Pour vous simplifier la vie, simplifiez votre alimentation

25

Vie moderne et rythme infernal

De nos jours nous n’avons plus le temps de rien. Le travail et les différentes obligations rythment la journée et nous essayons de trouver du temps là où on peut encore en grappiller, à savoir sur le temps de sommeil et le temps consacré au repas. Nul besoin de rappeler que ce mode de vie est délétère à la santé. Alors plutôt que de reléguer l’alimentation au second plan, tout simplement par manque de temps, essayons plutôt d’optimiser le peu de temps qu’il nous reste.

Nombre de préparations culinaires par repas

Quand le repas est pris à la maison et que l’on manque cruellement de temps je propose une idée toute simple : ne faire cuire qu’un seul plat ou aliment. Pour le reste faire seulement un assemblage avec des aliments bruts ou prêts à l’emploi.

Voici quelques exemples :

  • Cuisson d’une viande ou d’un poisson : assembler une salade avec les différents ingrédients présents dans votre frigo ; préparer une vinaigrette maison (2 minutes) ; y ajouter des pois chiches en conserve (bocal de verre) pour l’apport de glucides complexes à index glycémique bas.
  • Cuisson d’un féculent type riz, quinoa, etc. : ajouter un ou deux filet(s) de truite fumée, un légume cru de saison que vous pourriez râper (carottes, courgette, chou-rave, etc.) et préparer une sauce (penser au bonnes huiles !).
  • Cuisson de légumes : s’il s’agit de légumes cuits à la vapeur, ajouter par-dessus un poisson ou une viande blanche (se cuit très bien à la vapeur).
  • Faites une soupe avec des légumes de saison et ouvrez une boîte de sardine ou maquereaux (idéal pour le soir).

Une telle alimentation est-elle valable ?

Dans l’ensemble oui, même si cette alimentation est perfectible, elle reste correcte d’un point de vue nutritionnel et dans un esprit d’alimentation-santé. Veillez cependant à respecter ces différents points :

  • Utilisez plutôt des légumes surgelés plutôt que des conserves (on peut faire l’exception pour les légumes secs qui sont très longs à cuire).
  • Pour les légumes secs choisissez des bocaux de verre ou bien des briques type Tétrapack®.
  • Evitez les conserves métalliques car elles contiennent du bisphénol (perturbateur endocrinien).
  • On peut cependant faire une exception pour les sardines et maquereaux (les petits poissons sont moins pollués que les gros). Comparativement au four (si forte température), à la plancha ou au barbecue, les conserves métalliques pour les sardines ou maquereaux sont une bien meilleure option. La boîte de conserve permet une cuisson sous vide ne dépassant pas 100°C, contrairement aux autres modes de cuisson cités plus haut. Il n’y a donc pas de composé cancérigène généré par la cuisson à haute température et les oméga-3 sont préservés. Reste le revêtement métallique de la conserve qui permet un relargage de bisphénol… Remarque : la cuisson en papillote serait une bonne option, si vous avez le temps.
  • Un dernier point : quitte à consommer des poissons en boîte préférer sardines et maquereaux au thon. Le thon albacore est très pollué par le méthyl-mercure et très faible en oméga-3. Le thon Germon contient plus d’oméga-3, mais encore plus de mercure !
Article précédentSucre versus édulcorants intenses
Article suivantConnaissez-vous le maté ?
Avatar
Fabien Piasco est nutritionniste, diplômé d’Etat en diététique, titulaire d’un D.E.S.S. en nutrition Alimentation fonctionnelle et santé (Université Laval, Québec), d’un D.U. Nutrition et maladies métaboliques (Université de Rennes) et d’un diplôme en neuro-nutrition (SiiN). Formé à la micronutrition et à la phytothérapie, spécialiste des nutraceutiques, il a aussi travaillé en pharmacie pendant près de 19 ans. Il intervient actuellement dans un établissement thermal où il dispense ateliers et consultations spécifiques en utilisant le large spectre de la nutrithérapie.