La forme cliniquement prouvée la plus efficace de la curcumine (5/7)

51

5e partie sur les « Régulateurs cellulaires efficaces contre le cancer : grenade, curcuma, brocoli »

  • Dans la partie 1, nous avons vu que la grenade, le brocoli et le curcuma sont étudiés dans de nombreuses études cliniques pour leurs effets anti-cancers notamment.
  • Dans la partie 2, les effets généraux de la grenade et ses mécanismes d’actions anti-cancers sont évoqués.
  • La partie 3 reprend les bienfaits de la grenade (fermentée) dans le cadre des cancers de la prostate, du sein, leucémie, cancer du poumon, de la vessie et du gros intestin.
  • La partie 4 s’intéresse aux effets généraux anti-cancers de la curcumine et surtout à sa biodisponibilité.

Complexe curcumine-phospholipide

La forme cliniquement prouvée la plus efficace de la curcumine

En octobre 2016, 24 études cliniques positives menées sur plus de 1.800 patients attestaient déjà de l’efficacité clinique du complexe curcumine-phospholipide : ces études présentent de nombreux effets positifs sur :

  • les inflammations
  • les douleurs,
  • l’arthrose,
  • la microangiopathie diabétique,
  • les maladies oculaires (choriorétinopathie séreuse centrale, rétinopathie diabétique, uvéite auto-immune, herpétique et d’autres origines)
  • l’hypertrophie bénigne de la prostate.

La curcumine et le phospholipide utilisés de manière complémentaire atténuent également fortement les effets secondaires des chimio- et radiothérapies (Allegri et al., 2010 ; Appendino et al., 2011 ; Belcaro et al., 2010a, 2010b, 2014a ; Di Pierro et al., 2013 ; Ibrahim et al., 2010 ; Kowluru et Kanwar, 2007, Ledda et al., 2012 ; Mazzolani, 2012 ; Mazzolani et Togni, 2013 ; Steigerwalt et al., 2012).

Effets anti-inflammatoires de la curcumine-phospholipide

Selon une étude en double aveugle, le complexe curcumine-phospholipide permettrait de nettement améliorer les symptômes douloureux, l’apparition d’épisodes inflammatoires et la mobilité en cas d’arthrose. La consommation quotidienne d’un gramme de complexe curcumine-phospholipide (correspondant à 200 mg de curcumine) réduirait le score WOMAC – mesurant la douleur, la raideur et la limitation de mouvement des personnes concernées) de 58 %. La distance parcourue passerait également de 76 m à 332 m et la valeur de CRP chuterait de 168 à 11,3 mg/L (Belcaro et al., 2010a). Cette étude a été réalisée sur 100 patients pendant une durée de huit mois – et a donné de très bons résultats (Belcaro et al., 2010b). La prise combinée avec de la glucosamine est particulièrement intéressante chez les patients souffrant d’arthrose (Belcaro et al., 2014a). La prise de 2 grammes de complexe curcumine-phospholipide aurait également les mêmes effets anti-douleurs qu’1 gramme de paracétamol. L’effet anti-inflammatoire de la curcumine semble être responsable ici (Di Pierro et al., 2013).

Amélioration de l’humeur avec la curcumine-phospholipide

Le complexe curcumine-phospholipide semble également avoir un effet neurobiologique dans les cas de neuropathie périphérique ou de dépression, par exemple (Franceschi et al., 2015). Un facteur important dans l’apparition des dépressions est l’inflammation chronique (Berk et al., 2013).

Belcaro et ses collaborateurs (2014a) ont également constaté une nette amélioration de l’humeur de manière générale.

Cette observation coïncide avec une série d’autres résultats d’études indiquant un effet positif de la curcumine sur la dépression (Kulkarni et al., 2009).

Accompagnement des cancers avec la curcumine-phospholipide

Une étude menée sur 160 patients atteints d’un cancer a permis de constater que la prise d’un complexe curcumine-phospholipide permettait de fortement réduire les effets secondaires des chimio- et radiothérapies (Belcaro et al., 2014b).
Selon une autre étude, le complexe curcumine-phospholipide améliorerait l’efficacité de l’oxaliplatine sans nuire à son mécanisme de fonctionnement (Howells et al., 2011). Dans le cas des leucémies lymphatiques chroniques (LLC), la prise quotidienne de 2 g de complexe curcumine-phospholipide pendant six mois aurait permis de réduire la quantité absolue de lymphocytes de plus de 20 % chez quatre des 21 participants (20 %) (Golombick et al., 2015). Ce résultat montre également que la curcumine ne soigne pas le cancer, mais devrait être utilisée en complément du traitement.

 

Les effets anti-inflammatoires, anti-douleurs et antidépresseurs du complexe curcumine-phospholipide attestés par les études cliniques dans les cas de tolérance idéale en font un complément intéressant aux thérapies classiques du cancer 

Une autre formulation très prometteuse de la curcumine est la curcumine optimisée Longvida®. La curcumine est ici noyée dans une matrice lipophile optimisée grâce à la technologie SLCP™ (Solid Lipid Curcumin Particle).

La biodisponiblité de la curcumine est ainsi 65 fois supérieure et la curcumine libre peut pénétrer dans le circuit sanguin via la lymphe et y subsiste particulièrement longtemps.

Il s’agit de la première formulation de curcumine passant de manière prouvée la barrière hémato-encéphalique (Gota et al., 2010).

De premières études en double aveugle montrent qu’une dose quotidienne unique pouvait déjà avoir des effets positifs sur l’humeur et les capacités mentales des personnes (Cox et al., 2015).

Retrouvez tous les articles sur les « Régulateurs cellulaires efficaces contre le cancer : grenade, curcuma, brocoli », en cliquant ici.

 

Pour en savoir davantage sur le curcuma, nous vous invitons à lire également notre article « Curcuma, cette épice aux multiples bienfaits, en synergie avec la vitamine K! »