Taurine : mieux la connaître est une nécessité - Medicatrix

Taurine : mieux la connaître est une nécessité

Qu’est-ce que la taurine?

C’est un dérivé d’acide aminé. La taurine, ou acide 2-aminoethanesulfonique, n’est pas vraiment un acide aminé comme on l’entend souvent, car il lui manque le groupement carboxylique[1]. L’organisme peut en fabriquer à partir de la méthionine ou de la cystéine (deux acide aminés soufrés). Elle fut découverte dans la bile de bœuf (ou de taureau, d’où son nom) en 1827 par Friedrich Tiedemann et Leopold Gmelin, des scientifiques allemands. On en trouve en quantité importante dans le cerveau, la rétine et les muscles.

Le lait maternel en contient et les préparations pour nourrissons en sont enrichis, car elle est indispensable à leur développement (lire l’article « Huile de palme et taurine dans les laits infantiles : des inquiétudes à lever »). Mal connue du grand public, elle est associée à une célèbre boisson énergisante, ce qui a donné lieu à de multiples rumeurs et légendes urbaines. Par ailleurs l’EFSA (European Food Safety Authority ou Autorité Européenne de Sécurité des Aliments), dans un rapport rédigé par un panel de scientifiques au sujet de la taurine et du d-glucuronolactone, a conclu à l’innocuité de la taurine, même consommée à doses élevées dans les boissons énergisantes[2] (ce qui ne veut pas dire que ces boissons ne sont pas délétères à la santé; il y a beaucoup de sucre et de la caféine !). Voyons plutôt quelles sont réellement ses propriétés, et ses bienfaits, car il y en a!

Molécule TaurineSes diverses propriétés

La taurine a de multiples propriétés. Voici les principales :

  • Digestion des graisses : incorporée aux sels biliaires elle permet grâce à ceux-ci d’émulsionner les lipides en micelles pour faciliter leur absorption au niveau de l’intestin.
  • Détoxication par le foie : elle intervient dans la phase II de détoxication hépatique en se liant aux produits toxiques pour les inactiver (tauroconjugaison), puis permettre leur élimination via la bile (phase III).
  • Stabilisatrice de membrane cellulaire : elle inhibe la phospholipide N-méthyl transférase, enzyme catalysant la conversion de la phosphatidyléthanolamine en phosphatidylcholine[1].
  • Osmorégulation : elle contribue à la normalisation du volume cellulaire de la plupart des cellules. Cette osmorégulation par la taurine est très importante pour les cellules du cœur, de la rétine et du cerveau (neurones et cellules gliales)[1].
  • Permet la rétention du magnésium : la taurine est considérée comme un fixateur du magnésium et limite sa sortie en cas de stress (sous l’action de l’adrénaline). On la retrouve dans les compléments alimentaires à base de magnésium, au côté de la vitamine B6. La présence de magnéso-fixateurs telles la taurine et la vitamine B6 constitue un facteur important dans le choix d’un produit à base de magnésium. La taurine sous forme d’acétyl-taurinate de magnésium (AtaMg®) est aussi un plus car elle est d’une plus grande efficacité que d’autres sels de magnésium (chlorure et pidolate), y compris quand ces derniers sont donnés en association à de la taurine[3].
  • Agit tel un neurotransmetteur. Bien que des études soient encore requises pour affiner les connaissances sur ce sujet, la taurine semble être un ligand des récepteurs au GABA, un neurotransmetteur inhibiteur (calmant et favorisant la relaxation). La réputation d’excitant que porte lourdement la taurine n’est donc pas justifiée, car cela semble bien être le contraire !

La taurine et le syndrome métabolique

La taurine pourrait bien être une arme contre le syndrome métabolique (ou syndrome du gros ventre associé à de l’hypertension, glycémie et triglycérides trop élevés, HDL-cholestérol trop bas).

