La curcumine de la racine de curcuma, régulateur cellulaire efficace contre le cancer

La curcumine, régulateur cellulaire efficace contre le cancer (4/7)

4e partie sur les « Régulateurs cellulaires efficaces contre le cancer : grenade, curcuma, brocoli »

  • Dans la partie 1, nous avons vu que la grenade, le brocoli et le curcuma sont étudiés dans de nombreuses études cliniques pour leurs effets anti-cancers notamment.
  • Dans la partie 2, les effets généraux de la grenade et ses mécanismes d’actions anti-cancers sont évoqués.
  • La partie 3 reprend les bienfaits de la grenade (fermentée) dans le cadre des cancers de la prostate, du sein, leucémie, cancer du poumon, de la vessie et du gros intestin.

La curcumine de la racine de curcuma

Les bienfaits du CurcumaLa curcumine (diféruloylméthane), la déméthoxycurcumine et la bisdéméthoxycurcumine forment le groupe des curcuminoïdes et proviennent du curcuma (Curcuma longa), traditionnellement utilisé comme épice dans la cuisine indienne et du sud-est asiatique. Il s’agit également des composants colorant la poudre de curry. Dans les pays asiatiques, la curcumine est également utilisée comme remède naturel en cas d’inflammations, mais aussi de problèmes de foie, d’estomac et d’intestin.

La curcumine compte parmi les substances naturelles les plus étudiées : plus de 9.000 essais cliniques et précliniques ont actuellement déjà été consacrés à ce remède naturel.

La curcumine contre le cancer

Fig. 3 – Effets anti-cancérigènes de la curcumine (selon Aggarwal et al., 2003)

Fig. 3 – Effets anti-cancérigènes de la curcumine (selon Aggarwal et al., 2003)

De nombreux mécanismes permettent à la curcumine d’agir de manière positive sur les cancers et leur prévention (cf. fig. 3). La curcumine a un effet anti-cancérigène car elle empêche la prolifération de différentes cellules cancéreuses. Elle inhibe en outre

  • les facteurs de transcription NF-kappaB, AP-1 et Egr-1
  • la production de COX2, LOX, NOS, MMP- 9, uPA, TNF-α,
  • mais aussi les chimiokines, les molécules d’adhésion cellulaire, de cycline D1, de kinases telles que les NK et les tyrosine et sérine/thréonine kinases et de facteurs de croissance tels que EGFR et HER2, liés aux voies de signalisation cellulaire les plus variées.

La curcumine renforce le système de protection antioxydant et a un effet anti-inflammatoire grâce à l’inhibition du facteur NF-kappaB. On suppose en outre qu’elle peut empêcher non seulement la formation de tumeurs, mais aussi leur métastatisation (Aggarwal et al., 2003).

Des études menées sur la curcumine ont montré que les polypes intestinaux, stade préliminaire du cancer de l’intestin, étaient nettement moins fréquents chez les patients atteints de polypose adénomateuse familiale (Giardiello et al., 2006).

La curcumine freine la formation de métastases en cas de cancer du sein et est particulièrement efficace lorsqu’elle est associée au paclitaxel (Aggarwal et al., 2005). Elle inhibe également l’enzyme glyoxalase 1, formant l’acide lactique lévogyre, dans les cellules cancéreuses agressives et réduit ainsi la production d’acide lactique des cellules cancéreuses (Santel et al., 2008). L’acide lactique lévogyre protège la tumeur, favorisant la métastatisation.

Biodisponibilité de la curcumine

Malgré la quantité extrêmement élevée d’essais précliniques, l’utilisation clinique de la curcumine n’a gagné en importance qu’au cours des dernières années. La raison est ici que les curcuminoïdes ont beau être des molécules extrêmement efficaces, leur biodisponibilité est très faible et ils sont très rapidement métabolisés par le foie. Il n’est donc pas simple d’atteindre un taux d’efficacité significatif d’un point de vue clinique – et seuls les effets cliniques comptent, pas la culture cellulaire.

La curcumine est une molécule liposoluble et l’idéal est de la consommer lors d’un repas contenant des matières grasses, comme c’est le cas en Inde et dans l’Ayurveda.

Les liaisons de curcumine dissoutes dans la graisse sont alors résorbées par la lymphe, passent dans le sang via le conduit thoracique (ductus thoracicus) et contournent donc la métabolisation rapide dans le foie. Au contraire, lorsque la curcumine est absorbée avec de l’eau, sa biodisponibilité est quasiment nulle.

