Oxydation cellulaire & vieillissement

Sommaire :

    L’oxydation cellulaire et radicaux libres

    L’oxygène est indispensable pour vivre, mais il est également toxique !

    L’organisme a besoin d’oxygène pour vivre et pour produire de l’énergie. Cette énergie permet à notre organisme de vivre (d’effectuer de l’exercice physique, de bouger, de manger…). Cependant, une partie de cet oxygène n’est pas utilisée correctement et c’est cette petite partie de l’oxygène qui produit des déchets toxiques : des espèces réactives de l’oxygène que l’on appelle radicaux libres. Ceux-ci deviennent néfastes pour un certain nombre de molécules organiques comme nos gènes, nos protéines ou nos lipides. En effet, les protéines deviennent raides et les lipides deviennent rances.

    Les radicaux libres sont des molécules qui possèdent un ou plusieurs électrons non appariés (libres). Ces électrons solitaires essaient de se rééquilibrer en se débarrassant de leur électron surnuméraire ou en arrachant un électron à d’autres molécules. Ceci suscite une réaction en chaîne au cours de laquelle toujours plus de structures vitales sont endommagées : oxydation cellulaire.

    Quels sont les composants pro-oxydants, source de radicaux libres?

    • Pollution (pesticides, benzopyrène, métaux lourds…)
    • Exercice physique
    • Ischémie
    • Inflammation, infections, allergies, stress chronique
    • Alcool en excès
    • Agents cancérigènes (exposition au soleil, cigarettes,..)
    • Sucre et farine raffinés (attention, méfiez-vous de votre pain français ou des viennoiseries)
    • Excès de rayons UV
    • Stress

    Quels sont les composants anti-oxydants?

    Qu’est-ce que le stress oxydant?

    Le stress oxydant est tout simplement un déséquilibre entre la production de radicaux libres et la capacité des mécanismes protecteurs de l’organisme à neutraliser ces composés toxiques avant qu’ils occasionnent des dégâts.

    Lorsque nous sommes en bonne santé, que nous ne fumons pas, que nous pratiquons de l’exercice physique au quotidien, et que nous consommons de grandes quantités de fruits et légumes bio, que nous ne nous exposons pas exagérément au soleil,… nous neutralisons assez bien ces radicaux libres et pouvons limiter les dégâts. Dans les autres cas, les radicaux libres s’accumulent est attaques notre corps à divers endroits : membranes cellulaires oxydées, protéines dénaturées, l’ADN agressé. Autrement dit, notre organisme vieillit… il rouille.

    Quels sont les signes du vieillissement cellulaire?

    Le déséquilibre oxydants/antioxydants définit le stress  oxydant qui engendre le vieillissement cellulaire, et est une réponse commune à de nombreuses  dégénérescences :

    • rides qui se creusent chaque année
    • taches de vieillissement sur la peau
    • maladies (cataracte, cancer, maladies coronariennes, diabète, insuffisance rénale, Alzheimer, Parkinson…)

    Qu’est-ce que le vieillissement cellulaire?

    Le vieillissement lui-même et les maladies dégénératives dont la fréquence augmente avec l’âge sont les conséquences d’une corrosion due aux radicaux libres, aux déchets produits par la combustion au feu de l’oxygène des calories lors de la production d’énergie dans nos cellules. Ces dégâts touchent les graisses des membranes cellulaires, les protéines, et surtout, les gènes qui contiennent l’information nécessaire à notre fonctionnement et à la maintenance de nos organes.

    De la même manière que des processus d’oxydation font rancir le beurre et font rouiller le fer, ils endommagent nos tissus et détruisent de plus en plus de cellules (peau, muscles, os, cerveau…) avec l’âge. L‘inflammation est aussi une source supplémentaire de dérivés oxydants et corrosifs. Les défenses immunitaires utilisent aussi des radicaux libres d’oxygène pour lutter contre les agents pathogènes. Un milieu acide favorise leur apparition. Des éléments psychologiques comme la gestion du stress et les soucis quotidiens jouent un rôle important.

    Conséquences du vieillissement cellulaire?

    De nombreuses études ont montré que la durée de vie et donc l’espérance de vie est fonction de la production physiologique de radicaux libres et donc  l’oxydation des cellules, et que de nombreuses maladies  liées au vieillissement présentent des relations avec la formation de radicaux :

    • Cancer : le support du code génétique, l’ADN, essuie chaque jour environ 10 000 attaques dues aux radicaux libres. Lorsque ces lésions ne sont plus réparées, le code génétique est altéré, et ceci peut conduire au cancer.
    • Alzheimer,
    • Parkinson,
    • Athérosclérose,
    • Problèmes de cataracte, sous l’effet du soleil ou du tabac, les protéines du cristallin sont dénaturées,
    • Faiblesse immunitaire,
    • Hypertension,
    • Infarctus : oxydé par les radicaux libres, le cholestérol se dépose le long des artères,
    • Maladies cardio-vasculaires,
    • Diabète,
    • Dégénérescence Musculaire,
    • Rides : elle sont provoquées par la dégradation des protéines de structure du derme.

    Les antioxydants

    Un antioxydant peut être défini comme étant toute substance qui, lorsqu’elle est présente à de faibles concentrations par rapport à ceux d’un substrat oxydable, retarde considérablement ou empêche l’oxydation de ce substrat (Halliwel et al, 1999).

    Les antioxydants protègent les cellules contre les méfaits des radicaux libres d’oxygène et les dommages qu’ils causent à notre organisme.

