxine A4, thiorédoxine,…), un groupe de protéines capables de minimiser les conséquences délétères de l’inflammation et du stress oxydant dans le cas des neuro-dégénérescences.

Une étude récente (2016) menée sur des rats supplémentés en Héricium a permis de mettre en évidence une augmentation de l’expression de la Lipoxine A4 (LXA4) dans différentes régions  cérébrales. Cette molécule, LXA4, agit comme un « signal de freinage » du processus inflammatoire. Les auteurs de cette études (Tocado et al.) concluent que l’Héricium constitue un composant clé pour prévenir la dysfonction neuronale grâce à son action anti-inflammatoire locale (via la stimulation de la synthèse de Lipoxine A4)2.

Des expériences menées sur des souris montrent que la supplémentation en Héricium inhibe la déficience spatiale à court terme et améliore la reconnaissance visuelle chez des souris souffrant d’Alzheimer. Ces effets ont également été prouvés chez des jeunes sujets sains (amélioration de la mémoire de reconnaissance, stimulation des fonctions neurologiques). Les plaques amyloïdes ß sont atténuées au niveau cérébral et la neurogénèse augmentée au niveau de l’hipoccampe3,4.

L’Héricium possède donc une activité anti-démence bénéfique pour limiter l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

En résumé, l’Héricium booste les fonctions neuronales aussi bien chez les personnes en bonne santé qu’en cas de déficience cognitive légère, démence ou Alzheimer. Il présente également des effets anti-inflammatoire et antioxydant pour prévenir la dysfonction neuronale. Sa consommation permet une meilleure mémorisation et reconnaissance visuelle.

Il est donc conseillé aussi bien chez les étudiants que chez les personnes avancées en âge.

Certains laboratoires fabriquent des compléments alimentaires riches en Héricium bio et source de Bacopa, DHA et vitamines B…

Dans le prochain article, nous verrons comment le Bacopa a amélioré les résultats d’examens d’étudiants en médecine, que la DHA ralenti le déclin cognitif et qu’il est préférable de débuter sa consommation avant l’apparition des symptômes, mais aussi que son effet est amélioré lorsqu’elle est consommée en synergie avec les vitamines B!

Bibliographie

  1. Mori K et al., . Nerve growth factor-inducing activity of Hericium erinaceus in 1321N1 human astrocytoma cells. ., Biol. Pharm. Bull. 2008.

  2. Trovato A, « Redox modulation of cellular stress response and lipoxin A4 expression by Hericium erinaceus in rat brain: relevance to Alzheimer’s disease pathogenesis », Immun Ageing. 2016.

  3. Tsai-Teng T, « Erinacine A-enriched Hericium erinaceus mycelium ameliorates Alzheimer’s disease-related pathologies in APPswe/PS1dE9 transgenic mice », Biomed Sci., 2016.
  4. Brandalise F et al., « Dietary Supplementation of Hericium erinaceus Increases Mossy Fiber-CA3 Hippocampal Neurotransmission and Recognition Memory in Wild-Type Mice. », Evid Based Complement Alternat Med. 2017.
  5. Kumar N et al., « Efficacy of Standardized Extract of Bacopa monnieri on Cognitive Functions of Medical Students: A Six-Week, Randomized Placebo-Controlled Trial », 2016.
  6. Uabundit N et al., « Cognitive enhancement and neuroprotective effects of Bacopa monnieri in Alzheimer’s disease model », J Ethnopharmacol. 2010.
  7. Saini N et al., « Neuroprotective effects of Bacopa monnieri in experimental model of dementia », Neurochem Res., 2012.