Dans de nombreux produits, la molécule de curcumine liposoluble est noyée dans des émulsifiants chimiques, tels que le polysorbate 80 ; leur teneur en curcumine est donc faible. Cette combinaison forme ce que l’on appelle des micelles, c’est-à-dire des molécules solubles dans l’eau. Ces liaisons ne sont pas absorbées par la lymphe, mais bien directement par le système sanguin, au niveau de l’intestin. Elles passent alors par la veine porte pour arriver directement dans le foie, où elles sont métabolisées. Elles atteignent leur concentration maximale après 1 heure et celle-ci chute ensuite rapidement. Ces mécanismes expliquent également pourquoi les effets laissent à désirer dans les études menées, et ce, malgré la grande biodisponibilité atteinte par cette formulation de la curcumine (Schiborr et al., 2014) (Dützmann et al., 2016 ; Kocher et al., 2016 ; cf. tableaux 1 et 2).

Comparaison de la composition, de la biodisponibilité et de l’état des études pour différentes formulations de curcumine

Tableau 1 – Comparaison de la composition, de la biodisponibilité et de l’état des études pour différentes formulations de curcumine.

Tableau 1 – Comparaison de la composition, de la biodisponibilité et de l’état des études pour différentes formulations
de curcumine.

Comparaison des valeurs AUC pour différentes formulations de curcumine en fonction de la dose de curcumine

Tableau 2 – Comparaison des valeurs AUC pour différentes formulations de curcumine en fonction de la dose de curcu- mine.

Tableau 2 – Comparaison des valeurs AUC pour différentes formulations de curcumine en fonction de la dose de curcu-
mine.

Une étude réalisée sur des animaux a montré que l’émulsifiant polysorbate 80 favorisait les inflammations de l’intestin. Il favorise donc le développement des maladies inflammatoires chroniques au niveau de l’intestin et du syndrome métabolique. Outre une modification de la flore intestinale, les émulsifiants ont pour effet de réduire l’écart entre les bactéries intestinales et l’épithélium intestinal, protégé par une couche de mucus (Chassaing et al., 2015). On ne sait actuellement pas si ces résultats sont transposables à l’être humain.

Un extrait de pipérine est également souvent utilisé pour augmenter la biodisponibilité de la curcumine. L’étude la plus importante relative à la biodisponibilité de la curcumine en cas d’absorption avec de la pipérine montre qu’une prise de 2.000 mg de curcumine présente une biodisponibilité 20 fois supérieure en cas d’ajout de pipérine (Shoba et al., 1998). Les valeurs de sérum ainsi atteintes étaient cependant encore largement inférieures aux valeurs atteintes en cas d’absorption d’un complexe curcumine-phospholipide (cf. tableau 2).

Le grand inconvénient de la pipérine est que celle-ci inhibe les enzymes détoxifiantes CYP (phase I et phase II) et donc également le métabolisme des médicaments (Atal et al., 1985 ; Bhardwaj et al., 2002 ; Franceschi et al., 2015 ; Gurley et al., 2012). La résorption a aussi lieu via l’intestin et la veine porte.

L’absorption par la lymphe est similaire à celle pratiquée depuis des millénaires dans la médecine et la cuisine ayurvédiques avec la forme galénique du curcuma dissoute dans le ghee.

L’association de curcumine avec un phospholipide pour former un complexe est donc très intéressante : selon une étude randomisée en double aveugle, un complexe phospholipide-curcumine présenterait une biodisponibilité 29 fois supérieure à celle de la curcumine traditionnelle (Cuomo et al., 2011).

Découvrez le complément alimentaire « Curcumine K2 — de Dr. Jacob’s® » chez NATURAMedicatrix.

Associée à des phospholipides naturels, la curcumine est en mesure de pénétrer les membranes cellulaires et d’accéder à l’intérieur des cellules. La biodisponibilité de la curcumine pouvant cependant fortement varier en fonction de sa préparation et du design de l’étude (avec ou sans repas, type de repas, etc.), seules les preuves d’efficacités cliniques sont décisives pour les préparations à base de curcumine.

Nous verrons dans le prochain article l’intérêt de cette curcumine particulière liée à un groupement lipososuble.

Retrouvez tous les articles sur les « Régulateurs cellulaires efficaces contre le cancer : grenade, curcuma, brocoli », en cliquant ici.

Votre livre "Programme Nutritionnel" de docteur Jacob GRATUIT :)

Nouvelle approche nutritionnelle selon le docteur JACOB, télécharger-le en version numérique gratuitement, sur votre boîte email.

Vous venez de recevoir une confirmation par email. Vérifiez que vous l'avez bien reçue :) Vérifiez bien votre dossier "spam" avant de nous contacter... les filtres anti-spams sont parfois un peu trop sensibles ! ;)