En effet elle pourrait :

  • Prévenir l’obésité.
  • Réduire la résistance à l’insuline et réguler le métabolisme du glucose.
  • Réduire les VLDL et LDL-cholestérol.
  • Augmenter le HDL-cholestérol.
  • Réguler le système rénine-angiotensine-aldostérone[4].

Chez le rat la taurine amplifie les effets de la metformine (médicament de première intention dans le diabète de type 2)[5].

La taurine et l’insuffisance cardiaque congestive

Dans une étude publiée dans le journal Clinical Cardiology, des sujets présentant une insuffisance cardiaque congestive ont pris soit un placébo, soit 2000 mg de taurine 3 fois par jour (6g/j !). Comparativement au groupe placébo, les patients traités à la taurine ont eu une diminution de la sévérité de leur pathologie et une amélioration significative des différentes mesures effectuées visant à évaluer les capacités du cœur à pomper le sang. Aucun des patients traités à la taurine n’a vu son insuffisance cardiaque congestive augmenter, alors que ce fut le cas pour 29% dans le groupe placébo[6].

La taurine et le cerveau

En plus de son effet apaisant (récepteurs au GABA), la taurine pourrait être utile pour lutter contre le vieillissement cérébral.

Le vieillissement est associé à une augmentation de l’inflammation et à une réduction de la neurogenèse au niveau de l’hippocampe, ce qui détériore les fonctions cognitives, notamment la mémoire. Les niveaux de taurine déclinent avec l’âge. Une étude sur le rat a montré que la taurine permet le développement de cellules dans l’hippocampe (région du cerveau associée à l’apprentissage et à la mémoire)[7]. La taurine semble avoir plusieurs effets, notamment en activant les cellules souches quiescentes et en facilitant la survie de neurones nouvellement formés. Ces données supportent le rôle bénéfique de la taurine dans la neurogenèse hippocampique dans un contexte de vieillissement cérébral.

Nous disposons également d’études in vitro montrant que la taurine ajoutée à des cultures de cellules souches entraîne une plus grande production de cellules neuronales. Elle stimule en effet la différenciation des cellules souches en neurones fonctionnels[8].

Indispensable à une bonne formulation de magnésium, la taurine constitue également une avenue privilégiée dans la lutte contre le syndrome métabolique et le vieillissement cérébral.

Références

  1. Coudron O, Pourrias B. Guide des ordonnances de nutrition. Editions de santé 2014.
  2. Panel on Food Additives and Nutrient Sources Added to Food. The use of taurine and D-glucurono-gamma-lactone as constituents of the so-called “energy” drinks. European Food Safety Authority 2009.
  3. Bac P, Herrenknecht C, Binet P, Durlach J. Audiogenic seizures in magnesium-deficient mice: effects of magnesium pyrrolidone-2-carboxylate, magnesium acetyltaurinate, magnesium chloride and vitamin B-6. Magnes Res 1993 Mar;6(1):11-9.
  4. Chen W, Guo J, Zhang Y, Zhang J. The beneficial effects of taurine in preventing metabolic syndrome. Food Funct 2016 Apr 20;7(4):1849-63.
  5. Budhram R, Pandya KG, Lau-Cam CA. Evaluation of the actions of metformin and taurine, singly and in combination, on metabolic and oxidative alterations caused by diabetes in rat erythrocytes and plasma. Adv Exp Med Biol 2015;803:251-70.
  6. Azuma J, Sawamura A, Awata N, Ohta H, Hamaguchi T, Harada H, Takihara K, Hasegawa H, Yamagami T, Ishiyama T, et al. Therapeutic effect of taurine in congestive heart failure: a double-blind crossover trial. Clin Cardiol 1985 May;8(5):276-82.
  7. Gebara E, Udry F, Sultan S, Toni N. Taurine increases hippocampal neurogenesis in aging mice. Stem Cell Res 2015 May;14(3):369-79.
  8. Pasantes-Morales H, Ramos-Mandujano G, Hernández-Benítez R. Taurine enhances proliferation and promotes neuronal specification of murine and human neural stem/progenitor cells. Adv Exp Med Biol 2015;803:457-72.

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)