La grenade – Une polyvalence millénaire (2/5) — Medicatrix

La grenade – Une polyvalence millénaire (2/7)

2e partie sur les « Régulateurs cellulaires efficaces contre le cancer : grenade, curcuma, brocoli »

Comme nous l’avons vu dans la partie 1, les aliments végétaux les plus étudiés pour leurs actions régulatrices sont au nombre de 3 :

  • la grenade
  • le curcuma
  • le brocoli

Voyons plus en détail les mécanismes d’actions de la grenade et notamment, de la grenade fermentée !

La grenade est un super-fruit connu et utilisé pour ses propriétés médicinales depuis des millénaires. Elle a, à ce jour, fait l’objet de plus de 1.000 essais cliniques et précliniques, permettant de mettre au jour ses effets impressionnants sur le stress oxydant, les maladies cardio-vasculaires, l’hypertension, la démence, les réactions inflammatoires excessives, le cancer de la prostate et d’autres types de cancers. Les principes actifs particuliers de la grenade sont de véritables régulateurs cellulaires (Jacob, 2008) car leur effet antioxydant est essentiellement indirect grâce au renforcement des mécanismes de protection antioxydants endogènes (par exemple grâce au facteur Nrf2).

Ils ont donc un effet plutôt pro-oxydant sur les cellules cancéreuses, mais conservent leur effet antioxydant dans les tissus sains présentant des systèmes de protection antioxydants.

Les polyphénols de la grenade – Inhibiteurs du cancer de la prostate

Les effets de la grenade sur le cancer de la prostate ont été particulièrement bien étudiés. Des essais cliniques, in vitro et in vivo réalisés sur les polyphénols de la grenade ont démontré que ceux-ci inhibaient de manière convaincante l’apparition, la croissance et l’invasion du cancer grâce à leurs effets anti-angiogéniques, redifférenciateurs, antiprolifératifs et pro-apoptotiques.

Le responsable est ici l’interaction naturelle des polyphénols anti-inflammatoires, antioxydants, et anti-oestrogènes régulant le système immunitaire, l’épigénome et les voies de signalisation cellulaire. Les effets anti-cancérigènes des polyphénols de grenade sont illustrés dans la figure suivante (fig. 1).

Fig. 1 – Effets anti-cancérigènes des polyphénols de grenade

Fig. 1 – Effets anti-cancérigènes des polyphénols de grenade

Les essais cliniques ont également démontré l’efficacité des polyphénols de grenade sur le cancer de la prostate. Dans le cadre d’une étude randomisée en double aveugle (Paller et al., 2013), de l’extrait de grenade a été administré à 104 patients atteints d’un cancer de la prostate après l’échec d’une thérapie primaire (récidive PSA). Le temps de doublement du PSA a ensuite été observé. La prise quotidienne d’extrait de grenade contenant 600 mg de polyphénols (2 c. à soupe d’Elixir de grenade ou 4 gélules de GranaProsan) pendant 6 mois a permis d’allonger le temps moyen de doublement du PSA de 11,9 à 18,5 mois. Chez 43% des participants à l’étude, ce temps a même pu être doublé par rapport aux valeurs initiales relevées au début de l’étude ; chez 13% des participants, des valeurs de PSA en baisse ont même été constatées.

La valeur de PSA est le marqueur d’évolution le plus important pour le cancer de la prostate : plus l’augmentation de la valeur de PSA est lente après une thérapie, plus l’espérance de vie est normalement longue.

Une autre étude clinique réalisée sur des patients souffrant d’un cancer de la prostate (Pantuck et al., 2006) a permis de démontrer que la consommation quotidienne de 240 ml de jus de grenade (à base de concentré, 570 mg de polyphénols par portion) allongeait le temps de doublement de l’antigène prostatique spécifique (PSA) dans le sang de 15,6 à 54,7 mois, soit presque quatre fois plus. Aucun des patients de l’étude n’avait encore suivi de thérapie hormonale et, malgré une opération ou des rayons, les valeurs de PSA de chacun des patients étaient en hausse, indiquant une progression de la maladie.

Le cancer de la prostate se caractérise par des processus inflammatoires dans lesquels le facteur de transcription NFkappaB joue un rôle décisif. Le facteur NF-kappaB intervient vraisemblablement dans l’apparition de nombreuses maladies en régulant la transcription de l’ADN. La figure suivante (fig. 2) montre à quels endroits les polyphénols de grenade peuvent influencer l’évolution inflammatoire du cancer de la prostate en inhibant le facteur NF-kappaB (Heber, 2011).

Fig. 2 – Rôle des voies de signalisation inflammatoire dans l’apparition du cancer de la prostate et inhibition par les polyphénols de grenade (selon Heber, 2011)

Fig. 2 – Rôle des voies de signalisation inflammatoire dans l’apparition du cancer de la prostate et inhibition par les polyphénols de grenade (selon Heber, 2011)

Biodisponibilité des polyphénols de grenade

Les polyphénols de grenade sont essentiellement des tanins ellagiques (en grande partie, de la punicalagine). Ces polymères de l’acide ellagique sont des tanins et ont donc un goût astringent et âpre, ce qui caractérise également un jus efficace. L’acide ellagique est libéré par l’électrolyse des tanins ellagiques. Dans l’intestin, la flore intestinale les dégrade en urolithines. Seuls les deux produits de décomposition que sont l’acide ellagique et l’urolithine, et non les tanins ellagiques tels que la punicalagine, se retrouvent dans le sang (Heber, 2011). Des études relatives à la biodisponibilité, ainsi que différents essais cliniques portant sur les polyphénols de grenade ont montré des effets pouvant souvent fortement varier ou même totalement insignifiants en raison des grandes différences relevées. Les grandes différences au niveau de la biodisponibilité d’un individu à un autre en sont une des raisons, parce que la qualité de la flore d’un individu à un autre est différente ! Une étude a permis de faire la différence entre trois groupes en ce qui concerne la formation d’urolithine A :

  1. les personnes chez lesquelles une présence d’urolithine A peut être mesurée, même sans consommation de grenade, et chez lesquelles la consommation de grenade augmente encore la formation d’urolithine A (Producer),
  2. les personnes chez lesquelles aucune présence d’urolithine A n’est mesurée, mais chez lesquelles celleci peut être induite par la consommation de grenade (Responder),
  3. les personnes chez lesquelles aucune présence d’urolithine A n’est mesurée et chez lesquelles la consommation de grenade n’induit pas la formation d’urolithine A (Non-Responder) (Li et al., 2015).

Une augmentation de la biodisponibilité, p.ex. par la pré-fermentation des produits de la grenade, a vraisemblablement permis d’atteindre de meilleurs résultats chez les personnes dont le sang ne pouvait assimiler les polyphénols de grenade que de manière modérée ou ne pouvait pas les assimiler du tout. Les effets particuliers de la grenade sur la santé se basent sur l’interaction globale de ses composants, tout particulièrement des polyphénols présents en quantités suffisamment importantes.

Les polyphénols de grenade fermentés semblent être plus efficaces contre le cancer.

Les résultats d’études disponibles pour différents types de cancers montrent que la fermentation et le procédé de séchage de l’extrait (lyophilisation) améliorent son effet dans l’organisme.

 

Nous verrons dans le prochain article que la grenade (fermentée) est bénéfique dans le cadre des cancers de la prostate, du sein, leucémie, cancer du poumon, de la vessie et du gros intestin.

Retrouvez tous les articles sur les « Régulateurs cellulaires efficaces contre le cancer : grenade, curcuma, brocoli », en cliquant ici.

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)