    Systèmes antioxydants enzymatiques

    Les antioxydants enzymatiques (le superoxyde dismutase, la catalase, la glutathion peroxydase et la glutathion réductase) sont considérés comme la première ligne de défense de notre organisme contre les radicaux oxygénés.

    Systèmes antioxydants non enzymatiques

    Chélateurs biologiques des métaux : empêchent la participation des ions métalliques transitoires dans la formation du radical hydroxyle et d’autres substances hautement réactives (Chlorella, Pectine de Citrus modifiée).

    Molécules qui arrêtent la propagation de l’oxydation : cette classe de molécules agit quand une réaction d’oxydation est démarrée en dépit de la présence de ces systèmes biologiques antioxydants. C’est une vaste catégorie de molécules jouant un rôle crucial dans le processus de lutte contre les espèces hautement réactives. Cette classe comprend diverses substances hydrophiles et hydrophobes à faible ou à haut poids moléculaire, à savoir :

    Les polyphénols :

    Les principaux modes d’action de cette classe d’antioxydants est de réagir avec les radicaux libres pour former des radicaux moins réactifs incapables de réagir avec les biomolécules, ou pour réparer chimiquement une cible endommagée. Par conséquent, cette classe de composés est souvent nommée «piégeurs de radicaux libres».

    L’huile d’olive et la grenade fermentée contiennent bien plus de substances protectrices à grand effet antioxydant que le vin rouge, le thé vert et la vitamine C. Les radicaux libres sont piégés d’une façon efficace par les polyphénols de l’huile d’olive ce qui explique leur grand pouvoir antioxydant.

    Les antioxydants exogènes ont une double fonction ; ils empêchent l’oxydation des aliments, en particulier, les lipides et en même temps augmentent le taux d’antioxydants endogènes ce qui correspond à une protection contre les maladies dégénératives. Les antioxydants diététiques les plus importants sont certaines vitamines (acide ascorbique, les tocophérols, carotènes) et les composés phénoliques, qui sont présents dans divers aliments d’origine végétale, comme l’huile d’olive (Edwin et al. 2011) et la grenade fermentée.

    L’effet antioxydant de la grenade fermentée

    La grenade fermentée développe une capacité protectrice antioxydante sur le cerveau et le système nerveux (Jung et al, 2006).

    Les maladies cardiovasculaires et le stress oxydant. Les maladies cardiovasculaires, le cancer et le vieillissement cellulaire sont les conséquences du stress oxydant. Le stress oxydant est un processus lié à un déséquilibre entre la production de radicaux libres et leur neutralisation par nos systèmes de défense antioxydant. L’excès de radicaux libres dans l’organisme entraîne des dommages cellulaires. Ce processus peut être comparé à l’action de l’oxygène qui rouille le fer.

    Les polyphénols de la grenade agissent comme un « anti-rouille », neutralisant les radicaux libres et renforçant nos systèmes de défense (Jacob, 2008). Sa force réside dans sa puissante capacité antioxydante, bien supérieure à celles du vin rouge, du thé vert, du jus de myrtille… (Seeram et al., 2008).

    Les polyphénols de l’huile d’olive, la « perle » des huile d’olive

    Les polyphénols naturels de l’huile d’olive sont des molécules très biodisponibles et hautement bioactifs, ce qui leur confèrent de multitudes bienfaits sur la santé humaine. Ces composés font partie de la famille des antioxydants. Ils permettent de lutter contre les radicaux libres aux effets délétères : agressions des cellules, modification de l’ADN, oxydation des lipides.
    Ainsi, des études récentes ont montré que l’hydroxytyrosol de l’huile d’olive améliore la fonction mitochondriale qui prévient le vieillissement cellulaire et par conséquent le vieillissement du corps. Ceci nous ramène à confirmer que ce composé est un agent utile pour prévenir le vieillissement et les maladies liées à l’âge.

    Les polyphénols de l’huile d’olive participent aussi à la protection et le traitement du cancer. Dans ce cadre, il a été démontré que l’hydroxytyrosol et l’oleuropéine ont un effet anticancéreux sur le cancer du côlon, le cancer du sang, le cancer du sein,… Ces fameux composés agissent contre le cancer par plusieurs mécanismes antiprolifératifs et apoptotiques.

    Les polyphénols de la grenade fermentée

    Les polyphénols de la grenade fermentée agissent comme un « anti-rouille », neutralisant les radicaux libres et renforçant nos systèmes de défense (Jacob, 2008). Sa force réside dans sa puissante capacité antioxydante, bien supérieure à celles du vin rouge, du thé vert, du jus de myrtille… (Seeram et al., 2008).

    Le pouvoir antioxydant du jus de grenade fermentée est 3 à 4 fois supérieur à celui du vin rouge et 75 fois supérieur à celui du thé vert (Gil et al., 2000). La fermentation permet de rendre les polyphénols fermentés beaucoup plus biodisponibles et facilement assimilables par notre intestin (brevet CE du Dr L.M.Jacob). Ainsi, il démontre une capacité antioxydante 21 fois supérieure à du jus de grenade concentré, 36 fois supérieure à du jus de grenade frais et 75 fois supérieure au thé vert et au vin.

    La grenade fermentée s’avère posséder des capacités antioxydantes plus puissantes que le vin rouge, le thé vert, le jus de canneberge, de myrtille, de noni ou d’orange.

    L’effet antioxydant direct des polyphénols de grenade fermentée provient de ce qu’ils capturent les radicaux libres et réagissent avec eux pour former des liaisons inoffensives.

    Les thèmes en relation avec l'article

    Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

    Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

    Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)